L'homme machine - Premium

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 25/07/2012 à 15h58 par SOS-planete.


L'HOMME MACHINE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Google+  FaceBook  Twitter
L'homme machine

Une construction 3D de Meats Meier (2005) : "L'homme-machine"
 

La vie est elle gouvernée par un groupe de gens conscients ? Où sont-ils ? Qui sont-ils ?

Nous voyons exactement l'opposé : que la vie est gouvernée par ceux qui sont les moins conscients, par ceux qui sont les plus endormis.

Peut-on dire que nous observons dans la vie une prépondérance des éléments les meilleurs, les plus forts et les plus courageux ?
Rien de tel. Au contraire, nous voyons une prépondérance de la vulgarité et de la stupidité de toutes sortes.

Pouvons nous dire que des aspirations vers l'unité et l'unification peuvent être observées dans la vie ? Rien de tel bien sûr. Nous ne voyons que divisions, nouvelles animosités, et nouveaux malentendus.

De sorte qu'il n'y a rien qui désigne un processus d'évolution dans la situation actuelle de l'humanité.

Au contraire, quand nous comparons l'humanité avec un être humain, nous voyons clairement un développement de la personnalité au dépend de l'essence, une croissance de ce qui est artificiel, irréel et extérieur, au prix de ce qui est naturel, réel et qui nous est propre.

Avec ceci, nous voyons une croissance de l'automatisme. La culture contemporaine requiert des automates. Et les gens sont sans aucun doute en train de perdre leurs habitudes acquises d'indépendance pour se transformer en automates, en fragments de machines.

Il est impossible de dire où est la fin de tout ceci ni où est la sortie –ou s'il y a une fin et une sortie.

Une seule chose est certaine : l'esclavage de l'homme croît et augmente. L'homme est en train de devenir un esclave consentant. Il n'a plus besoin de chaînes. Il commence à apprécier son esclavage, à en être fier. Et c'est la chose la plus horrible qui puisse arriver à l'homme.

Ceci parce que les gens croient au progrès et à la culture. Mais il n'y a pas de progrès. Tout est pareil qu'il y a des milliers et des dizaines de milliers d'années. Les apparences changent. Mais l'essence ne change pas. L'homme reste exactement le même. Les peuples 'civilisés' et 'cultivés' vivent avec exactement les mêmes intérêts que les plus ignorants des sauvages. La civilisation moderne est basée sur la violence, l'esclavage et les bonnes paroles.

D'une manière générale, il y a toutes les raisons de penser et d'affirmer que l'humanité est au point mort, et de là il y a une ligne droite vers la ruine et la dégénérescence.

-----------------------------------------------------------------------
"... A quoi vous attendiez-vous ? Les hommes sont des machines. Les machines doivent être aveugles et inconscientes, elles ne peuvent pas être autrement, et leurs actions doivent correspondre à leur nature. Tout arrive. Personne ne fait rien. 'Progrès', 'civilisation', au sens propre, n'apparaissent que par des efforts conscients. Ils ne peuvent pas apparaître d'actions mécaniques inconscientes. Et quel effort conscient peuvent fournir des machines ? Et si une machine est inconsciente, alors des centaines de machines sont inconscientes, et des milliers, ou des centaines de milliers, ou un million. Et l'activité inconsciente de million de machines doit nécessairement résulter en la destruction et l'extermination." Gurdjieff - 1912
-----------------------------------------------------------------------

Nous sommes actuellement à un de ces carrefours de civilisation où nous risquons de basculer vers un gouffre, par notre impossibilité de travailler sur nous-mêmes ...
 

Un article de Marc Lafontan, publié par au-bout-de-la-route.blogspot.fr

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : Marc Lafontan

Source : au-bout-de-la-route.blogspot.fr