La Nature a de l'esprit : virus ZIKA et microcéphalie en héritage pour la lignée des "gros cerveaux" - Porte-clefs

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 06/02/2016 à 21h42 par colibrix.


LA NATURE A DE L'ESPRIT : VIRUS ZIKA ET MICROCÉPHALIE EN HÉRITAGE POUR LA LIGNÉE DES "GROS CERVEAUX"

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Google+  FaceBook  Twitter
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La Nature a de l'esprit : virus ZIKA et microcéphalie en héritage pour la lignée des "gros cerveaux"

Montage Jean Giner

 

MAJ

NB : la documentation manque actuellement sur Internet

 

Et si la Nature transformait subitement nos gros cerveaux
d'Homo Sapiens (1) en microcéphales, avouez que ce serait
une sacrée leçon pour l'Humanité !

 

 

Le virus ZIKA - Microcéphalie (section peu documentée)

Les consignes officielles de OMS

Celles du Ministère des Affaires étrangères

(1) L'Homo Sapiens vu par des Demi-Sphères quantiques de communication

 

 

Et si la Nature était dotée d'Intelligence ?

Et si Elle savait ce qu'Elle faisait ?

Où Elle allait ?

Et si Raison avait...

Et s'il valait mieux

L'avoir avec soi comme Alliée

plutôt que comme ennemie ?

 

 

Le virus zika relance le débat sur l'avortement au Brésil
ainsi que sur l'usage des préservatifs, puisque le virus ne se transmet pas que
par le moustique Tigre, mais aussi par les relations sexuelles

Alors que l'on craint une explosion de cas de microcéphalie chez les nouveaux-nés, la dépénalisation de l'IVG revient en force

 

 

Président de la Société brésilienne de dengue et d'arbovirus, l'infectiologue Artur Timerman redoute, lui, une véritable «tragédie»: «D'ici à 2020, le pays pourrait compter 70?000 à 100?000 enfants microcéphales si on n'exhorte pas les femmes brésiliennes à éviter de tomber enceintes pendant l'épidémie.» Or, contrairement à d'autres pays touchés, le Brésil s'est bien gardé de donner une telle consigne. La présidente Dilma Rousseff, déjà très impopulaire pour cause de crise économique, aurait craint de passer pour autoritaire.

En revanche, le débat sur la dépénalisation de l'avortement est relancé, alors que le mouvement «pro-vie» crie à l'«eugénisme». L'IVG reste interdite au Brésil, sauf en cas de viol, de risque pour la vie de la mère ou encore, d'anencéphalie (l'absence de cerveau). Cela n'a pas empêché des femmes d'avorter clandestinement après que leur bébé ait été diagnostiqué microcéphale. Et parfois même avant, «préventivement». L'association féministe Anis, pour sa part, s'apprête à saisir la Cour suprême pour lui demander d'autoriser les femmes infectées à interrompre leur grossesse.

(...)

Source

 

 

 

Le gouvernement brésilien a déconseillé lundi aux femmes enceintes de se rendre aux Jeux olympiques prévus en août au Brésil, en raison des risques pour les foetus liés au virus Zika

Virus Zika : 404 cas de microcéphalie confirmés au Brésil

Depuis avril 2015, plus d'un million et demi de Brésiliens ont contracté le virus Zika, qui se propage de manière exponentielle en Amérique latine via le moustique Aedes aegypti, vecteur également de la dengue,
de la fièvre jaune et du chikungunya.

 

 

Cinq questions que vous vous posez sur le virus Zika

Le moustique n'est pas le seul moyen de transmission, même s'il est le plus répandu. Des cas de contamination lors de l'accouchement ou lors de transfusions sanguines sont également suspectés.

De plus, les autorités sanitaires américaines (CDC) disent avoir décelé, mardi au Texas, un cas de transmission par voie sexuelle (lire l'article sur europe1.fr). "Un voyageur qui s'était rendu au Venezuela est rentré aux Etats-Unis et a développé des symptômes d'infection par le virus du Zika tout comme la personne avec laquelle il a eu des relations sexuelles et qui n'a pas, elle, quitté le territoire américain", écrit le médecin américain
Tom Frieden dans un communiqué.

 

 

Vingt femmes enceintes ont été détectées positives au virus sur le territoire français, a annoncé la ministre de la santé, Marisol Touraine

Le virus Zika sévit dans une trentaine de pays et territoires, pour l'essentiel sur le continent américain. Depuis le début de l'épidémie, 2.287 cas suspects de Zika ont été recensés en Martinique, 245 en Guyane, et près d'une centaine ont fait l'objet d'une confirmation biologique, a annoncé la ministre de la Santé, Marisol Touraine ce mercredi 3 février 2016 en conférence de presse. 10 cas ont été confirmés en Guadeloupe et 1 à Saint-Martin.

 

 

Microcéphalie, virus Zika et Pesticides

Une étude de l'INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) de 2003, portant sur le suivi de 3.500 femmes enceintes, a établi un lien entre un pesticide (ATRAZINE) et la présence d'un périmètre crânien inférieur à la normale chez les enfants.

 

 

Microcéphalie : un futur incertain pour des milliers de bébés

Les microcéphalies liées au virus Zika inquiètent les autorités sanitaires mondiales. Cette malformation peut entraîner un retard mental irréversible.

Pour l'Organisation mondiale de la santé, l'explosion du nombre de cas de microcéphalie au Brésil constitue « une urgence de santé publique de portée mondiale ». Elle exige la mise en place de « mesures énergiques » pour enrayer l'épidémie du virus Zika.

 

 

L'OMS s'alarme de l'extension du virus Zika

Zika inquiète les autorités mondiales de la santé. Provoqué par une piqûre de moustique et responsable potentiel de graves malformations du foetus, le virus est déjà présent dans 21 des 55 pays du continent américain, a indiqué l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans une déclaration, lundi 25 janvier. Une propagation qui risque de s'aggraver rapidement, puisque le moustique transmetteur, appelé Aedes aegypti, est déjà présent dans tous les pays d'Amérique, à l'exception du Canada et du Chili.

Le virus, lorsqu'il atteint une femme enceinte, est soupçonné de provoquer des microcéphalies chez le foetus, c'est-à-dire que l'enfant naît avec une boîte crânienne anormalement petite. La directrice générale de l'OMS, Margaret Chan, a souligné que le « lien de cause à effet entre l'infection du Zika durant la grossesse et la microcéphalie n'a[vait] pas encore été établi », mais a ajouté que « les preuves circonstancielles sont très inquiétantes. »

(...)

En 2015, 3 174 cas de microcéphalie chez des nourrissons ont été recensés au Brésil et pourraient être liés au virus Zika contracté par la mère, selon le ministère de la santé du pays. Auparavant,
il y avait en moyenne 160 cas par an.

 

 

 

Réformons PACIFIQUEMENT le Futur. Tournons la page
Chapitre suivant : c'est à nous de créer l'avenir !

BALLON BLEU : C'est un match pour la Terre
et l'équipe manque grave de joueurs et de supporteurs

 

S'abonner ou faire un don en toute confiance via HELLOASSO

Le 20 janvier 2016, Monique a fait un don de 100 €

 

 

 

 

Monsanto se frotte déjà les mains ;o)

Ainsi va la Vie !!!

 

 





Auteur : Association Terre sacrée - Montage Jean Giner - Avec agences