Faune sauvage malconnue en France: le chat forestier - Premium

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 17/02/2010 à 00h44 par SOS-planete.


FAUNE SAUVAGE MALCONNUE EN FRANCE: LE CHAT FORESTIER

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Google+  FaceBook  Twitter
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Faune sauvage malconnue en France: le chat forestier

Nos forêts vosgiennes, surtout de l'ouest, sont le milieu de vie typique du chat sylvestre ou forestier, un véritable félin entièrement sauvage, totalement protégé par la loi.

Contrairement à une idée répandue, le chat forestier d'Europe ou chat sauvage, n'est nullement un chat domestique retourné vivre dans la nature.

Ne pas confondre

Le chat forestier (Felis silvestris) est surtout présent dans les grands massifs forestiers, mais sa rencontre y reste aléatoire en raison de densités maximales de 3 à 4 individus pour 1000 ha et de ses moeurs nocturnes. Il lui arrive cependant de venir chasser en journée dans les prairies, particulièrement aux mois de février et mars, afin de reconstituer ses réserves après l'hiver et en juin où la fauche rend l'accès à la nourriture plus aisé. C'est là qu'une approche palpitante pour le photographier ou simplement l'observer peut être tentée, mais surtout sans le déranger !

Felis silvestris a toujours été présent sur notre continent. Il est beaucoup plus trapu que le chat domestique, se caractérise par un pelage gris ou fauve, sans rayures verticales, une queue touffue, cylindrique, terminée par un manchon noir précédé de deux ou trois épais anneaux sombres ainsi que par une ligne noire unique qui suit la colonne vertébrale jusqu'à la racine de la queue.

Le chat domestique (Felis catus) a été introduit en Europe au Moyen-Âge par les marchands phéniciens, à partir de l'Afrique de l'Est, afin de protéger les récoltes de grains dans les greniers. Il est plus fin, souvent tigré et possède une queue comportant une extrémité effilée et une multitude de petits anneaux.

Un destructeur de rongeurs

En France, le chat sauvage se nourrit presque exclusivement de rongeurs et autres micromammifères. Les campagnols des champs et agrestes sont nettement majoritaires, mais les mulots, les campagnols terrestres et roussâtres occupent aussi une place importante. Les autres proies sont constituées par les batraciens et les petits oiseaux, capturés à terre, car le chat sauvage ne chasse jamais dans les arbres.

Deux techniques sont utilisées pour la capture des proies: "la chasse mobile" qui consiste à parcourir rapidement les terrains favorables et "la chasse stationnaire" basée sur une longue période d'affût à proximité d'une galerie de campagnols. Lorsque la proie montre le bout de son nez, la rapidité des pattes et des griffes est foudroyante et l'efficacité spectaculaire.

Ce félin est donc un auxiliaire précieux de l'agriculture. C'est pourquoi il fait partie depuis 1979 des espèces protégées. Il ne peut être ni chassé ni piégé. C'est un animal d'une grande timidité, qui craint l'homme et ne s'approche jamais des habitations. Il n'a rien non plus de la bête féroce, tous crocs dehors, que véhiculent encore les vieux poncifs, alimentés par des clichés photographiques désuets réalisés en zoo. Mais, s'il se trouve acculé dans un arbre ou sous un rocher, face, par exemple, à des chiens de chasse, il peut effectivement prendre une posture d'intimidation impressionnante. Qui n'en ferait autant ?

Ce n'est pas un montagnard

Le chat forestier n'apprécie guère les longues périodes d'enneigement. C'est pourquoi il est rare de le rencontrer dans le massif vosgien à plus de 800 mètres d'altitude. La période du rut s'étale entre la mi-janvier et la fin février. La mise bas a lieu généralement en avril après une gestation de neuf semaines. C'est à ce moment qu'on peut découvrir trois ou quatre chatons superbes, avec une queue effilée, dans un arbre creux, une souche, un terrier ou une cabane forestière. Ne surtout pas y toucher !

Le voir disparaître bientôt...

Oiseaux-Nature est très inquiète. Les menaces qui pèsent sur lui s'amplifient fortement. Et il est difficile d'agir sur beaucoup d'entre elles. Sans une réaction forte de beaucoup d'entre nous, l'année de la biodiversité ne servira qu'à le voir disparaître bientôt. .../...

Pour lire la suite de l'article, cliquer sur "lien utile"
ou ici

Source: Vosges matin

Oiseaux-Nature tient à la disposition de chacun et gracieusement sur demande une documentation scientifique sur ce bel animal.
association-oiseaux-nature

Info envoyée par Lo

Pour en savoir plus sur la situation planétaire