Olala ! L'équilibre agricole est rompu, la Terre se rebelle en silence - Premium

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 13/08/2016 à 20h00 par Fred.


OLALA ! L'ÉQUILIBRE AGRICOLE EST ROMPU, LA TERRE SE REBELLE EN SILENCE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Google+  FaceBook  Twitter
Olala ! L'équilibre agricole est rompu, la Terre se rebelle en silence

 

Dès 1940, nous savions déjà l'agriculture en danger

 

L'équilibre agricole est rompu. La terre se rebelle. Les maladies de toutes sortes se multiplient. Dans bien des contrées du globe, l'érosion emporte le sol épuisé. Dans son Testament agricole, pour une agriculture naturelle, Albert Howard (1873-1947) en avait conscience.

Les thèses de l'agriculture biologique d'aujourd'hui se situent dans la droite ligne de son « Testament ». La réflexion sur l'humus des praticiens contemporains de l'agriculture biologique est déterminante dans la gestion des matières organiques fertilisantes. Pourtant la mentalité NPK (azote, phosphore, potassium) prédomine encore. Un gouvernement devrait soutenir une agriculture biologique contre les monocultures et l'agriculture intensive.

(...)

 

 

Dans le règne végétal, il ne se produit jamais de tentative de monoculture. La règle est : productions mixtes. Une grande variété de plantes et d'animaux coexistent. La terre est toujours protégée contre l'action directe du soleil, de la pluie et du vent. Rien qui ressemble à de l'érosion.

La forêt se fertilise elle-même, elle fabrique son propre humus. Il s'établit une division naturelle entre le minéral et l'organique. L'humus fournit l'engrais organique. Le sol, la substance minérale. Rien de nocif, pas d'incinérateurs, pas d'épuration artificielle, pas d'épidémie due à l'eau, pas de conseillers municipaux et pas d'impôts.

 

 

« La population humaine, concentrée principalement dans les villes, est entretenue presque exclusivement par la terre. Il en résulte qu'une grande quantité des déchets agricoles est concentrée dans les villes, loin des champs qui les produisent. La plupart des déchets municipaux sont enterrés ou bien brûlés dans des incinérateurs. Pratiquement, aucun déchet ne revient à la terre.

Il faut donc considérer les villes comme des parasites de l'agriculture. Elles n'existeront avec le système actuel seulement autant que la fertilité de la terre le permettra. Ensuite, tout l'échafaudage de notre civilisation devra s'écrouler.

 

 

Notre mère, la terre, n'a eu que peu ou aucun représentant pour plaider sa cause dans les conseils municipaux. Une catastrophe quelconque, telle qu'une pénurie mondiale d'aliments puis une famine, ou bien la nécessité de disséminer la population urbaine dans la campagne, peuvent seules être l'occasion de discuter une pareille question.

Il s'agit d'amener le plus possible de communautés disposant d'une terre suffisante à produire elles-mêmes leurs propres légumes, leurs fruits, le blé et la viande. Il serait nécessaire de prendre des mesures pour protéger le pays des transactions du monde financier. »

(extraits du "Testament agricole" de Sir Albert Howard, 1ère édition 1940, Dangles 2010)

 

(...)

 

Pour lire la totalité, cliquer ICI

 

Une actualité publiée par biosphere.blog.lemonde.fr
et relayée par Demain l'Homme ex SOS-planete

 

 

12 widgets GRATUITS
de contenu, à insérer en copier-coller,
pour enrichir votre page

 

 

Singulier bracelet de survie et
de contact, offert à tout adhérent de
l'Association, avec SIFFLET d'URGENCE !
Un cadeau original utile pour la planète

Savez-vous que les flux RSS sont
l'avenir de l'Internet informatif ?

 

 


.


.


.

 


.

 

Auteur : biosphere.blog.lemonde.fr