Compil' N°4 de Fred : Guerre froide et climat chaud sur dégel de l'Arctique - Premium

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 01/10/2014 à 13h00 par Fred.


COMPIL' N°4 DE FRED : GUERRE FROIDE ET CLIMAT CHAUD SUR DÉGEL DE L'ARCTIQUE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Google+  FaceBook  Twitter
Compil' N°4 de Fred : Guerre froide et climat chaud sur dégel de l'Arctique

Traduction des phylactères :

Alerte au changement climatique catastrophique de ...

"Les gens vont peut-être en avoir conscience
si je tweet un selfie..."

 

Pour lire un article dans son intégralité, cliquer sur son titre

 

* Géopolitique et enjeux internationaux autour de l'Arctique, interview de Victor Chauvet

 

Longtemps délaissé, sauf par les marines de guerre et explorations scientifiques de guerre froide, l'Arctique suscite de plus en plus les convoitises. A la faveur du réchauffement climatique entre autres, sa position stratégique et ses ressources naturelles commencent à en faire l'enjeu d'équilibres régionaux en redéfinition.

(...)

 

Source : enderi.fr

 

 

* En Arctique, la guerre froide n'est pas terminée

 

En Arctique, la fonte des glaces libère de nouvelles tensions. La lutte pour sa domination oppose Chine, Etats-Unis et Russie et Canada.

A mesure que l'Arctique se libère de son étendue glacière, les richesses de son sous-sol et l'accès facilités aux routes maritimes longeant les côtes russes et canadiennes attirent les convoitises. Au-delà des enjeux commerciaux se profilent aussi des enjeux géopolitiques mettant aux prises les Etats-Unis et la Russie, mais aussi la Chine et le Japon. La France, elle, est la grande absente du terrain de jeu arctique.

(...)

 

Source : Martin Bernard - ijsbergmagazine.com

 

 

* Armée russe : le groupement arctique Nord créé d'ici 2017

 

La Russie créera un nouveau groupement arctique baptisé Nord et composé de deux brigades d'ici 2017, a annoncé mercredi à Moscou le commandant en chef des troupes terrestres russes Oleg Salioukov.

(...)

 

Source : RIA Novosti

 

* Arctique : Moscou crée une expédition permanente au Spitzberg

 

Une expédition scientifique permanente russe est en train d'être créée sur l'archipel du Spitzberg (Svalbard en norvégien) a annoncé vendredi le ministère russe des Ressources naturelles et de l'Ecologie.

"La création de l'expédition ouvre de nombreuses perspectives. Il s'agit avant tout d'améliorer la coopération entre les chercheurs russes et étrangers lors de travaux tant sur le territoire de l'archipel du Spitzberg que dans les eaux adjacentes de l'océan Arctique", a déclaré le ministre russe des Ressources naturelles Sergueï Donskoï.

(...)

 

Source : RIA Novosti

 

Dossier de RIA Novosti : La Russie explore l'Arctique

 

 

* Compte à rebours du climat. En Alaska, des dizaines de milliers de morses ne se cachent pas pour mourir

 

419 jours. C'est le temps qui reste à la planète et aux politiques avant le début de la 21ème conférence sur le climat qui se tiendra près de Paris, au Bourget, à partir du 30 novembre 2015, après avoir été préparée à Lima en décembre 2014.

Comme le temps passera très vite pour la montée inexorable du dérèglement climatique, fait de réchauffement, de tempêtes, de froid inattendu, de graves variations pluviométriques, d'erreurs d'appréciation et de dénis, il est déjà urgent et nécessaire d'en tenir une chronique politique, scientifique et économique.

(...)

En raison de la fonte des glaces, la banquise a énormément reculé vers le Nord. Elle ne subsiste qu'au-dessus de fonds qui oscillent entre 2500 et 3000 mètres. Comme ces animaux ne peuvent pas plonger au-delà d'une centaine de mètres, comme ils ne peuvent pas non plus nager plus d'un ou deux kilomètres, ils jeûnent depuis plusieurs semaines, entassés les uns sur les autres sur les petits espaces de terre ferme où ils se sont réfugiés.

Là où ils espèrent trouver un peu de nourriture, épuisant leurs réserves de graisses et de muscles à chercher sur cette terre ferme des proies trop rares.

Alors ils commencent à mourir. Comme ils sont les uns sur les autres, ce sont les petits déjà nés qui périssent les premiers, étouffés par une masse réunissant plus de 40 000 tonnes d'animaux.

(...)

 

Source : Claude-Marie Vadrot - politis.fr

 

 

Pour en savoir plus que visible, abonnez-vous à notre nouvelle
Newsletter bimensuelle
, confidentielle et GRATUITE

Le site SOS-planete lui-aussi est GRATUIT ! Toutefois, pour nous soutenir,
pour un surf plus fluide et surtout pour bénéficier de l'autorisation d'accès à toutes les zones clefs, naturellement réservées, pensez à
adopter la version PREMIUM

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges ;o)

Auteur : Fred