Contre la connerie envahissante - Premium

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 13/06/2014 à 09h05 par Fred.


CONTRE LA CONNERIE ENVAHISSANTE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Contre la connerie envahissante

 

Moutons et cochons de père en fils et en fille aussi...

Les études se succèdent les unes aux autres et confirment que notre ADN est très proche de celui du cochon, le génome du porc correspond au génome humain à 97 %.

Forcément les pistes de recherches médicales sont très prometteuses :

"Une nouvelle analyse du génome du porc révèle des analogies jusqu'alors inconnues, inattendues et possiblement bénéfiques, entre les porcs et les humains", indique l'Institut scientifique de recherche agronomique (Inra), où le Consortium international pour le séquençage du génome du porc a été initié.

"Mode de vie, gènes, anatomie : une multitude de points communs". Vous avez bien lu "mode de vie, anatomie..."

Hier le singe, le porc aujourd'hui.

 

 

Le mouton s'annonce, il n'est jamais très loin, c'est ce qui fait la force des instituts de sondage, cet animal est terriblement prévisible. La filiation ancestrale homme-mouton vient du caractère prédictif de l'un et de l'autre, cette fois pas besoin de confirmation scientifique, c'est tellement évident que c'est devenu un lieu commun, très commun.

"Des analogies possiblement bénéfiques" ... incontestablement !

Plus la science progresse, plus la génétique se fait précise, plus la biologie révèle ses secrets et plus on se découvre de points commun avec le cochon. Dans un avenir assez proche il n'est pas impossible que la généalogie suive la même trajectoire et arrive aux mêmes conclusions.

Mais dans ce cas ce sera un peu plus difficile à avaler car tant qu'on parle de génome, de chaîne ADN, de minuscules protéines, tout va bien, c'est tellement technique et compliqué qu'on ne se sent pas vraiment concerné. Mais si par malheur on arrive à identifier dans l'histoire de nos familles l'origine "cochonne" de telle ou telle branche, là ça risque d'être beaucoup moins drôle !

 

 

Résumons la situation telle qu'elle est : plus la science progresse, plus l'homme devient capable de "tout" comprendre et plus nous nous rapprochons du cochon.

C'est comme cela, il va falloir s'y faire, la contradiction n'est qu'apparente.

Il n'y a pas que dans la biologie que les découvertes les plus prometteuses s'accumulent, les progrès liés aux technologies et à l'informatique sont à la fois nombreux et fulgurants.

Je viens de terminer de lire un article édifiant sur "le test de Turing" : l'objectif est d'essayer de tromper un panel de juges humains à partir d'une batterie de questions qu'on soumet à un ordinateur qui dispose d'une petite dizaine de secondes pour répondre (avec son clavier) : si au moins 30 % des gens pensent qu'ils ont affaire à un "humain" alors l'ordinateur a réussi son test.

Le gagnant s'appelle Eugene Goostman, il aurait 13 ans et nous viendrait d'Odessa en Ukraine, vous lisez bien d'Ukraine. Si, un ordinateur Ukrainien, ça c'est de l'actualité scientifique !

Plus la science progresse et plus on se rapproche du cochon; plus la technologie progresse et plus l'ordinateur dépasse l'homme en termes de réflexion, de calculs, d'analyses, de ... car on attend beaucoup de la technologie; plus l'homme se regarde dans le miroir, plus il se déçoit et plus il "croit" que son salut viendra de la technologie ... c'est ce que j'appelle la Si Li Conne Vallée.

 

 

Personne ne se pose de question sur le test de Turing qui est né du cerveau malade d'un anglais en 1950, il y a 64 ans. Les juges eux-mêmes ont évolué, leur culture, leur science, leur référentiel n'est plus le même. Peut-être que leur naïveté n'est plus la même non plus. Une chose est certaine : c'est la première fois que le test a eu lieu en Ukrainien.

En tout cas l'ordinateur s'est fait passer pour un humain, il a réussi son test auprès de 30 % de ces "juges". L'Ukrainien est une langue trop compliquée, ceci explique peut être cela. Ouf ? pas si sûr. Soit l'ordinateur Ukrainien était vraiment tip-top, soit les juges sont des brêles.

Donc l'homme tient du cochon, se comporte comme un mouton, ou un perroquet (Au fait, pourquoi la science ne nous parle jamais des perroquets ?), et se révèle nettement moins performant qu'un ordinateur Ukrainien dernier cri ... oui, dernier cri, justement.

Franchement, investir des milliards d'euros pour en arriver là ! Des siècles et des siècles de recherche ... L'homme coincé entre son géniteur, le cochon, et son enfant, l'ordinateur, perdu au milieu de ses semblables, des moutons. Pas vraiment réjouissant le tableau.

 

 

J'étais sur le point de recenser les analogies et les ressemblances entre les cochons, les moutons et les hommes à travers les âges. Sous cet angle, la politique me fournissait des illustrations, des images ... de cochons plus bêtes que méchants et de moutons plus soumis que disciplinés, mais quelle époque choisir ? J'avais l'embarras du choix.

La nôtre bien sûr, celle que nous sommes en train de vivre aujourd'hui même ! Elle ressemble tellement à celle d'hier, à celle d'avant hier. Pas la peine de vous faire un dessin, enfin, j'espère.

 

 

Des images de troupeaux, des odeurs, du bruit, de la fureur, des grognements, des courses, des ruades, des morsures, de la boue, un champ, des barbelés. Des barbelés partout, tout autour. Pas vu de miradors, non, ça c'était hier, ne confondons pas, les époques se ressemblent mais il y a des nuances. N'insultons ni le passé ni le présent, mais attention quand même au futur ... on ne sait jamais.

Des chiens qui jappent, qui regroupent les troupeaux, qui empêchent les dissidences ou les excentricités ou les résistances. Des chiens qui utilisent les mêmes signes, qui obéissent aux mêmes sollicitations avec la même recette, la Peur.

 

 

Des moutons, des cochons, des singes, des perroquets, des poules et des coqs, un tas de fumier. Un bestiaire hétéroclite dans un décor très français en somme.

"Veux-tu avoir la vie facile ? reste toujours près du troupeau, et oublie-toi en lui".

 

 

Un article de Bruno Painvin, publié par mediapart.fr et relayé par SOS-planete

 

Pour en savoir plus que visible, abonnez-vous à notre nouvelle Newsletter bimestrielle gratuite

Le site SOS-planete lui-aussi est GRATUIT !
Merci de contribuer au financement participatif

 

 

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges

 

Auteur : Bruno Painvin

Source : blogs.mediapart.fr