Nous, les esclaves modernes (2/2) - Premium

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 20/04/2013 à 02h31 par mich.


NOUS, LES ESCLAVES MODERNES (2/2)

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Google+  FaceBook  Twitter
Nous, les esclaves modernes (2/2)

 

Pour lire le début, cliquer ICI

 

(...)

Et si toutes ces chimères étaient là juste pour voir comment on se comporte dans une situation extrême ? Juste une épreuve ? Et si tout cela était simplement la bonne claque qu'on s'administrerait à soi-même pour se remettre, à coup de machette, sur le chemin qui est le sien ? Le sien à soi. Et pas à celui du voisin.

Un chemin qui nous permettrait de renouer -certes brusquement, mais bon !- avec nos racines enfouies, nos sources ensevelies, nos origines englouties, nos richesses intérieures ? Un chemin qui nous permettrait d'aller réellement de l'avant et de profiter pleinement de la Vie qui est censée nous animer de la cervelle aux orteils ?

De nous animer. De nous aimer. D'être fier de soi.

Nous les zombifiés. Nous les sapiens devenus morts vivants. Nous, les zommes -pardon !- et toutes les autres espèces inimaginables, quasiment improbables, qui peuplent encore cette jadis belle planète, nous les humains et l'ensemble des générations futures ?

Vite ! Réveillons-nous ! On ne sait pas où on va, mais on y va au pas de course. Vite ! Vite ! Il reste un maigre dixième de seconde -à l'échelle de l'évolution- pour que nous empruntions une voie réellement nouvelle, sans dogmes, sans a priori, sans préjugés, sans conditionnements, vous savez ceux que l'on nous apprend dès notre plus tendre enfance et dont on nous bombarde toute notre vie, pour nous faire plier dans le sens inverse.

Positivons. Nous avons le blues, et bien chantons, chantons à tue-tête au nez des vieux colons. Faisons la fête !

 

 

Rien n'est perdu ! Rien ne peut se perdre.

Vivons pleinement l'instant présent, chacun des instants qui passent. Échangeons entre nous, en tête à tête, avec nos portables ou par Internet. Tissons des liens libérateurs. Inventons un monde à notre dimension. Faisons-le avec le coeur. Nous le pouvons ! Entre l'étriqué de nos actuelles existences, inconsciemment asservies et l'intemporel infini, le choix est vaste.

Que celui qui pense le contraire se manifeste !

Éteignons pour commencer nos chaînes de télévision et jetons un oeil à autrui par delà toutes frontières illusoires.

Ce monde matérialiste, régi par la finance, n'est finalement qu'une tromperie de passage, un feu follet... un simple apprentissage de la Vraie Vie. Qui est ailleurs disait l'Arthur ?

Non, non, non, le poète maudit a oublié que sa "saison en enfer" ne durait qu'un temps.

Tout est en effet en nous, y compris la force de résister, y compris celle de passer du stade de spectateur impuissant à celui d'acteur à part entière.

Entrons dans nos téléviseurs. Désertons nos canapés. Passons à l'action ! Ne "les" laissons pas faire ! "Les" laisser faire, "leur" donner carte blanche, est pire encore que ce qu'"ils" font !

Comment ?

Rien de plus simple. Il suffit de transmettre, via toutes les ondes possibles, les infos que l'on cherche à nous cacher, il suffit par exemple de boycotter tout ce qui contient de l'Orang-Outan, nommé "huile végétale" sur les emballages des produits industriels qui en contiennent, il suffit de tourner le dos aux bovins, aux cochons, aux poules élevées en batterie... Il suffit de favoriser les technologies à base de Soleil, de vent, d'algues et d'autres énergies inépuisables, mis à part les biocarburants. Cela va de soi.

Coupons l'herbe sous les pieds des multinationales. Avec nos dents nous le pouvons. Nos dents sont de véritables tondeuses à gazon.

Nous sommes des consommateurs -soit !- alors consommons, mais un peu moins et mieux, consommons local, équitable, durable, raisonné et saupoudrons nos plats avec moins de pesticides.

Fini les indigestions ! Fini l'empoisonnement global !

Nous, les asservis, nous les dépendants d'un $ystème prédateur, brisons nos chaînes invisibles, nos chaînes intérieures. S'il le faut grimpons aux lampadaires, déployons nos ailes. Jetons "leur" à la figure des masses de pétitions corrosives, devenons "lanceurs d'alerte". Faisons obstruction, faisons le poids. Impliquons-nous dans des associations énergiques. Taguons les murs de "leurs" mégalopoles inhumaines. Passons à la télé, sur toutes les chaînes. Gouvernons enfin nos existences de passage...

Tout est possible (tout est en nous, y compris les galaxies les plus lointaines, tout siège au beau milieu, ça l'a toujours été !) Il suffit de le vouloir. Là. Ici et maintenant. En nous sont immergés des trésors inouïs à découvrir, à faire ressurgir, des forces insoupçonnables qui s'enracinent dans la nuit des temps, dans notre ventricule gauche ou droit.

Montrons, à ces violeurs patentés, à cette poignée de malotrus et d'escrocs qui nous asservissent, à ces tordus psychopathes, que nous sommes maîtres de nous-mêmes, présidents de nos vies, ministres de notre destin et que nous avons des projets pour nous, pour les girafes, pour les hippopotames et pour toutes les belles espèces vivantes.

Nous, les esclaves modernes, les esclaves de la stupidité mondialisée, devenons enfin les hommes, les vrais hommes... que nous sommes tous en fin de compte, dans le fin fond de notre esprit et de notre coeur...

Qui n'arrête jamais de battre...

même dans une tombe !

Oui, croquons à belles dents, chacun a sa place, qui qu'il soit, la morale faisant partie -Dieu merci ;o)- de l'obsolescence programmée.

La solution est en chacun. A nous de la dénicher et de la mettre en oeuvre...

 

 

(à suivre)

 

Un article du Mich (2/2), relayé par SOS-planete

 

Nous les esclaves modernes ! Version pour les aveugles...






 

N'acceptez pas le crime organisé ! Rejoignez la Force ! Apportez votre petite pierre à une évolution joyeuse, compatible avec la Vraie Vie...

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete.

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

Auteur : Mich

Source : www.terresacree.org