Préhistoire : quand les animaux géants fertilisaient l'Amazone - Premium

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 10/11/2015 à 16h00 par Cedre.


PRÉHISTOIRE : QUAND LES ANIMAUX GÉANTS FERTILISAIENT L'AMAZONE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Google+  FaceBook  Twitter
Préhistoire : quand les animaux géants fertilisaient l'Amazone

 

Durant des milliers d'années, des animaux géants ont fertilisé le bassin de l'Amazone en propageant azote, phosphore et autres nutriments dans leurs excréments, avant de disparaître brutalement, privant définitivement la région de cet apport massif d'engrais, révèle une étude publiée dimanche dans la revue Nature Geoscience.

A l'époque du Pléistocène (1), l'Amérique du Sud ressemblait beaucoup à la savane africaine actuelle. Et les dinosaures, depuis longtemps disparus, avaient cédé la place à une "mégafaune" impressionnante: des mastodontes proches des éléphants, des paresseux géants de cinq tonnes ou des glyptodons, sortes de tatous de la taille d'une petite voiture.

(...)

 

Vilcabanba, la vallée de l'éternelle jeunesse.
Photo prise en l'an 2000 par Cédric,
Président de l'Association Terre "sacrée"
lors de son voyage en Equateur et au Pérou parmi
l'assemblée des chamanes d'Amazonie

 

Pour lire la suite passionnante, cliquer ICI

 

(1) Il y a à peine 12 000 ans !!!

 

Note : (...) "Si les humains ont contribué à l'extinction de masse des animaux géants voici 12.000 ans, alors nous pouvons en conclure qu'ils ont commencé à affecter l'environnement bien avant l'émergence de l'agriculture", relève de son côté Adam Wolf, chercheur en écologie à l'université américaine de Princeton, qui a participé à l'étude.

 

Un article de l'AFP, publié par la-croix.com et relayé par SOS-planete

 

 

Nous ne défendons pas la Nature... Nous SOMMES la Nature qui se défend ! M. T.

Toute prise de conscience implique des changements TS

Pied à Terre : il était une fois... l'Homme ! (Humour ?)

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges !

 

Auteur : AFP

Source : www.la-croix.com