La superterre à triple coucher de soleil est peut-être habitable - Premium

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 06/02/2012 à 14h50 par Mich.


LA SUPERTERRE À TRIPLE COUCHER DE SOLEIL EST PEUT-ÊTRE HABITABLE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Google+  FaceBook  Twitter
La superterre à triple coucher de soleil est peut-être habitable

Vue d'artiste

 

Selon l'un de ses découvreurs, la superterre qui orbite autour de l'étoile GJ 667C à seulement 22 années-lumière du Soleil est désormais la meilleure candidate au titre de planète rocheuse habitable. Cerise sur le gâteau, GJ 667C c fait partie d'un système triple, on pourrait donc y admirer des triples couchers de soleil.

L'eau liquide, source de vie dans l'univers, un dossier à lire

Voici une découverte que l'on ne doit pas aux observations de Kepler, pourtant très productif en ce moment, mais à l'observatoire de l'ESO. Comme expliqué dans un article déposé sur arxiv, c'est en analysant de nouveau les données spectroscopiques fournies par l'instrument Harps, équipant le télescope de La Silla, qu'une équipe internationale d'astronomes a découvert l'existence de l'exoplanète GJ 667C c. Des mesures effectuées à l'aide des télescopes Magellan II et Keck ont aussi été utilisées pour révéler que la naine rouge GJ 667C de type M, située à 22 années-lumière de la Terre, possède bien une deuxième exoplanète.

On connaissait déjà l'existence de GJ 667C b mais cette superterre orbitant en seulement 7,2 jours autour de GJ 667C, sa température de surface est bien trop élevée pour que de l'eau liquide puisse y exister. Il n'en est pas de même pour GJ 667C c qui est aussi une superterre.

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Futura-Sciences

D'autres articles scientifiques passionnants sur futura-sciences.com

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : Laurent Sacco

Source : www.futura-sciences.com