William, le génie du vent - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 11/02/2010 à 23h20 par Michel95.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
William, le génie du vent

La formidable histoire d'un autodidacte.

En construisant des éoliennes, ce jeune malawite a permis à son village de vaincre la famine.

Reportage publié dans VSD n°1694 (du 10 au 16 février 2010).

Désormais étudiant dans une prestigieuse école d'Afrique du Sud, l'African Leadership Academy, William est de retour chez les siens pour Noël.

Le jeune homme inspecte une nouvelle fois ses éoliennes, soucieux d'améliorer leur rendement.

.../...

Deux ou trois récoltes par an au lieu d'une

Tout commence en 2001 : cette année-là, la sécheresse frappe la région, les récoltes sont dramatiquement faibles.

En contraignant le Malawi à cesser ses subventions aux agriculteurs, le FMI et la Banque mondiale aggravent la situation.

Très vite, c'est la famine : «Nous étions devenus squelettiques», raconte William.

Les parents, Trywell et Agnes Kamkwamba, réussissent tant bien que mal à faire survivre leur fils et leurs filles. William, alors âgé de 13 ans, reste marqué par l'épreuve : autour de lui, les gens mouraient en masse, fauchés par la faim ou le choléra.

«Plus jamais cela!» se jure le jeune garçon.

Précoce, curieux, il souhaite devenir scientifique pour trouver des solutions qui permettraient de sauver son pays de la famine.

Avec deux ou trois récoltes par an au lieu d'une seule, calcule-t-il, les paysans du Malawi seraient assurés d'avoir leur assiette pleine.

Mais William est contraint de quitter l'école : trop pauvres, ses parents ne peuvent payer les 80 dollars (58 euros) de frais d'inscription.

L'adolescent de 14 ans est effondré : «J'allais devenir paysan à mon tour.

Trimer toute ma vie pour arracher à la terre rouge à peine de quoi ne pas mourir de faim.»

Dès 4 heures du matin, il est dans les champs au côté de son père.

Exténué, affamé, il arrête le travail vers midi.

Après un repas frugal, il amorce sa seconde journée : celle d'écolier auto-didacte.

Car William refuse de se résigner.

Il dévore les livres de la bibliothèque du village et emprunte les cours de ses amis scolarisés.

Une dynamo branchée sur une radio

.../...

Des villageois sceptiques

Arrive ce jour de 2002 où, devant les villageois interloqués, William érige une éolienne : une tour de bois, surmontée de quatre pales de plastique fixées sur un ventilateur de tracteur, couplé à un vieux vélo.

Les quolibets cessent et font place à des cris de joie quand le vent s'empare de l'engin et qu'une ampoule électrique s'allume.

Dès lors, plus rien n'arrête le génie du vent : William perfectionne son prototype et alimente la maison de sa famille en électricité.

En 2006, il bricole une pompe à eau, et y relie une deuxième éolienne : puisant dans la nappe phréatique, l'ensemble irrigue les champs de son père, qui réalise dès lors trois moissons par an.

Le spectre de famine s'éloigne

.../...

Développer le biogaz

L'année dernière, invité par l'éditeur Harper Collins à présenter sa biographie aux États-Unis, le jeune homme découvre le monde développé et sa gabegie en matière d'énergie.

Il fait la connaissance de Mary Atwater, bouleversée par l'impact salutaire de son livre.

Al Gore, lui-même, cite désormais William dans ses discours.

Le nouveau président de la République du Malawi, Bingu Wa Mutharika, a rencontré le jeune prodige et veut réfléchir avec lui aux moyens de rendre l'énergie éolienne accessible à tous

Source : Olivier Touron - VSD.fr

Pour lire la totalité de cet article, cliquer sur "Lien utile"

Info recueillie par Michel95

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Michel95
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr