De l'insouciance à la prise de conscience - Restons confinés ! - Tous solides et solidaires

Pensées d'un colibri, lanceur d'alerte : Comment être un Homo Sapiens... sapiens ? - "Tabac" des Anciens

Accueil

Cette actualité a été publiée le 14/07/2017 à 19h58 par Jacky.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Pensées d'un colibri, lanceur d'alerte : Comment être un Homo Sapiens... sapiens ?

 

Ce post fait un buzz sur le Web

 

Pour l'écrivain allemand Eckhart Tolle, « la pollution de la planète n'est qu'un reflet extérieur d'une pollution psychique intérieure, celle de millions d'inconscients qui ne prennent pas la responsabilité de leur vie intérieure. »

 

 

Citons encore Eckhart Tolle : - Le pouvoir du moment présent - Editions J'ai lu - "si vous ne pouvez vraiment rien faire pour rectifier votre ici-maintenant ou pour vous retirer de la situation, alors acceptez totalement ce qui se passe actuellement en laissant tomber toute résistance intérieure.

Le moi faux et tourmenté qui adore se sentir malheureux ou rancunier, ou s'apitoyer sur son sort, ne peut plus survivre. Cela s'appelle le lâcher prise, ce qui n'est pas synonyme de faiblesse et recèle au contraire une grande force. Seule une personne qui lâche prise a du pouvoir spirituel.

En agissant ainsi, vous serez intérieurement libéré de la situation et la verrez peut-être changer sans aucun effort de votre part. Chose certaine, vous serez libre".

 

 

En serions nous restés à homo sapiens tout court ? Aurions-nous tout oublié ? Serions-nous tombés dans le piège de l'illusion de nos égos mal gérés, ceux-ci ayant remplacé nos massues ? Ne nous cachons pas derrière nos actions positives, allons encore plus loin.

 

 

Et si nous laissions notre ego à la place qui lui incombe, pour être plus objectifs. En cas de conflit, nous avons une tendance naturelle à nous arc-bouter sur nos positions. Apprenons à ne plus nous considérer comme des victimes même si dans les faits nous pouvons l'être.

 

 

Prenons suffisamment de hauteur pour observer différemment. Quand bien même nous aurions vu juste, cette situation que nous subissons aura eu l'avantage d'une introspection et si au final, force est de constater que les faits nous donnent raison, cela nous permettra de prendre du recul devant une situation que nous n'avons pu changer et nous laisserons malgré tout la porte ouverte
à notre coeur, siège de l'empathie.

Cela ne doit pas nous empêcher de poursuivre nos combats conscients tout en gardant la distance nécessaire afin de ne pas perdre l'énergie utile.

 

 

L'empathie engendre le respect de toute vie sur notre Planète. Nous ne pouvons plus être sélectifs dans les causes que nous défendons. Nous prenons ainsi conscience de notre responsabilité et nos bonnes actions ne devraient
plus occulter nos faiblesses

 

 

Le jour où chaque être humain aura cette attitude -bingo !- tout s'enchaînera à tous les niveaux. Or nous passons trop souvent pour de doux rêveurs, lorsque nous appliquons cette façon de penser, la gentillesse étant fréquemment moquée même par les gens « bien intentionnés ». La gentillesse serait-elle une faiblesse ou au contraire l'expression d'une grande force intérieure ?

 

 

Ne devrions nous pas avoir un regard plus intériorisé, un regard objectif sur nous-mêmes, mais comme l'avait constaté Carl Gustave Jung, il très difficile d'observer sa propre obscurité.

Dans cet esprit, Luc Bodin, médecin, pense que « notre environnement n'est pas seulement constitué de facteurs chimiques et énergétiques, mais aussi psychiques. Cela implique que les pensées positives que nous formulons pour le monde pourraient s'avérer bénéfiques pour notre santé, notre vie et notre planète. »

 

 

Comme le dit Edgar Morin, « le seul remède à la décomposition de la société est dans le sentiment de solidarité/responsabilité intériorisé et enraciné dans l'esprit de chaque individu. La pensée complexe est dans son caractère anti-réducteur, un rempart contre l'intolérance. Elle me montre mes carences et me fait comprendre celles d'autrui. Ce sentiment d'interconnexion est indissociable de sa conscience écologique. Non seulement je suis une partie dans le tout mais le tout est à l'intérieur de moi. Nous sommes un concentré d'univers. »

 

 

« Être spectateur rend sensible à l'humanité, parce qu'on peut percevoir même dans le gangster ( nous prenons ce terme dans le sens de crapule, selon la définition du Larousse) sa capacité à aimer, à souffrir. Il faut s'émerveiller des splendeurs de la vie et y trouver l'énergie pour se révolter contre les horreurs. Rester ouvert aux contradictions de l'être humain. »

 

 

Soyons dans le combat mais aussi dans la joie et la tolérance. Y a-t-il vraiment les bons d'un côté et les méchants de l'autre ?
La réalité n'est-elle pas plus subtile ?

 

Une réflexion de Marie-Line, relayée par le
wiki sur terre - ONG terresacree.org- de Demain l'homme ex SOS-planete

 

 

Avant que meurent les derniers colibris étouffés par le Grand Incendie qui ravage la forêt humaine - WikiSurTerre

 

 

 

 

 

 

 

L'un des meilleurs moyens d'aider notre équipe est de lui faire part de vos impressions et idées constructives via le module de commentaires par mail contact)at(demainlhomme.org ou tel N° (sauf le matin), ainsi que de corriger les fautes de français, de mise en page et d'ergonomie que vous détectez au fil de votre lecture sur mobile ou PC. Vous pouvez même enrichir chacun de nos posts. Merci à vous tous-ses

 

 

 

Auteur : Marie-Line

  • Modifier cette actualité
  • Contacter Jacky
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.