L'Asie est bien le berceau des premiers primates - Premium

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 25/06/2012 à 11h12 par mich.


L'ASIE EST BIEN LE BERCEAU DES PREMIERS PRIMATES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
L'Asie est bien le berceau des premiers primates

 

La découverte des 4 molaires d'un petit mammifère confirme la piste birmane de l'ancêtre commun du singe et de l'homme avant sa migration en Afrique.

Depuis la découverte en 1999 des restes fossiles d'un primate anthropoïde de 37 millions d'années, les paléontologues soupçonnaient l'origine asiatique de l'ancêtre commun du singe et de l'homme. Manquait la preuve. La mise à jour en Birmanie de 4 molaires millimétriques d'une forme quasi identique à celles trouvées il y a deux ans en Libye dans une couche légèrement plus récente, vient confirmer ce scénario.

« C'est l'aboutissement d'une longue enquête de terrain », savoure Jean-Jacques Jaeger, de l'université de Poitiers, qui a signé l'étude publiée dans la revue de l'Académie des sciences des Etats-Unis d'Amérique (PNAS).

Pendant six ans, dans une zone riche de fossiles, au coeur de la Birmanie, les paléontologues (français, britanniques, américains, birmans) ont passé plus de 10 tonnes de sédiments au tamis et trié, grain par grain, sous la binoculaire, les lots d'échantillons les plus intéressants. En février, l'infime témoignage du passé est enfin apparu.

Une centaine de grammes

« Ce petit anthropoïde, sans doute semblable aux tarsiers qui peuplent encore les forêts des Philippines, devait peser une centaine de grammes. Il vivait dans les arbres et se nourrissait d'insectes », suppose Jean-Jacques Jaeger. Mais, surtout, il possédait déjà plusieurs caractéristiques anatomiques de notre groupe : une cloison orbitale avec des yeux positionnés vers l'avant, une mâchoire haute, des incisives en spatules suivies de canines pointues et de molaires broyeuses.

Comment ce petit animal a-t-il ensuite colonisé l'Afrique à une époque où les deux continents étaient séparés par une mer (Téthys) plus large que la Méditerranée actuelle ? Deux hypothèses : un voyage à flot sur des amas à la dérive ou un relais d'île en île qu'aurait pu constituer la plaque tectonique iranienne entre les deux plaques continentales asiatiques et africaines.

« Quel que soit le scénario, un hasard incroyable s'est produit, commente Jaeger. Sur 45.000 mammifères, deux familles seulement sont passées : les rongeurs et les primates. » Débarquée en Afrique, sans compétiteur, la petite musaraigne a pu s'épanouir à loisir. « Une véritable explosion », s'ébahit le chercheur. En sans doute moins de 2 millions d'années, l'animal a évolué vers l'ancêtre de l'homme.

Avec la découverte birmane de Pondaung, l'arbre généalogique de notre espèce se précise. Apparu il y a 45 millions d'années en Chine où on a découvert son plus vieux représentant - Eosimias -, les anthropoïdes auraient migré vers l'ouest 7 millions d'années plus tard avant de rejoindre le continent noir, où les attendait un éden pour l'expression de la diversité génétique.

Reste à trouver le siège de la divergence qui a donné naissance aux premiers hommes. « L'endroit se trouve sans doute en Libye il y a 38 millions d'années », parie Jaeger. Si les conditions politiques le permettent, il reprendra cet hiver les fouilles sur le site de Dur at-Talah, berceau probable de l'humanité.

 

Un article de Paul Molga, publié par lesechos.fr

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : Paul Molga

Source : www.lesechos.fr

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • primate