Le temps de vivre - Premium

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 18/11/2011 à 09h27 par geof.


LE TEMPS DE VIVRE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le temps de vivre

 
Je dédie cette 200e chronique à nous tous qui regardons notre montre et qui n'avons jamais assez de temps.

A-t-on besoin d'être efficace pour justifier sa vie ?

Je vous livre cette question qui m'a toujours hanté. Pour tenter d'y répondre, je vous conseille de vous rendre à Paris, au 16 de la rue de la Grande Chaumière, dans le VIe arrondissement. Vous y trouverez l'Editeur Paul Geuthner dont la spécialité est d'éditer des livres inutiles et invendables !

Vous y trouverez tout pour déchiffrer le Sumérien, le Phénicien ou l'Araméen, à moins que vous ne préfériez vous initier aux éléments de grammaire Elamite. Vous pourrez aussi tout savoir sur la musique Arabe, sur la plaine de Vientiane ou sur la cartographie des étoiles du temps des Arabes.

Vous pourrez, tout à loisir, feuilleter les carnets d'Urbain de Valsère sur le sanctuaire Punique de Carthage. Vous pourrez aussi faire la connaissance de la limule au sang bleu qui contient du cuivre à la place du fer. Vous pourrez méditer sur l'utilité que peut avoir le Horseshoe-crab dans la symphonie cosmique, ce crabe en fer à cheval, animal préhistorique, vieux de plusieurs millions d'années et qui pullule encore sur la côte Est des Etats-Unis ...

C'est au milieu de ces réflexions que je viens de recevoir d'un lecteur de nos chroniques, les commentaires d'un jeune Touareg, récemment arrivé du Nord Mali pour étudier à l'Université de Montpellier en France. J'ai trouvé ses paroles suffisamment édifiantes pour les livrer à vos méditations :
 


 

« Là-bas, un petit rien peut te donner beaucoup de bonheur. Toute chose est valorisée. Personne ne rêve d'être heureux parce que nous le sommes déjà.

Ici j'ai vu des affiches de femmes nues. Je me suis demandé : pourquoi ce manque de respect envers les femmes ?

Ensuite à l'hôtel, j'ai vu le premier robinet d'eau. Elle coulait si facilement ; j'ai eu envie de pleurer. Quand je vois le nombre de fontaines qui décorent la ville, je ressens une douleur intense.

Un jour le rallye Paris-Dakar est passé par notre campement. Une journaliste avait laissé tomber un livre. Je l'ai ramassé et lui ait tendu. Elle me l'a offert. C'était un exemplaire du Petit Prince. Je me suis promis de parvenir à le lire un jour. C'est ainsi que j'ai obtenu une bourse d'études et je suis venu en France.

Ce qui me manque le plus ici, c'est le lait de chamelle, la chaleur du feu, marcher pied nu sur le sable encore chaud...

Là-bas on regarde les étoiles toutes les nuits et chacune est différente de l'autre. Ici vous regardez la télévision.

Vous avez tout, mais ce n'est pas assez. Vous vous plaignez. En France, les gens réclament tout le temps. Un désir de posséder tout, de suite, et ce n'est pas suffisant.

Dans le désert, il n'y a pas d'embouteillage. Vous savez pourquoi ? Parce que personne ne veut dépasser personne.

Le soir, les hommes et les animaux rejoignent le campement. Leurs silhouettes se découpent dans un ciel rose, bleu, jaune, rouge. C'est un moment magique. On se rejoint sous la tente et l'on fait bouillir l'eau pour le thé. On s'assoie en silence et l'on écoute l'eau bouillir. La paix nous envahit et nos coeurs battent au rythme de l'eau en ébullition. Quel calme !

Ici vous avez des montres.

Là-bas nous avons le temps.

Vous avez la montre et j'ai le temps. Dans nos vies, le temps ne doit pas être celui qu'indique votre montre. Combien de fois, vous dites : je n'ai pas le temps ? »
 

J'espère que vous trouverez le temps de lire cette chronique qui remet nos pendules à l'heure. Il n'y a rien à ajouter, tout est dit.

 

Un article de Yves Ponroy, publié par Chronique-Libre

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : Yves Ponroy

Source : chronique-libre.com