Des déchets nucléaires enfouis pour l'éternité ? - Premium

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 21/05/2011 à 10h50 par geof.


DES DÉCHETS NUCLÉAIRES ENFOUIS POUR L'ÉTERNITÉ ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook  Twitter LinkedIn Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Des déchets nucléaires enfouis pour l'éternité ?

 
En Finlande, un projet de stockage permanent des déchets nucléaires est en construction. Dans une centaine d'années, il deviendra le tombeau de déchets à haute valeur radioactive pour les 100 000 prochaines années. En France, un projet similaire est à l'étude.

Mais comment s'assurer que les générations futures ne pénétreront pas ces sanctuaires creusés à 500 mètres sous terre ? C'est ce qu'interroge le réalisateur Michael Madsen dans son documentaire « Into eternity ». Et ce qu'étudie l'Andra, dans son laboratoire de Bure...

ONKALO -« la cavité » en français- est la première installation de stockage des déchets nucléaires civils de haute activité radioactive présentée comme capable de tenir 100 000 ans (le plutonium ayant une durée de vie de 240 000 ans par exemple). Le site se trouve en Finlande, sur l'île d'Olkiluoto où se situent déjà une centrale nucléaire, un centre de stockage des déchets de faible/moyenne activité, et prochainement un EPR.

En construction depuis 2004, ONKALO est un immense dédale de tunnels souterrains creusés jusqu'à 500 mètres dans du granit. Commencée dans les années 70, l'installation recevra ses premiers déchets vers 2020 puis sera remblayée et sécurisée au cours des années 2100. Avant, espère-t-on, de rester fermée à toute intrusion humaine et technique pendant des milliers d'années. Un avenir difficile à imaginer tant l'échelle nous dépasse. A titre de comparaison, 100 000 ans c'est à peu près ce qui nous sépare de l'existence de l'espèce humaine telle que nous la connaissons. Les plus anciennes peintures rupestres connues, elles, ne dépassent pas 30 000 ans. Et rappelons-nous que nous ne savons détecter la radioactivité que depuis 115 ans...

Quels risques ?

Le projet ONKALO « dépasse d'un point de vue technique comme d'un point de vue philosophique, toutes les initiatives humaines existantes jusqu'à présent. C'est complètement inédit. Et en cela, je pense que c'est un projet emblématique de notre époque – mais aussi une façon bien étrange de se projeter dans l'avenir », juge Michael Madsen, le réalisateur du documentaire « Into Eternity » qui interroge les implications d'un tel projet notamment du point de vue de la mémoire.
 


 

Car comment s'assurer que ce lieu –qui contiendra peut être les derniers vestiges de notre civilisation- ne contaminera jamais personne ? Comment prévenir les générations futures des dangers que représente cette cargaison mortelle ? Alors que les pyramides, auxquelles on compare la construction de ce type de bunker, ne datent que de 4 500 ans, comment imaginer quelle sera la solidité et la viabilité de cette installation, alors que la Finlande connaîtra sans doute à cette époque le retour de l'âge de glace ? Faut-il utiliser des marqueurs, des signalétiques en différentes langues et/ou des pictogrammes sur des monolithes, s'inspirer du cri d'Edward Munch ou laisser le centre sombrer dans l'oubli ?

Sans doute les réponses ne peuvent-elles être que floues ou incomplètes au vu de l'échelle temporelle, mais comment ne pas se soucier de ce qu'il adviendrait aux générations futures (environ 6 000 générations sur cette durée !) en cas de problème ?

En France, c'est la mission confiée à l'Andra (agence nationale des déchets radioactifs), qui travaille notamment sur un projet d'enfouissement des déchets nucléaires à moyenne et haute activité radioactive relativement similaire à celui d'ONKALO, à quelques différences près tout de même.

Pour le directeur de la maîtrise des risques de l'agence, Fabrice Boissier, c'est d'abord le risque de forage qui serait le plus important. Un trou à proximité des colis de béton, inox ou acier, renfermant les déchets déjà dégradés pourrait en effet permettre à une partie de la radioactivité de remonter à la surface puis de se diffuser à travers les nappes phréatiques ou les cours d'eau. Mais l'Andra se veut rassurante. « Nous avons fait des modélisations et même dans ce cas, si cela arrivait dans les 500 ans après la fermeture -sachant qu'avant on peut penser que la mémoire du lieu serait conservée- l'impact serait limité et inférieur à une radioactivité naturelle », assure Fabrice Boissier.

Quant à l'intrusion d'une personne dans cet antre, si elle devait aller jusqu'à une distance assez proche des colis, elle serait bien évidemment « nocive » du fait de l'irradiation ou de la contamination... « Mais nous essayons justement de concevoir le stockage dans un objectif de protection de l'homme et de l'environnement. C'est dans ce but qu'il faut choisir un milieu géologique très spécifique comme l'argile -très imperméable-, et situé dans une zone stable, sans séisme. Ensuite, il faut enterrer les déchets en profondeur et ne plus avoir besoin d'assurer une maintenance à compter de la fermeture de la structure », explique-t-il.

Quelle mémoire ?

(...)

Quelle acceptabilité ?

Des travaux qui laissent plus que sceptiques les opposants au projet, qui sont mobilisés depuis plus de 15 ans contre ce qu'ils appellent la « poubelle nucléaire ». (...)

« Tchernobyl, Fukushima...ces accidents nous montrent que l'on est encore incapable de maîtriser cette technologie et qu'il n'y a pas d'autres solutions que l'arrêt du nucléaire », conclut Jean-Marc Fleury. Mais en attendant, pour Fabrice Boissier, l'accident de Fukushima montre au contraire la vulnérabilité des installations de surface et la nécessité de l'enfouissement pour résister aux cataclysmes ou même aux actes terroristes.

Un ONKALO français ?

En France, les déchets de haute et moyenne activité nucléaire à longue vie sont provisoirement stockés dans des piscines. Mais un projet d'enfouissement des déchets nucléaires de moyenne et haute activité radioactive est prévu sur les communes de Bure et Saudron, entre la Meuse et la Haute Marne, où un laboratoire souterrain de l'Andra réalise déjà des études et recherches sur ce stockage. (...)

 
Pour lire l'article dans sa totalité, cliquez sur "Source" ou "Lien utile"
 

Un article de Béatrice Héraud, publié par Novethic

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

Auteur : Béatrice Héraud

Source : www.novethic.fr