Deux espèces de raies menacées d'extinction - Premium

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 19/01/2012 à 11h19 par geof.


DEUX ESPÈCES DE RAIES MENACÉES D'EXTINCTION

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook  Twitter LinkedIn Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Deux espèces de raies menacées d'extinction

 
Titre initial :
Deux espèces de raies menacées d'extinction à cause de la médecine chinoise

 

Un nouveau rapport dénonce la surpêche des raies manta et mobula, convoitées par la médecine chinoise pour leurs branchies.

Les perspectives d'avenir pour la biodiversité marine sont décidément peu encourageantes. Un nouveau rapport établi conjointement par les associations Shark Savers et WildAid tire en effet la sonnette d'alarme quant à la survie de deux espèces de raies géantes, les raies manta et mobula.

Ces « diables des mers », qui peuvent atteindre jusqu'à six mètres d'envergure et peser jusqu'à deux tonnes pour la première, jusqu'à cinq mètres et une tonne pour la seconde, sont aujourd'hui menacées en raison de leur surpêche.

Elles seraient selon les ONG précitées sur la même pente que le grand requin blanc, qui souffre depuis des années du trafic d'ailerons, ou shark finning. Tout comme le fameux prédateur, les deux espèces de raies sont particulièrement convoitées par la médecine traditionnelle chinoise, qui utilise leurs branchies comme remède à diverses maladies.

« Nous sommes d'abord tombés sur des branchies de raies manta et mobula sur les marchés asiatiques il y a plusieurs années, et nous avons suivi la piste jusqu'aux marchés de fruits de mer séchés dans le sud de la Chine », relate Paul Hilton, qui a dirigé l'enquête menée avant rédaction du rapport.

Celui-ci rapporte notamment qu'un seul kilo de branchies séchées de raies mantas et mobula se revend jusqu'à 500 dollars (environ 390 euros) sur le marché chinois, et qu'une seule raie manta peut produire jusqu'à 7 kilos de branchies séchées.
 


 

Selon ses auteurs, 61 000 kilos desdits organes circuleraient chaque année sur le marché, d'où un bénéfice annuel net de 11,3 millions de dollars (8,9 millions d'euros).

Des chiffres révoltants quand on sait que la légitimité de l'utilisation de ces branchies à des fins médicinales est sujette à caution, les membres des associations n'ayant trouvé aucune trace de cet « ingrédient » dans le manuel officiel de la Médecine Traditionnelle Chinoise.

Ils suggèrent en outre que ces raies seraient nettement plus rentables vivantes dans la mesure où elles sont également très convoitées par... les touristes. Jusqu'à 100 millions de dollars (78,5 millions d'euros) seraient en effet générés chaque année grâce aux activités de plongée sous-marine proposées dans divers pays comme les Maldives, l'Indonésie ou encore le Mexique.

Aussi, continuer de surexploiter les populations de raies manta et mobula, c'est « dérober les économies locales et l'environnement d'une des créatures les plus charismatiques de l'océan », s'insurge Shawn Heinrichs, responsable de l'étude réalisée par les deux associations.

Ces deux espèces de raies sont d'autant plus vulnérables que leur système de reproduction est particulièrement lent (NDLR : elles n'atteignent la maturité sexuelle qu'à neuf ans en moyenne et donnent naissance à un seul petit tous les deux à cinq ans). Ironie du sort...

 

Un article de Jessica Rat, publié par ZegreenWeb

 

Afficher la source

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : Jessica Rat

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • raie manta - 
  • Chine