Les causes du réchauffement climatique - Premium

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 03/12/2012 à 14h14 par mich.


LES CAUSES DU RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Google+  FaceBook  Twitter
Les causes du réchauffement climatique

Les images satellites ne mentent pas

 

Indispensable à la vie sur Terre, l'effet de serre est dû à la présence naturelle de certains gaz dans l'atmosphère terrestre. Depuis le XXe siècle, il est accentué par des émissions de gaz supplémentaires. Celles-ci sont liées aux activités humaines telles que l'agriculture, l'usage de combustibles fossiles, et les rejets industriels.

(...)

Selon les scientifiques, le surplus d'effet de serre dû aux activités humaines a joué un rôle déterminant dans le réchauffement climatique des dernières décennies.

L'effet de serre, un phénomène naturel

(...)

Gaz à effet de serre et activités humaines

Depuis les années 1990, les travaux scientifiques, synthétisés dans les rapports produits par le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), mettent l'accent sur le rôle joué par les activités humaines dans le réchauffement climatique constaté. Dans son quatrième rapport de synthèse publié en 2007, le GIEC note ainsi que « La majeure partie du réchauffement de la seconde moitié du XXe siècle est très vraisemblablement due au surplus d'effet de serre et donc aux activités humaines. »

Une trentaine d'organisations scientifiques majeures, dont la NASA et l'Organisation météorologique mondiale, dressent des constats similaires.

Depuis la révolution industrielle, au XVIIIe siècle, le développement économique a reposé sur l'usage massif des sources d'énergie fossiles (pétrole, gaz naturel, charbon) qui fournissent l'énergie nécessaire au développement de l'industrie et des transports (mais aussi pour l'agriculture : engrais, mécanisation). Or, la combustion de ces sources d'énergie dégage du dioxyde de carbone.

La concentration en dioxyde de carbone était ainsi de l'ordre de 280 ppmv (parties par millions) dans l'atmosphère au cours des derniers millénaires. Elle est passée brutalement de 280 à 395 parties par millions entre 1800 et 2012, l'augmentation la plus importante se produisant au cours des cinquante dernières années.

Le rythme d'augmentation de la teneur en dioxyde de carbone s'est accéléré depuis les années 2000, du fait du développement industriel de pays émergents comme la Chine et d'une forte augmentation de la combustion de charbon.

 

 

L'agriculture et l'élevage, aussi à l'origine d'importants rejets de GES

Outre les transports et l'industrie, d'autres activités humaines favorisent les rejets de gaz à effet de serre :

• Les activités forestières (incluant le déboisement) génèrent 17,4 % des émissions de GES (CO2, mais aussi méthane, protoxyde d'azote) à l'échelle de la planète. Tandis que l'agriculture est responsable de 13,5 % de ces émissions . En particulier, la déforestation (abattage d'arbres non remplacés par de nouveaux semis) réduit la capacité de l'écosystème à absorber le CO2 : au lieu d'être retenu par le bois en croissance et par les sols des forêts, ce gaz reste présent dans l'atmosphère et participe à l'augmentation de l'effet de serre.

• L'utilisation d'engrais agricoles azotés augmente la concentration en protoxyde d'azote dans l'atmosphère (N2O). Ce gaz contribue à renforcer l'effet de serre par sa capacité d'absorption des radiations infrarouges, 310 fois supérieure à celle du CO2, et par sa longue durée de vie dans l'atmosphère (100 ans).

• Dans les terrains humides des rizières, un phénomène de fermentation, dû à l'action de certains micro-organismes, dégage du méthane (CH4). Présent dans l'atmosphère en très faibles quantités, ce gaz joue cependant un rôle non négligeable dans l'accentuation de l'effet de serre : sa capacité d'absorption du rayonnement infrarouge est 20 à 50 fois supérieure à celle du CO2. Cependant, sa durée de vie dans l'atmosphère n'est que de 10 ans contre plusieurs millénaires pour le CO2.

• Dans la panse des ruminants (vaches, moutons), la digestion microbienne du fourrage produit également du méthane éructé par les bêtes. L'augmentation de la demande en produits carnés et laitiers, due à la croissance démographique mondiale, provoque une multiplication des grands élevages générant d'importantes quantités de CH4. Depuis 2006, les concentrations de méthane augmentent et atteignent 1 800 parties par million en volume (ppmv), c'est-à-dire le nombre de parties (en « poids ») de méthane pour chaque million de parties d'eau.

• (...)

Au total, les concentrations actuelles en GES dans l'atmosphère sont aujourd'hui nettement plus élevées qu'elles ne l'ont jamais été lors des 800 000 dernières années (on connaît la composition de l'atmosphère durant cette période par l'analyse de carottes glaciaires prélevées dans les profondeurs des calottes polaires). Ils jouent un rôle déterminant dans l'évolution climatique des dernières décennies.

Le 4e rapport du GIEC affirme ainsi que « L'essentiel de l'élévation de la température moyenne du globe observée depuis le milieu du XXe siècle est très probablement attribuable à la hausse des concentrations de GES anthropiques » (c'est-à-dire d'origine humaine). À tel point que Paul Crutzen, prix Nobel de chimie pour ses travaux sur la chimie atmosphérique, a baptisé cette ère l'Anthropocène. Ce néologisme signifie que nous changeons de période géologique, alors que l'empreinte des activités humaines devient dominante au niveau mondial (anthropos signifiant « hommes » en grec).

Environ la moitié des rejets anthropiques de dioxyde de carbone s'accumulent dans l'atmosphère, chaque année ; le reste est absorbé par les sols et la végétation, et par les océans (d'où leur acidification). L'évolution de la concentration en gaz à effet de serre dépend ainsi des activités humaines, mais également de l'évolution du cycle du carbone, et du climat. Ainsi, un océan plus chaud a une capacité d'absorption du dioxyde de carbone diminuée ; en 2003, les forêts françaises, soumises à une vague de chaleur intense, ont rejeté davantage de dioxyde de carbone qu'elles n'en ont piégé.

(...)

 

Pour lire la totalité, cliquer ICI

 

Un article de planete-energies.com, relayé par SOS-planete

 

Dossier complet de SOS-planete sur le réchauffement climatique

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

Auteur : planete-energies.com

Source : www.planete-energies.com