Gare aux allergies provoquées par un substitut des parabens - Premium

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 22/12/2012 à 23h57 par kannie.


GARE AUX ALLERGIES PROVOQUÉES PAR UN SUBSTITUT DES PARABENS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Gare aux allergies provoquées par un substitut des parabens

 

La société française de dermatologie met en garde contre le methylisothiazolinone, utilisé comme conservateur dans les cosmétiques, à l'origine d'un nombre croissant d'irritations et d'eczémas.

Methylisothiazolinone (MIT) : le mot a beau être fort compliqué à prononcer, il est important de le retenir. Ce produit très largement utilisé dans les cosmétiques, les lingettes, les shampoings mais également dans certains produits ménagers pour ses qualités de conservateur se révèle être une substance très allergisante, selon la société française de dermatologie (SFD).

Le MIT qui est utilisé en remplacement des parabens peut provoquer chez certaines personnes des eczémas notamment aux mains, au visage, voire au siège avec l'utilisation de plus en plus répandue des lingettes.

Le produit semblait pourtant au-dessus de tout soupçon. Il y a une vingtaine d'années, il avait été blanchi, déjà pour des problèmes d'allergie, alors qu'il entrait dans la composition du kathon CG, un conservateur très largement utilisé à l'époque et très irritant. Une autre molécule était en cause.

Lorsque les parabens sont à leur tour mis sur la sellette pour leur rôle de perturbateurs endocriniens, les industriels choisissent donc de ressortir le methylisothiazolinone des tiroirs et de le réutiliser. Et comme il n'est pas très puissant, «les industriels ont augmenté les doses», raconte le professeur Annick Barbaud, responsable de l'unité de dermato-allergologie du CHU de Nancy et membre de la SFD.

Résultat, les allergies sont apparues et se multiplient aujourd'hui, comme le montrent des indications fournies par le réseau de vigilance en dermato-allergologie (Revidal).

DES TESTS INSUFFISANTS

L'exemple du MIT met une nouvelle fois en lumière la difficulté qu'il peut y avoir à trouver des molécules de remplacement. Le problème est patent pour le bisphénol A. Ce produit très largement utilisé dans les plastiques est également un perturbateur endocrinien et reconnu comme un cancérigène. Mais il y a un peu plus d'un an, l'Académie de médecine considérait qu'une interdiction «radicale» du bisphénol A était irréalisable tant qu'on ne disposait pas «de produits de remplacement ayant fait la preuve de leur efficacité et de leur innocuité».

«Le problème de l'allergie c'est que les tests qui sont effectués sur des personnes volontaires ne provoquent bien souvent pas de réaction sauf s'il s'agit d'un irritant majeur», rappelle Annick Barbaud. Si les industriels avaient interrogé les médecins à propos du methylisothiazolinone, ils les auraient peut-être mis en garde compte tenu du passé, «mais en général nous ne sommes jamais consultés», poursuit l'allergologue.

Les industriels en tous cas vont, une fois encore, devoir trouver un autre conservateur. «Si au moins ils faisaient disparaître le methylisothiazolinone des lingettes, ce serait une première étape. Car l'inconvénient majeur de ce type de produit est qu'ils ne se rincent pas», souligne encore le médecin, à la différence des savons, démaquillants et autres shampoings.

En attendant, en cas de doute, il est recommandé d'éplucher la liste détaillée des ingrédients des produits que l'on achète. Si nécessaire une loupe à la main !

 

Un article de Marielle Court, publié par sante.lefigaro.fr et relayé par SOS-planete

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete. Si vous jugez son contenu intéressant, n'hésitez pas à le partager au sein de votre entourage proche et virtuel (contacts, réseaux sociaux). Un petit clic qui se propagera naturellement sur la Toile. Merci de participer concrètement, ou à votre façon, à cette tâche d'information et d'éveil des consciences, donc à la sauvegarde de notre planète vivante et de l'Humanité.

 

Le module de news "Comment va la belle bleue ?" en grand écran

Lance-toi ! Deviens lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage ! - Alertes

Recevoir chaque jour les infos scientifiques dans sa boite aux lettres

Le site étrange qui dérange même les anges !

Mine de connaissances - Contacter l'équipe : vivant12@free.fr

 

Auteur : Marielle Court

Source : sante.lefigaro.fr