Réchauffement climatique: pourquoi les sceptiques ont tort ! - Premium

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 01/06/2011 à 12h23 par Fred.


RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE: POURQUOI LES SCEPTIQUES ONT TORT !

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook  Twitter LinkedIn Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Réchauffement climatique: pourquoi les sceptiques ont tort !

 

J'ai tellement entendu tout et son contraire que j'ai voulu faire quelques remarques de bon sens pour remettre les pendules à l'heure. Ce ne sont que les éléments les plus faciles à comprendre, mais on pourrait rallonger techniquement la liste.

Le climat est quelque chose de très complexe quand on reprend le passé de la terre. Tout d'abord, la notion de glaciation, dont vous trouverez le "comment ça marche" ici:

http://la.climatologie.free.fr/glaciation/glaciation.htm

Ensuite, un article de moi qui vous donne la mesure de la complexité des choses:

http://www.lepost.fr/article/2011/05/14/2494545_la-seconde-hypothese-du-rechauffement-climatique.html

Le principal déclenchement du réchauffement climatique dans le passé de la terre était donc la conséquence astronomique :

- de la conjugaison d'un cycle de 25868 ans (modification de l'axe de la terre sur le plan du système solaire et nommé "précession des équinoxes"),

- d'une "précession de périhélie" (sur un cycle de 22000 ans qui décale les saisons sur l'année et impacte le résultat final),

- d'une modification de l'angle axial "obliquité" sur une période de 41000 ans (qui impacte la rudesse de l'hiver en fonction de la lumière perpendiculaire au plan équatorial),

- et enfin de la variation (allongement) de l'orbite terrestre par rapport au soleil variable entre 100000 et 400000 ans (qui peut faire varier par éclairement le total de lumière reçue à l'année) selon la position de Jupiter.

Quand ces phénomènes sont tous en phase, un grand réchauffement ou une grande glaciation peut avoir lieu. Normalement, c'est l'astronomie qui décide des périodes glaciaires et non l'homme.

Le grand cycle du carbone :

Le carbone présent sur l'ensemble de la planète (dégazé des roches quand la terre était très chaude) est utilisé pour la vie. Il lui est essentiel. Mais sans la vie la planète serait complètement asphyxiée par le CO2.

Ce sont les premières bactéries (des cyanobactéries dans l'eau) qui ont converti le premier CO2 en carbone et libéré l'oxygène. A partir de là des formes vivantes ont pu se développer sur les continents en utilisant l'air débarrassé du CO2 excédentaire nuisible. C'est la vie aquatique qui a fait le travail.

Si la vie utilise le carbone, elle n'en utilise pas la totalité, loin de là, et l'excédentaire reste fossilisé depuis les premières bactéries. La quantité de CO2 présente (avant l'homme) résulte d'un équilibre idéal entre carbone nutritif (pour la faune et la flore) et de l'oxygène pour la respiration biologique. Changer cet équilibre n'est pas une bonne chose.

(...)

L'anomalie carbonique enclenchée par l'homme.

La trop grande proportion de carbone fossile relâchée trop vite ne permet pas aux espèces de s'adapter au changement. Elles meurent, rejetant leur carbone et diminuant ainsi l'effet "puits carbone du vivant"...

Nous sommes dans une spirale du vivant, où les puits de carbone se ferment alors que nous relâchons de plus en plus de carbone, alors même qu'avec l'adaptation (longue), ce devrait être l'inverse et le carbone devrait être recyclé au fur et à mesure, même s'il croît lentement pour aller vers le cycle suivant chaud.

(...)

Résumons: il y a trois causes normales de base au réchauffement:

1) Le changement de la lumière reçue par la terre. Cette cause est d'ordre astronomique (ou de l'ordre de l'activité solaire mais plus en marge).

2) L'accélération par emballement CO2 de fin de cycle: soit la fonte des derniers pièges à carbone.

3) Le relâchement du carbone du vivant, dans le grand cycle du carbone. Cela accompagne l'emballement du CO2 par la mort du vivant.

Ces trois causes se répètent à chaque cycle chaud et le même processus inversé existe aux glaciations. En revanche, comme l'emballement climatique ne demande pas beaucoup de carbone, l'homme le provoque artificiellement sans attendre la cause astronomique.

 


 

La responsabilité du fossile (et de l'homme).

Les carburants fossiles sont bien artificiellement responsables du réchauffement. Car en plus de nos rejets ils ont provoqué le point 3 en déséquilibrant l'écosystème, qui meure. Le point 2 prend alors la relève. C'est comme tirer une chasse d'eau: elle ne s'arrêtera pas tant que le réservoir ne sera pas vide. La mort biologique (déforestation, pollution) s'ajoute à nos rejets.

La limite à ne pas franchir serait de 2°. Ces fameux 2° sont une valeur moyenne globale de la "respiration carbonique". C'est-à-dire que la faune et la flore ne peuvent pas en supporter le dépassement. Toutefois en fonction du lieu, cette valeur change. Par exemple en France, la température s'élèvera de 3° dans le même temps.

(...)

Le Permafrost (ou le pergélisol en Français) et les hydrates ont eux-aussi une limite. La variation des températures étant plus grande aux pôles, le dégel des prisons du Méthane se confirme car il est lui aussi déjà en cours. Des habitants au Nord de l'Alaska voient leurs maisons bâties dessus s'effondrer. Toute augmentation de 1° moyen correspond entre 3° et 10° (voire plus) aux fortes latitudes. D'où le dégel.

(...)

On constate également pour la première fois le dégel de la calotte antarctique et le réchauffement de ses eaux littorales (ceinture antarctique). Comme cette glace date de la précédente glaciation, il est évident que cela signe le retour d'une période de réchauffement de cet ordre (sinon elle serait plus récente si elle avait pu fondre entre-temps).

Toutes ces preuves sont donc indiscutables car constatées.

(...)

On peut comprendre alors l'importance d'arrêter le rejet de CO2 artificiel d'urgence. Passer aux énergies renouvelables est incontournable pour simplement survivre. La question n'est pas de savoir si l'on peut faire du renouvelable, la question est de comprendre que l'on doit le faire.

(...)
 

Pour lire la suite, cliquer sur Source ou Lien utile

 

Un article de le libère terre, publié par lepost.fr

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

Auteur : le libère terre

Source : www.lepost.fr