Sera-t-on noyé sous le "nouveau pétrole" ? Finira-t-on grillé par cette ultime combustion ? - Premium

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 12/08/2013 à 12h07 par mich.


SERA-T-ON NOYÉ SOUS LE "NOUVEAU PÉTROLE" ? FINIRA-T-ON GRILLÉ PAR CETTE ULTIME COMBUSTION ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Google+  FaceBook  Twitter
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Sera-t-on noyé sous le "nouveau pétrole" ? Finira-t-on grillé par cette ultime combustion ?

 

Titre initial : Sera-t-on noyé sous le "nouveau pétrole" ?

 

La découverte de nouveaux gisements augmente les réserves mondiales et menace la suprématie des pays du Golfe. Avec un nouveau danger : l'huile de schiste, encore plus polluante que le pétrole classique.

"En 2020, les Etats-Unis deviendront le premier producteur mondial de pétrole, devant l'Arabie saoudite." Les puits du Golfe détrônés par les derricks du Dakota ! Même si elle ne fait pas l'unanimité chez les experts, la prévision de l'Agence internationale de l'Energie (AIE) a fait l'effet d'un séisme. Aux Etats-Unis, mais aussi en Amérique du Sud et en Afrique, les découvertes de gisements s'accélèrent et pourraient remettre sérieusement en question la théorie du "pic pétrolier". Cette hypothèse a été présentée pour la première fois en 1956. Le géophysicien américain Marion King Hubbert professait que l'extraction d'or noir allait atteindre un maximum avant de s'engager dans un inexorable déclin.

Depuis, les experts s'écharpent pour savoir à quelle échéance ce pic se produira. Les pessimistes le voyaient survenir au milieu des années 2000. Mais, en juin dernier, un rapport rédigé pour la Harvard Kennedy School est venu relancer le débat. Selon Leonardo Maugeri, ancien directeur de la stratégie du pétrolier italien ENI, nous n'aurions aucun souci à nous faire pour notre approvisionnement futur en énergies fossiles.

Quel "nouveau pétrole" a-t-on découvert ?

Comment les experts ont-ils pu se tromper à ce point ? "Ils ont sous-estimé le potentiel du pétrole non conventionnel", écrit Leonardo Maugeri dans son rapport. Depuis le forage du premier puits par l'Américain Edwin L. Drake en 1859 à Titusville, en Pennsylvanie, nous utilisions pour l'essentiel du pétrole provenant de réservoirs enfouis à 2.000 ou 3.000 mètres sous la terre. Ce pétrole classique et facilement accessible se trouve à 70% au Moyen-Orient. Mais, depuis trois ans, l'industrie s'est mise aussi à exploiter en grande quantité d'autres sortes de pétrole, qui se situent à 70% sur le continent américain.

 

 

Aux Etats-Unis, il s'agit d'"huile de schiste", un cousin germain du gaz de schiste. On l'appelle également "huile de roche-mère", car elle y est restée piégée au lieu de s'écouler dans une cavité extérieure. Au Venezuela et au Canada, les compagnies pétrolières utilisent des "schistes bitumineux", qui se présentent sous une forme visqueuse et épaisse, mélange de pétrole, d'eau et de sable, qu'il faut chauffer à haute température et liquéfier avant d'obtenir une matière suffisamment liquide pour être raffinée.

(...)

 

Pour lire la suite de cet article inquiétant, cliquer ICI

 

Un article de Nathalie Funès, Caroline Michel et Mehdi Benyezzar, publié par tempsreel.nouvelobs.com et relayé par SOS-planete

 

 

Tableau exclusif de la fin des ressources non renouvelables, réalisé par notre Association

 

Notre Association n'a recueilli que 65 euros depuis le 1er juillet !
Hier, pourtant, 5349 internautes ont visité SOS-planete.

Nous ne défendons pas la Nature... Nous SOMMES la Nature qui se défend ! M. T.

Toute prise de conscience implique des changements TS

Pied à Terre : il était une fois... l'Homme ! (Humour ?)

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges !

 

Auteur : Nathalie Funès, Caroline Michel et Mehdi Benyezzar

Source : tempsreel.nouvelobs.com