Main dans le Feu : "Voir le Bien" ou "Dans leurs bras" - Cage à fou ;o)

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 05/05/2016 à 01h03 par colibrix.


MAIN DANS LE FEU : "VOIR LE BIEN" OU "DANS LEURS BRAS"

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Google+  FaceBook
  • Twitter  LinkedIn
Main dans le Feu : "Voir le Bien" ou "Dans leurs bras"

 

 

Il nous reste les oreilles ?
Alors enceintes à donf !!!

 






 

 

Un beau matin,

je me suis réveillé seul, sans personne à mes côtés,
seul mais dans mes propres bras !

J'avais fait un de ces cauchemars !

Dans mes propres bras, je trouvais ainsi un peu de réconfort

 

 

Puis, je me suis levé, du pied gauche ou droit, peu importe !

Bref, je me suis levé sur les deux pieds,
l'un après l'autre.
Il est certes difficile de se lever sur les mains ;o)

J'ai ouvert les volets de ma chambre et de nombreux rayons du Soleil -levant lui aussi !- en ont profité pour s'engouffrer chez moi.

 

 

Je ne les ai pas comptés.
Tout ce que je sais, c'est qu'ils étaient nombreux et faisaient chaud au coeur.

Je me suis penché par la fenêtre. C'était vert de partout.

C'était beau !

Et plein d'oiseaux chantaient...

 

 

Je ne sais pas ce qu'ils chantaient. Je ne parle effectivement pas la langue de ces oiseaux-là et il n'existe aucun Wikipedia de ces bêtes.

 

 

Comme chaque matin, les oiseaux chantaient donc et cela me procurait, tel mes propres bras au réveil, puis les rayons du Soleil, de la chaleur au coeur.

 

 

J'avais envie de chanter avec les merles, les fauvettes, les rouge-gorges, les pinsons, les mésanges charbonnières, les roitelets, les chardonnerets, les bergeronnettes, les moineaux...
bref avec tous ces volatiles,
mais cela aurait été tâche dans le concert

 

 

Je suis donc resté dans le silence. D'or

Puis j'ai allumé mon ordinateur.

Comme chaque matin, les colibris -de l'espèce "lanceur d'alerte"- avaient fait leur part...

Ils avaient publié toutes les bonnes et mauvaises nouvelles concernant l'Homme et son environnement, les infos vraies de la "Belle Bleue" en train de devenir... une carte bleue.

 

 

Je mis machinalement les mauvaises nouvelles dans un dossier et les bonnes dans un autre.

Le dossier des mauvaises pesait plusieurs dizaines de fois plus lourd que celui des bonnes.

Et, chaque matin, c'était pire que la veille !

C'est ainsi que je fus parcouru de mon frisson quotidien grandissant.

En effet, quelle nouvelle espèce l'Homme avait-il bien pu encore faire disparaître dans la nuit ?
Les chauve-souris ?
Les libellules ?
Les asticots ?
Les tigres ?
Les girafes ?
Les brebis ardoisées ?

 

 

Eh ben non, pas du tout !!!

 

Ce matin-là, l'Homme avait carrément fait disparaître son propre cerveau
et même la pompe qui l'irriguait.

Ce matin, je ne tombai pas en sanglots comme les autres matins.

Je ne devins pas subitement confus, soudainement en désordre total et désarroi global.

Non : je restai là, assis sur mes fesses à moi,
avec l'espèce raie au milieu,
et...
et je fis dans ma culotte

Un jet puissant, complètement liquide !

Sûrement les effets secondaires et collatéraux de la digestion prématurée de mon propre ensemble cerveau-coeur
ou d'une invraisemblable et fulgurante tourista de science-fiction, en avance sur son temps ?

 

 

Je me mis à rire, à rire,
à éclater de rire même,
sur mon siège de bureau,
brusquement, coriacement maculé d'excrèmements liquides cervicaux et cardiovasculaires...

ça y est : c'était fait !
Cette fois je venais de fienter oiseau ;o)

Et voilà pas que je me mis à chanter,
à chanter oiseau !

 

 

Je n'avais plus qu'une plume, une seule -soit !-
mais j'étais colibri,
donc oiseau,
et je pouvais chanter...
Alors je chantais
et je chantais
et je chantais...

Entre chacun des rayons de la naine jaune,
entre chaque goutte d'eau de pluie,
larguée par les nôtres sur les braises bondissantes de l'incendie géant,
je hurlais ma joie de vivre grandissante
et ma hâte de voir terrassé ce monstre mental crachant le feu.

Hâte de pouvoir prendre enfin un simple bain de verdure,
là où les arbres vous prennent dans leurs bras !

 

 

Olala ! Je comprenais maintenant la langue des oiseaux,
là où les arbres nous prennent dans leurs bras...

 

Vous comprenez ?

Vous savez ?

Dans leurs bras ?

 

Merci à David pour ce "tabac" providentiel (1)

 

 

Un jet express du Mich, dit Main dans le Feu,
avec colibris-unités carbone@ssociées
et rédigé durant le vol Ryan Air.
Ce jet est édité par © SOS-planete

 

D'autres suivent...

 

 

« La parenté avec toutes les créatures sur Terre, dans le ciel et dans l'eau était un principe réel et actif. Dans le monde animal et aviaire, un sentiment de fraternité existait et permettait aux Lakota de se sentir en sécurité avec eux. Certains Lakota se sont tellement rapprochés de leurs amis à plume et à fourrure qu'ils se sont mis à parler une langue commune. »

 

 

(1) "Tabac" tabou

Lors d'une cérémonie chamanique, un "tabac" aide à venir à bout des situations négatives et porte en lui-même l'effet guérisseur, le nettoyage, l'harmonisation. La pratique du "tabac" recrée les liens entre les hommes et la Nature, permet de redécouvrir de nouveau cet échange que nous avons perdu, oublié, mais que nous aimerions intuitivement retrouver pour nous sentir en harmonie avec nous-mêmes et l'Univers.

Pour traverser et pacifier les situations difficiles, retrouver notre juste place. Laisser agir la force de guérison avec l'aide de l'autre ou des autres, de nos Alliés et ancêtres. Les actions magiques faites pendant cette cérémonie permettent d'entrer dans le flux de l'énergie positive, améliorer son état, trouver des solutions dans les situations difficiles, construire des vraies relations sincères.

 

 

Note de TS : Ne nous sentons pas dépassés.
Avançons pas à pas.
Et chacun par le chemin qui est le sien...

 

Zone réservée aux silicates et carbonates en accord avec l'Alliance

Dans l'asile de fou qu'est devenue la Terre, si l'on a pas un grain, alors on se fait vite repérer, non ?

En préparation : Théâtre magique : seulement pour les fous !

 

 

En avant toute !!!

 

Nouveau module : Tabac des Anciens

 

Testament oral d'un Ancien à ses enfants et petits-enfants

 

 

 


.


.

 

 





Auteur : Mich, dit Main dans le Feu, avec colibris, unités carbone@ssociées

Source : www.terresacree.org