L'atelier - L'immortalité charnelle: ça vous tente ? Bonjour l'homme transgénique rafistolé de la tête aux pieds - Commentaires

Accueil

Cette actualité a été publiée le 12/09/2019 à 11h30 par colibrix.

L'IMMORTALITÉ CHARNELLE: ÇA VOUS TENTE ? BONJOUR L'HOMME TRANSGÉNIQUE RAFISTOLÉ DE LA TÊTE AUX PIEDS

  • » Cliquez ici pour retourner sur la fiche de l'actualité
Commentaire laissé par Dodo le 02/05/2016 à 16h41

Bonsoir Gérard,

J'ai particulièrement apprécié votre interrogation.

Evidemment que la médecine nous a apporté globalement une espérance de vie supérieure (et ceci malgré nos écarts alimentaires en tous genres). Du moins dans les pays riches. Il n'y a rien à dire contre cela. C'est un fait. Nous ne sommes pas, mais pas du tout, contre les progrès de la médecine, ni d'ailleurs contre la science en général, qui est un étonnant outil de connaissance du monde dans lequel nous vivons. Le vrai problème surviendrait si la science nous rendait immortels dans notre chair (alors transgénique et réservée aux nantis).

Mais à quoi bon vivre éternellement dans le même corps, même s'il se réparait en permanence, si ce n'est pour satisfaire notre petit égo ? Qui finirait d'ailleurs certainement par se lasser. Sans parler que cela aggraverait la situation en matière de surpopulation mondiale. Il ne faudrait plus faire d'enfants. Que vaudrait alors la vie sans enfants? Il y a beaucoup de littérature dans le domaine. Je pense au grand secret de René Barjavel. Et puis cela irait contre toutes les lois de l'évolution qui ne peuvent agir qu'avec la mort qui est un simple outil du vivant qu'il nous faut accepter, même si cela nous perturbe et nous rend malheureux quand il s'agit d'un être cher. Le monde serait figé à jamais et nous verrions toujours les mêmes têtes, déjà qu'on voit toujours les mêmes au pouvoir. A quoi bon? La vie est changement perpétuel. En fait nous ne mourrons jamais (il n'y a là aucune connotation religieuse. Voyez-y plutôt une réflexion philosophique.). Tout se transforme. Nous avons simplement une vision raccourcie des choses. C'est le côté handicapant de notre "intelligence" qui en fait est bridée. Nous sommes l'oiseau, le papillon, le tigre... Nous sommes les autres. Seul la forme et le vécu changent. Notre perception reste la même. Partie d'un tout. Chacun, depuis la nuit des temps, se dit je suis MOI.

Cela peut-être ne changera pas. NOUS SOMMES LES GENERATIONS FUTURES. C'est donc à nous-mêmes qui nous infligeons ce que nous nous faisons subir les uns aux autres et à la nature à laquelle nous appartenons corps et "âmes". Le temps de vie est en fait sans aucune espèce d'importance. Aimer dix, cent, mille, dix mille ou cent mille ans, c'est l'amour quand même. Laissons les milliards de milliards d'humains, qui vivront sur cette belle planète, (mais pour combien de temps ?) aimer à leur tour. Partageons ces instants magiques.

Cessons de les capitaliser pour nous-mêmes sans soucis pour les autres. Chaque espèce a son temps de vie. La tortue ou la palourde ne nous sont pas "supérieures" parce qu'elles vivent plus longtemps que nous (200 ans). Nous sommes mortels. Telle est la loi de la nature. On pourrait bien sûr débattre et débattre sur le sujet. Mais ceci est très délicat. Car la plupart des gens refusent la mort qui est finalement devenu un tabou de notre civilisation technologique. Alors que la vie et la mort s'entrelacent en permanence. Et puis les religions, je dirai plutôt les sectes qui ont dénaturées les messages d'origine, sont passées par là. Et cela complique vraiment les choses. Ah! Ce n'est pas facile! Pour conclure, si la mort n'existait pas, nous serions des paramécies !

(...)

Bien amicalement.

Commentaire laissé par Gérard le 02/05/2016 à 16h40

Bonjour,

Une des réponses très fréquentes du "citoyen moyen" dès qu'on évoque notamment les liens entre environnement alimentation et santé est que "l'espérance de vie est de plus en plus élevée...", il n'est pas toujours facile de réfuter clairement cet argument, auriez-vous les moyens de contacter des statisticiens sérieux pour leur faire examiner comment l'INED calcule les chiffres de l'espérance de vie et notamment voir si l'impact de ce qui se passe depuis une bonne trentaine d'années transparait ou pas dans leurs statistiques ? Ma question est-elle claire ? Y répondre pourrait compléter très utilement votre site !!!
(...)