Yannick Chenet tué à petit feu par les pesticides - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 19/01/2011 à 19h02 par Jacques.


YANNICK CHENET TUÉ À PETIT FEU PAR LES PESTICIDES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre

Titre initial : Yannick Chenet : un agriculteur tué à petit feu par les pesticides

Le jour même où Nicolas Sarkozy, dans ses voeux au monde rural, affirmait mardi en Alsace son "attachement à une agriculture durable, respectueuse de son environnement et qui ne met pas en danger la santé des paysans", l'association Générations Futures annonçait la disparition d'un homme devenu le symbole des dangers courus par les agriculteurs du fait de leur exposition à des produits toxiques : Yannick Chenet.

La nouvelle fait grand bruit (voir article du quotidien Sud-Ouest en cliquant ici) et pourrait secouer le monde agricole. Yannick Chénet, 43 ans, viticulteur à Saujon (Charente-Maritime), s'est éteint samedi (15 janvier), des suites d'une leucémie reconnue comme maladie professionnelle par la Mutualité sociale agricole.

Nul produit spécifique n'a été clairement défini comme la cause de sa maladie, mais le benzène est fortement suspecté, et le défunt se considérait comme "empoisonné".

Du fait d'un rejet de greffe, Yannick n'était plus en mesure de travailler et c'est sa femme Caroline qui s'occupait de leur exploitation depuis la survenue de la maladie. Générations responsables en partenariat avec HEAL, avait en janvier 2010 réunit à Ruffec des victimes des pesticides.

Yannick et Caroline s'étaient alors joints à cette rencontre. Cette rencontre avait contribué à apporter au couple, à tous les participants et aux organisateurs, de l'espoir et l'envie de faire connaître la situation d'autres agriculteurs se trouvant dans des situations similaires.

"La mort de Yannick Chénet nous attriste, commente François Veillerette, président de l'association Générations futures. Les dangers des pesticides sont malheureusement incarnés à travers des situations comme celle-là.

Des agriculteurs payent de leur vie le prix de la légèreté avec laquelle on a laissé se développer un système agricole basé sur les pesticides et sur la tolérance vis-à-vis de produits très toxiques.

Nous sommes plus motivés que jamais pour faire évoluer notre législation sur les pesticides et faire valoir le droit des victimes.

Il est très difficile d'accuser une substance en particulier après trente ans d'expositions à une multitude de produits phytosanitaires.

Mais le combat pour la reconnaissance des maladies professionnelles et le besoin de réparation et de sanction est de plus en plus fort."

Déplorant la perte d'un "compagnon de route", Paul François, lui-même en procès contre la firme Monsanto après avoir été gravement intoxiqué par un herbicide en 2004, affirme : "C'est l'un des premiers décès imputables aux pesticides." .

.../...

Yannick Chénet dans deux documentaires

Yannick Chénet avait accepté de témoigner dans le documentaire "Notre poison quotidien", de Marie-Monique Robin dont la diffusion est prévue le 15 mars sur Arte.

Il apparait aussi dans "Severn", film du réalisateur Jean-Paul Jaud sorti en novembre dans les salles. Dénonçant les limites d'une l'"agriculture dominée par la recherche du profit", ce dernier a fait part à Metro de sa colère : "Rien ne bouge, ce n'est pas acceptable.

Yannick Chénet est la victime d'un système dominé par le profit, la cupidité et la spéculation. L'industrie pétrochimique a envahi notre agriculture et notre alimentation dans des proportions extrêmes.

Les victimes des produits phytosanitaires vont croissant. Les témoignages sur les maladies ou malformations d'enfants d'agriculteurs se multiplient. Il est temps de prendre vraiment le chemin du respect de notre biodiversité et de notre santé."

Réaction de l'UIPP (Union des industries de la protection des plantes)

Contactée par Metro, l'UIPP (Union des industries de la protection de plantes), qui fédère les entreprises du secteur des pesticides, déplore la triste nouvelle mais estime ne pas être pour l'heure en mesure de commenter ce cas en particulier.

"Les pesticides mis sur le marché font systématiquement l'objet d'évaluations", précise Jean-Charles Bocquet, son directeur général, tout en rappelant : "Il est impératif de respecter les précautions d'emploi qui figurent sur les étiquettes selon les décisions d'homologations.

Nous faisons des efforts en ce sens à travers des campagnes destinées à la santé des agriculteurs et via des formations aux bonnes pratiques."

Les obsèques du défunt agriculteur auront lieu jeudi matin (20 janvier).

Note de Jacques : Il y en a vraiment marre de ce blabla des industriels et de tous ces psychopathes en liberté ! A quand le Nuremberg de l'agro-alimentaire !

Pour lire l'article en entier, cliquez sur "source"

Pour en savoir plus sur la situation planétaire
.
.

Devenez lanceur d'alertes





Auteur : David Naulin

Source : www.cdurable.info