L'utilisation de soja transgénique pose question à La Réunion - Premium

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 07/08/2013 à 21h55 par Jacky.


L'UTILISATION DE SOJA TRANSGÉNIQUE POSE QUESTION À LA RÉUNION

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook  Twitter LinkedIn Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
L'utilisation de soja transgénique pose question à La Réunion

 

Ce jeudi 1er août 2013, le conseil d'Etat confirmait la levée du moratoire interdisant la culture du maïs transgénique MON810 de la firme Monsanto sur le territoire français. Une décision posant de nouveau la question des OGM, auxquels le gouvernement a maintenu son opposition, mais dont l'utilisation se pratique malgré tout dans la fabrication d'aliments pour bétail, notamment à La Réunion où l'Urcoopa importe du soja "qui peut être issu de plantes génétiquement modifiées".

La décision du conseil d'Etat a jeté un nouveau flou sur l'utilisation des OGM. Si celle-ci est toujours interdite en France – comme l'ont rappelé le président de la République François Hollande et le ministre de l'Agriculture Stéphane le Foll -, elle se généralise dans de nombreuses parties du monde. L'inquiétude demeure donc, notamment dans le domaine des aliments pour bétail.

A La Réunion, c'est l'Urcoopa qui est en première ligne, la coopérative fabriquant 230 000 tonnes par an d'aliments pour bétail. "La grande majorité des matières premières que nous utilisons sont cultivées en France métropolitaine. C'est le cas des céréales comme le maïs, le blé, l'orge mais aussi le colza, le tournesol et la luzerne. Toutes ces matières premières sont garanties sans OGM. L'Urcoopa n'importe donc pas de maïs génétiquement modifié à La Réunion", explique-t-elle.

Mais les questions se posent concernant le soja, très utilisé pour sa richesse en protéines et son équilibre en acides aminés, et fourni en très grande partie par le continent sud-américain et notamment l'Argentine. Du soja "qui peut être issu de plantes génétiquement modifiées", indique l'Urcoopa, ajoutant toutefois que ce soja "est dument autorisé par les pouvoirs publics à la commercialisation et à l'utilisation en alimentation animale".

 

 

Reste que ce point pose problème à certains, dont Jean-François Sababady, à la tête du Mouvement des paysans solidaires de La Réunion. "Le problème, c'est que les consommateurs ne sont pas forcément au courant que la viande qu'ils mangent est issue d'animaux nourris aux OGM. L'Urcoopa doit dire clairement qu'ils importent du soja transgénique d'Argentine", souligne-t-il. "Car quoi qu'on en dise, on consomme des OGM à travers la viande et il n'y a aucun débat là-dessus. Il faut plus de visibilité sur les sacs d'aliments qui doivent indiquer les quantités et le pourcentage d'OGM", ajoute-t-il encore.

De son côté, l'Urcoopa répond que "la liste des composants et leurs caractéristiques figurent en toute transparence sur les étiquettes des aliments pour le bétail que nous commercialisons".

Malgré toutes ces précautions, le problème des OGM n'en a probablement pas fini de diviser. Le 25 mai dernier, une mobilisation était organisée à Saint-Denis et à Saint-Pierre pour dire non "aux manipulations génétiques sur les plantes et les animaux, à la dissémination des plantes transgéniques ou encore aux produits chimiques dans l'environnement". Des actions s'inscrivant dans le cadre d'une marche mondiale contre la firme Monsanto. Une nouvelle manifestation est prévue en octobre prochain, autour la question de l'autosuffisance alimentaire et donc également des organismes génétiquement modifiés.

 

Un article de ipreunion.com, publié par reunion.orange.fr et relayé par SOS-planete

 

« Nous ne défendons pas la Nature... Nous SOMMES la Nature qui se défend ! » Michel Tarrier

Message d'une Association française au Président de la République : François HOLLANDE

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges !

Mardi : 6725 visiteurs

 

Auteur : ipreunion.com

Source : reunion.orange.fr