WikiLeaks : Les USA voulaient l'ADN des africains, Big Brother existe ! - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 03/12/2010 à 18h53 par Isa Hanser.


WIKILEAKS : LES USA VOULAIENT L'ADN DES AFRICAINS, BIG BROTHER EXISTE !

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
WikiLeaks : Les USA voulaient l'ADN des africains, Big Brother existe !

Les révélations faites par WikiLeaks se succèdent. Malgré le piratage du site de l'australien Assange, plusieurs médias choisi par l'organisation controversée, ont publié des fragments des dossiers rendus publics. Radinrue.com en publie certains sous forme d'annonce d'information dans nos articles et en tenant compte de la sécurité des personnes. Voici une information qui fera plaisir à nos amis en Afrique ...

C'est totalement incroyable, pourtant le s*UµSA voulaient obtenir de la part de leurs espions des scan(s) de rétines, des échantillons d'ADN, des empreintes digitales et ce de politiques, de businessmans mais aussi de militaires de retour d'Irak ou encore d'Afghanistan. Ces informations ont été transmises au quotidien britannique "The Guardian" par WikiLeaks .

Les services spéciaux américains ne chôment pas en Afrique. et c'est à la demande expresse de Madame Hillary Clinton qu'ils collectent les données biologiques de plusieurs milliers de ressortissants de ce continent.

Les américains ont ainsi demandés à leur services d'espionnage de collecter les donnés biométriques depuis avril 2009 des principaux leaders africains, politiciens, leader de l'opposition, chef religieux, représentants des éthnies, conseillers de gouvernements, chefs d'état...

Les américains ont portés une attention très particulière aux hommes qui revenaient d'Afghanistan ou encore d'Irak, et tout cela pour éviter toute ,naissance de réseau terroristes notamment au Burkina Faso, Tchad, Mali, Mauritanie, Nigeria ou encore Sénégal.

Dans un document sous forme d'ordre, ont peut apprendre que Washington a demandé la collecte de données biologiques des principaux leaders africains. Pas seulement ceux qui font de la politique, mais aussi les hommes d'affaires, les intellectuels, les chef d'armée, les responsables religieux, les acteurs des groupes ethniques... Les pays particulièrement visés furent la République démocratique du Congo, l'Ouganda, le Rwanda et le Burundi. Les espions devaient ainsi rapporter à Washington des scanners des rétines, des empreintes digitales, ou encore des échantillons d'ADN !

Les diplomates, pour leur part devaient collecter les numéros de téléphones, de fax, les e-mails, les listes de contacts, les numéros de cartes bancaires, les données biographiques, bref un véritable travail d'espions contre des personnalités, et avant tout contre des hommes. Les américains avaient bien des raisons de trembler devant les publications de WikiLeaks, ils auront beau s'étouffer en arguant que ce site est illégal, mais comment seront-ils accueillit désormais, leur activités secrètes, en quoi sont-elles légales ?

Par ailleurs les représentants de l'ONU sont également sous étroite surveillance par les USA, cela concerne les pays d'Afrique, sont concernés les sous-secrétaires, les chefs d'opérations de paix...

bien sur des collectes d'informations tout aussi précises furent faites des éléments, bases et garnisons militaires en Afrique.

Le Congo, l'Ouganda et le Rwanda restent les pays les plus sensibles pour les Etats-Unis. Là étaient contrôlés particulièrement les relations entre les trois pays, les activités religieuses, l'influence de l'Eglise bref tout passait (passe) à a loupe.

La région des grands lacs est également sous étroite surveillance, et toute tentative de déstabiliser cette partie du globe est scrupuleusement espionnée par Washington.

Il ne s'agit que de quelques lignes dans les 400 000 dossiers que WikiLeaks lance à la connaissance du grand public, et que nous, comme bien d'autres avons décidé de nous faire le relais car ce genre de comportement de la part d'un état peut s'assimiler à un crime !

Devenez lanceur d'alertes

SOS-planete





Auteur : radinrue.com

Source : www.radinrue.com