Un reptile marin superprédateur sévissait dans les océans du Trias - Premium

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 12/01/2013 à 18h38 par Fred.


UN REPTILE MARIN SUPERPRÉDATEUR SÉVISSAIT DANS LES OCÉANS DU TRIAS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook  Twitter LinkedIn Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Un reptile marin superprédateur sévissait dans les océans du Trias

 

Le premier superprédateur marin du Mésozoïque vient d'être décrit. Grâce à ses dents tranchantes, l'ichtyosaure Thalattoarchon saurophagis ne devait pas craindre des animaux aussi grands que lui. Petit détail supplémentaire, mais qui a son importance : ce reptile marin mesurait au minimum 8,6 m de long.

Les superprédateurs ne manquaient pas dans les océans du Jurassique et du Crétacé. Certains crocodiles marins, mais aussi des pliosaures, des plésiosaures, des mosasaures ou encore quelques requins, pouvaient en effet s'en prendre à des proies présentant une taille semblable ou supérieure à la leur.

Un groupe animal qui dominait également les chaînes alimentaires de l'époque manque dans cette liste : les ichtyosaures. Ces reptiles marins, mais d'origine terrestre, ont une longue histoire puisqu'ils peuplèrent les océans durant 160 millions d'années. Le dernier d'entre eux se serait cependant éteint 90 millions d'années avant la crise du Crétacé-Tertiaire qui sonna le glas des dinosaures.

Les restes d'un nouvel ichtyosaure, l'un des tout premiers, ont été découverts en 1998 par Jim Holstein dans les montagnes Augusta (formation géologique de Favret) situées dans le Nevada (États-Unis). Ce n'est cependant qu'en 2008 qu'il fut financièrement possible de les extraire de leur gangue de pierre.

Leurs secrets viennent d'être dévoilés dans la revue Pnas par une équipe américano-germanique menée par Nadia Fröbisch (Leibniz Institute for Research on Evolution and Biodiversity, Allemagne). L'animal exhumé serait au premier superprédateur marin connu du Mésozoïque, puisqu'il a vécu voilà 244 millions d'années !

Un crâne massif et des dents tranchantes

(...)

Thalattoarchon saurophagis aurait vécu quatre millions d'années après la recolonisation avérée des océans par les reptiles, sur la base de traces fossiles, et huit millions d'années après la crise biologique du Permien-Trias.

Pour rappel, cette période d'extinction vit disparaître entre 80 et 96 % des espèces marines. L'apparition aussi rapide d'un superprédateur après un tel événement dévastateur pour la biodiversité démontre que les écosystèmes marins ont récupéré plus rapidement que leurs homologues terrestres. Ils avaient en effet plus de 10 millions d'années d'avance sur leurs concurrents, les dinosaures étant apparus voilà 230 millions d'années.

Ainsi, grâce à Thalattoarchon saurophagis, la dynamique évolutive de nos océans s'éclaire un peu plus. Peut-être de quoi anticiper l'avenir... puisque l'Homme causerait actuellement, selon certains, une nouvelle extinction de masse.

 

Pour lire la totalité de l'article, cliquer ICI

 

Un article de Quentin Mauguit, publié par futura-sciences.com et relayé par SOS-planete

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete. Si vous jugez son contenu intéressant, n'hésitez pas à le partager au sein de votre entourage proche et virtuel (contacts, réseaux sociaux). Un petit clic qui se propagera naturellement sur la Toile. Merci de participer concrètement, ou à votre façon, à cette tâche d'information et d'éveil des consciences, donc à la sauvegarde de notre planète vivante et de l'Humanité.

 

Le module de news "Comment va la belle bleue ?" en grand écran

Lance-toi ! Deviens lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage ! - Alertes

Recevoir chaque jour les infos scientifiques dans sa boite aux lettres

Le site étrange qui dérange même les anges !

Mine de connaissances - Contacter l'équipe : vivant12@free.fr

 

Auteur : Quentin Mauguit

Source : www.futura-sciences.com