Visite suspecte de la Répression des Fraudes dans les locaux de Kokopelli - Premium

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 30/12/2013 à 15h58 par Jacky.


VISITE SUSPECTE DE LA RÉPRESSION DES FRAUDES DANS LES LOCAUX DE KOKOPELLI

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Visite suspecte de la Répression des Fraudes dans les locaux de Kokopelli

 

Le mardi 10 décembre dernier, nous avons eu l'honneur d'accueillir, dans nos nouveaux locaux du Mas d'Azil en Ariège, deux fonctionnaires de la Répression des Fraudes : Monsieur Doresse et Madame Guérin, dans les rôles, authentiques, de Dupont et Dupond.

Ils s'étaient déplacés de Lille et Montpellier, respectivement, et faisaient prétendument une « enquête nationale sur la tomate ». Nous les avons eus entre les pattes pendant pratiquement 10 heures et il faut dire qu'ils se sont illustrés par une ignorance crasse du dossier des semences : ils ne savaient pas ce que signifiait « semences standard », nous ont demandé benoîtement où il était possible de se procurer le Catalogue Officiel français, s'interrogeaient sur les mobiles de l'Etat français pour nous harceler judiciairement, prétendaient vouloir assouplir la législation à notre bénéfice, etc.

De plus, bien au delà des enjeux de la tomate, ils voulaient TOUT savoir sur TOUT : chiffre d'affaires de Kokopelli, produit des adhésions, relations de l'association avec le Réseau Semences Paysannes, etc. etc.

 

 

Hallucinant. Les Renseignements Généraux étaient passés quelques semaines plus tôt et ils ne s'étaient pas montrés aussi indiscrets. Quant à la tomate, elle s'est retrouvée relayée au rang de vulgaire prétexte à leur démarche inquisitoriale. Tout cela pour nous faire signer, en toute fin de journée, un torchon sans aucune portée, dans lequel nous avons dû corriger d'innombrables fautes d'orthographe.

Mais quel projet fumeux mijotent encore nos bons fonctionnaires publics ? Vont-ils encore une fois nous harceler, pour les beaux yeux du GNIS ?

Et si la tomate représente un quelconque intérêt à leurs yeux, pourquoi ne s'intéressent-ils pas aux myriades de fausses tomates anciennes qui inondent les étals de marchés et supermarchés de France et de Navarre, en toute tromperie pour les consommateurs ?

 

 

En voilà, un dossier intéressant... C'est, à notre avis, là qu'il faut porter l'attention et cette petite visite impromptue de la Répression des Fraudes a stimulé notre envie de lancer une campagne sur le sujet, à laquelle nous allons avoir le plaisir de vous inviter à participer. Suite, donc, au prochain numéro, pour les réjouissances de l'été...

 

Un article de kokopelli.semences.com, relayé par SOS-planete

 

Scandale en Ariège : 450 euro d'amende pour la vente de tomates anciennes non cataloguées

 

Note de Jacques : on croit rêver ! le 21ème siècle se caractérise par une nouvelle chasse aux sorcières ! Les semences ! Qui aurait cru qu'un jour ces petites graines (gracieusement données par la nature elle-même), puissent être l'objet de tant de convoitises, au point que le seul fait de les vendre devienne un délit ou même un crime ? Vivement que ce monde-là s'écroule...

 

Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. Étienne de La Boétie

 

Carte postale de Sotchi : dossier de SOS-planete, destiné à la Presse

 

 

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges !

 

Auteur : Rédaction kokopelli-semences.fr

Source : kokopelli-semences.fr