La manoeuvre s'accélère : "destruction" imminente, en Méditerranée, de 800 t de gaz sarin syrien - Premium

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 04/03/2014 à 11h20 par SOS-planete.


LA MANOEUVRE S'ACCÉLÈRE : "DESTRUCTION" IMMINENTE, EN MÉDITERRANÉE, DE 800 T DE GAZ SARIN SYRIEN

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Google+  FaceBook  Twitter
La manoeuvre s'accélère : "destruction" imminente, en Méditerranée, de 800 t de gaz sarin syrien

 

Dossier géant exclusif. Mise à jour permanente.
Edition du jeudi 23 janvier 2014 à 14:02. Traduction en 72 langues

 

Voici la suite des évènements :

Obama, l'alchimiste, veut détruire 800 tonnes de gaz sarin en Méditerranée
La presse est censurée !

 

News : Obama veut stocker
15 tonnes du gaz sarin syrien à 300 km de Perpignan

 

Communiqué de TS : à cause de la publication d'avant hier par notre ONG, on nous a censuré des mots vraiment clefs du Dispositif, certainement afin de retarder nos recherches en cours au sujet du danger de la soi-disant "destruction" du Gaz sarin au beau milieu de la... Méditerranée. Chacun de nous peut faire ses propres recherches et nous les envoyer via la Box express. Merci Google Alerts. Mais Google n'a dû qu'appliquer un ordre de l'Etat Major américain. Est-il responsable ? Y a-t-il des filtres militaires en aval ?

 

Black Out TOTAL
de tout le dispositif de Presse
sur tous les Réseaux.
Tout est verrouillé...

 

Le saviez-vous ?
Une seule tonne de gaz sarin est POTENTIELLEMENT
capable d'anéantir, en quelques minutes,
DEUX MILLIARDS d'êtres humains

 

 

NB : L'essentiel du dossier est dans son déroulement et au pied de ce post

 

Et si la vie était devenue un film de Science-fiction en 4D ?

Grandeur nature donc !

Il y aurait des télés, des milliards de télés partout,
un projectionniste
et, en amont, plein de gens pour écrire,
réaliser et produire le film en question !

 

 

Et si toi, moi, nous, pouvions interagir, à notre petit niveau,
au cours des différents épisodes du film vivant,
pour que le dénouement soit tout autre ?

Avec une sorte de télécommande -Google Inside- reliée aux serveurs,
bases de données et autres programmes
du réseau mondial de communications.

Vous vous dîtes que ce n'est pas possible, que la vie ce n'est pas cela

 

OK, alors prenez le temps de lire ce qui suit
et ce qui va s'ensuivre

 

 

4 dossiers cruciaux sont en cours
de développement par notre équipe

 

Dès cette semaine, et dans celles censées suivre, SOS-planete, grâce à son dispositif évolutif de colibris lanceurs d'alerte, qui –nous vous le disons tout de suite- est relié au quantique de D-Wave et donc de Google lequel, fin 2009, a racheté ce nid de petits génies pour 10 millions de dollars.

Le couple fatal, de ce mariage arrangé entre les familles Google et D-Wave, caresse maintenant l'idée, non pas de faire des enfants, mais de développer un ultra puissant méga-moteur de recherche, capable de repérer, depuis l'espace et via l'informatique municipale et familiale (2), si la fourmi, que toi ou moi sommes devenus, est parasitée ou non par un acarien non répertorié ;o) (2)

 

Le bébé quantique du couple Google-D-Wave

 

Pour vous mettre l'eau à la bouche,
vous découvrirez jeudi les intitulés de ces futurs dossiers.
Vous constaterez vite que toutes nos infos sont réelles, sourcées,
qu'elles proviennent bel et bien de la Terre
et ne sont pas des fuites d'un Spielberg à venir.

 

En attendant, nous ouvrons dans ce post
le premier dossier promis

 

 

SOS-planete : l'actualité, présentée autrement !

Et ça change tout !

 

 

Exclusif : dès l'ouverture des JO de Sotchi,
"destruction" en Méditérannée
de 800 tonnes de gaz sarin

 

Note préliminaire de TS :
accrochez-vous tout de même à un point stable pour limiter le mal de mer
et la nausée. Aussi incroyables vous paraîtront-elles,
les informations contenues dans cet article ne sont pas des illusions
ou des hoax... Elles peuvent être vérifiées facilement
par un enfant de 8 ans, grâce à Google God.

 

Go !

 

 

Le « Cape Ray », bâtiment de la marine marchande américaine, sous contrôle du Département de la Défense des États-Unis, a été retenu pour participer à la destruction de ce qui aura donc été l'un des plus importants arsenaux chimiques du monde.

Après avoir été modifié et équipé de deux usines mobiles d'hydrolyse, le cargo devrait appareiller fin janvier 2014, de sa base de Norfolk dans l'est de la Virginie, en direction d'un port italien de la mer Méditerranée, dont le nom est encore tenu secret.

 

 

Selon certaines indiscrétions, le port en question serait celui de Brindisi ou de Tarente, au pied donc de la botte italienne. C'est-à-dire à quelques encablures de la fosse abyssale la plus profonde de la Méditerranée : la célèbre fosse Calypso (5267 mètres).

Le Cape Ray, simple coque âgée de 36 ans et d'une longueur de 198 mètres, serait composé d'un équipage de 15 techniciens, ayant subi un entrainement intensif. 15 donc, selon les uns ! De 59 à 98, selon les autres ! Sans compter les équipes de sécurité.

D'après la version officielle, le navire embarquerait à son bord un système d'hydrolyse -le "Field Deployable Hydrolysis System"- capable de décomposer certains agents chimiques avec de l'eau de mer, et de détruire à chaque voyage 91 tonnes de gaz sarin, tabun, VX, moutarde et autres neurotoxiques.

 

Le Field Deployable Hydrolysis System

 

Le traitement des agents dévastateurs produira plus de huit millions de litres de déchets, qui seront provisoirement stockés sur le pont inférieur de la coque de noix, en attendant d'être confiés à des sociétés privées de traitement, spécialisées dans les résidus industriels.

Le Cape Ray sera escorté par le croiseur russe à propulsion nucléaire, porteur de missiles Piotr Veliki. T et de quatre frégates danoises, norvégiennes, britanniques et chinoises.

 

 

Et le tout sera –on l'espère ! (1)- surveillé de près et filmé par un navire de Greenpeace, autre que... l'Arctic Sunrise -bien entendu- toujours séquestré par Poutine ;o)

 

"Le cargo permettra d'éviter de transférer les agents toxiques sur le territoire d'un pays tiers, où il faudrait faire face à toutes les conditions politiques et environnementales d'une procédure de ce genre"

a déclaré Frank Kendall, haut fonctionnaire du Pentagone, dont les services supervisent les armes chimiques, biologiques et nucléaires.

Mickey Rosenthal, qui siège au Comité de contrôle de la Knesset, a noté que :

"Tous les pays frontaliers refusent, purement et simplement, la possibilité de détruire les stocks d'armes chimiques sur le territoire syrien, car

de nombreux dangers environnementaux résident dans le processus."

 

Et en pleine mer, pardi :
il n'y a que de la nourriture et des pédalos !!!

 

Il ajoute que "la décision des États-Unis de détruire ces stocks d'armes chimiques syriens en Méditerranée constitue un réel danger pour tous les pays côtiers."

 

Vlan !

 

 

Même les israéliens et les palestiniens craignent que la décomposition des gaz mortels puisse avoir un impact pour l'eau potable de leurs pays.

Sans parler des bancs de poissons et des troupes de mammifères marins, à qui on ne demande bien sûr pas leur avis.

 

 

Les armes chimiques, récoltées par des blindés russes sous la haute surveillance technologique de la NSA (USA) et de Storm (Russie), doivent quitter le territoire syrien par le port de Lattaquié et parcourir 500 kilomètres en mer à destination du port italien inconnu, d'où elles seront transbordées sur le Cape Ray.

Dans un premier temps, 800 tonnes d'agents dits « précurseurs » devraient ainsi être neutralisés par hydrolyse au beau milieu de la Mer Méditerranée, selon les uns, ou de l'océan atlantique, au large de l'Espagne, selon les autres, en eaux internationales en tout cas, mais nul ne sait exactement où.

Une tâche qui pourrait exiger une dizaine d'aller retours et durer entre 45 et 90 jours, selon le Pentagone, en fonction notamment des conditions climatiques.

1300 autres tonnes de résidus chimiques dangereux seraient encore détenues par le régime du dictateur syrien.

On espère pouvoir les détruire l'an prochain

 

 

Franchement, il est midi à quatorze heures ou quoi ? Tout cela ne vous semble-t-il pas un peu tiré par les cheveux ?

Ne constatez-vous pas un bug dans le scénario que nous venons de décrire et dont chaque élément est pourtant vérifiable par votre moteur de recherche à domicile ?

Oui il y a quelque chose qui ne colle pas du tout dans cette histoire et, ce matin, en compilant les communiqués de la Presse internationale, nous nous en sommes aperçus. Un peu à notre insu...

La situation est en fait grave. Réellement grave !

Nous savons bien toi, moi, nous, que, de toutes façons, nous ne pouvons pas éviter que la majorité des Chefs d'Etat fassent ce qu'ils croient certainement juste de faire.

Cependant, avant que ce scénario ne se réalise, notre ONG estime qu'il est de son devoir de rendre public le fait que cette semi-destruction, en pleine mer, de 800 tonnes de neurotoxines n'est pas sans danger majeur pour l'ensemble de l'écosystème.

 

 

Et là l'ONG française Robin des Bois a bien fait d'alerter le commandant des opérations !

En fait, notre message s'adresse à ceux qui ont le pouvoir d'agir avec vigueur au sein de la situation : les chefs d'Etat, les ministres concernés, les généraux, les scientifiques indépendants, les journalistes, les associations, l'opinion publique, l'ensemble des citoyens de la Terre.

 

Ceci étant dit en des milliers d'exemplaires, maintenant place à la prospective !

C'est sûr que cette « solution » internationale, sortie subitement toute faite d'on ne sait quel extravagant chapeau, coûte bien moins cher que d'envoyer les poisons d'Assad sur la Lune.

 

 

Toutefois, ne serait-il pas plus simple de jeter directement les fûts toxiques par-dessus bord ? Tenez par exemple à 5267 mètres de profondeur, dans la fosse sous-marine Calypso ;o)

Comme cela a été fait jusqu'en 1982, en Manche, Mer du Nord et Océan Atlantique, avec 17000 tonnes des déchets radioactifs made in nos centrales nucléaires de l'époque !

Comme cela a été fait dans le passé en Mer Adriatique, au large du petit port italien de Manfredonia, avec 20 000 armes chimiques qui maintenant menacent les écosystèmes bosniaques, albanais, grecs et italiens (source Google Maps et Greenpeace)

 

 

Ni vu, ni connu !

 

Ah oui ! Mais la corrosion et les courants marins ressusciteraient rapidement les gaz moutarde et sarin, qui remonteraient au nez des enfants à venir et des poissons, s'il en reste !

Alors pourquoi ne pas faire péter les fûts tout au fond de la fosse (septique ?) méditerranéenne, avec quelques communes charges atomiques dans le derrière, afin de les réduire définitivement à néant ? ;o)

Ni vu, ni connu : simple petit frémissement de la planète, style Hiroshima, léger oscillement des sismographes...

A peine 4,8 sur l'échelle de Richter

 

Un discret tremblement de Terre,
comme il y en a une vingtaine par jour ici-bas !

 

 

Vraiment : les ânes qui nous dirigent n'ont carrément aucune imagination ;o)

 

Mais non, on rigole : les baudets ne feront jamais ça ;o)

 

Gros merci en passant aux militants de Greenpeace,
fraîchement arrachés aux prisons russes par ceux qui les aiment,
de se mêler de l'affaire en envoyant un de leurs courageux équipages,
histoire de vérifier s'il n'y a pas coup fourré dans l'air,
en pleine mer...

 

A suivre dès ce soir à 20 heures sur cet écran

 

 

Bonsoir Mesdames, bonsoir Mesdemoiselles, bonsoir Messieurs !

 

Voilà en fait le réel coeur du problème

 

Le "Field Deployable Hydrolysis System" en personne

 

 

Regardez bien la photo ci-dessus

Il s'agit d'une des deux usines mobiles FDHS à hydrolyse,
installées dans la vaste soute du Cape Ray
SOUS UNE TENTE.

Ne constatez-vous rien de particulier ?

Imaginez ce qui peut se passer,
lors de l'hydrolyse des 800 tonnes de neurotoxines,
soit l'équivalent de 160 camions de 5 tonnes tout de même !
A l'échelle des deux ingénieurs en vert, c'est beaucoup, non ?

Et dans quel bidon va atterrir les huit millions de litres de déchets ?
Celui de gauche probablement, approximativement, logiquement...
Puis direction le pont inférieur via un banal tuyau

 

 

Olala !

Et surtout, à votre avis,
à quoi sert la tente
qui entoure le FDHS ?

Une tente, c'est fait pour protéger, non ? Et là de quoi ?

De ce qui vient du dehors : la pluie, le froid, les moustiques, les voyeurs ?
Non bien sûr, mais de ce qui vient DU DEDANS ?

Huhum ! Du dedans ? M'enfin ! Qu'est ce qui pourrait bien venir du dedans ?

 

 

Ah aussi ! Autre flou artistique : pourquoi l'équipage du cargo
varie-t-il ainsi de 15 à 98 matelots, selon les versions ?

On vous le donne en mille !!!

 

 

Ben c'est simple !

 

Si les pays voisins de la Syrie, pourtant situés à plusieurs dizaines de kilomètres, refusent catégoriquement que les deux petites usines à hydrolyse traitent SUR PLACE le stock d'armes chimiques du dictateur, c'est bien sûr parce qu'ils savent l'opération particulièrement dangereuse et capable de répandre, dans l'atmosphère et au sol, des composants extrêmement toxiques, primordiaux ou carrément aléatoires.

Saviez-vous -par exemple- qu'une tonne de gaz moutarde peut tuer 700 êtres humains au kilomètre carré, pour une densité de 10000 personnes/km2 ?

 

Mais le gaz sarin (3), lui, fait bien mieux : olala ! La dose létale est en effet d'un demi-milligramme pour un adulte !!!

 

Ainsi une tonne de ce gaz neurotoxique est
POTENTIELLEMENT capable d'anéantir, en quelques
minutes, DEUX MILLIARDS de toi, moi, nous...

 

Sa Majesté, la mère des meurtriers, EN PERSONNE !

 

Et alors donc, EN PLEINE MER, les risques sont strictement les mêmes, non ?

Oui, mais à deux énormes différences près :
- presque pas d'humanoïdes à nageoires ! Soit !
- mais surtout : zéro écolos sur le dos !!!

Vous savez, ces couillons vert de gris que les militaires ne tenaient pas non plus spécialement à voir débarquer en Syrie, après cette guerre minable, interminable, qui prendra forcément fin un jour, après ce génocide puant de tout un peuple, cette extermination massive, sous les feux de la rampe...

En pleine mer en effet, la dilution des gaz toxiques, émanant en silence de l'hydrolyse, sera -oufff !!!- du domaine de l'homéopathie, c'est à dire indétectable.

 

Et basta pour tout ce qui nage encore !

 

A suivre

 

 

(1) Ceci est une demande officielle d'intervention à toute ONG responsable...

(2) Deux des quatre dossiers exclusifs, en cours de développement par notre équipe

(3) Source wikipedia - Le gaz moutarde engendre une pollution de plusieurs siècles pour les écosystèmes.

 

Un premier jet du Cèdre et du Mich avec unités carbone@ssociées, publié par SOS-planete

 

Mais : ils ne sont pas VERTS !!!

 

Nous sommes tous dans le même bateau, personne n'ayant encore été jeté par-dessus bord, mis à part... Ben Laden ;o) Et que les seuls canots de sauvetage connus sont des... cercueils ;o) Non ? Il ne s'agit pas de virer à droite ou à gauche, mais bel et bien de GARDER LE CAP, DROIT DEVANT ! Nous sommes marins. Il y a des passagers et ils payent assez cher l'inoubliable Traversée ! UCA

 

 

Carte postale de la station balnéaire, située au bord de la Mer noire, à la même latitude que Marseille, et qui accueillera cependant les XXIIèmes Olympiades d'hiver

 

 

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges !

 

Dîtes : vous la trouvez pas un peu zarbie,
vous, la speakerine ?

 

Excusez-nous de vous demander pardon ;o)
mais c'était plus fort que nous !
Nous n'avons pas pu nous empêcher
d'insérer cette vidéo pourtant censurée ;o)

 

 

Méditerranée

 

Qui est concerné ?

Toi ? Moi ? Nous ?
Les poissons pris dans les mailles ?

 

Bras télévision et cen$ure : Obama, l'alchimiste
veut détruire, en Méditerranée, 800 t de gaz sarin

 

Notre Association défend la Vie et toutes ses espèces -dont l'Homme- qu'elle veut libres ! Elle est politique, dans le sens du mot grec "politeia" et non du mot grec "politike". En réalité, mis à part les ermites, nous sommes tous des zommes politiques ;o) Pour en savoir plus

Auteur : Cèdre et Mich, avec unités carbone@ssociées

Source : www.terresacree.org