Washington et Moscou plafonnent leur arsenal nucléaire stratégique à 1.550 ogives - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 08/04/2010 à 11h59 par Michel WALTER.


WASHINGTON ET MOSCOU PLAFONNENT LEUR ARSENAL NUCLÉAIRE STRATÉGIQUE À 1.550 OGIVES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Washington et Moscou plafonnent leur arsenal nucléaire stratégique à 1.550 ogives

Les présidents américain Barack Obama et russe Dimitri Medvedev doivent signer aujourd'hui à midi à Prague le nouveau traité stratégique START sur la réduction de leurs arsenaux nucléaires.

Dans une ville quadrillée par 5.000 policiers, cette cérémonie est censée constituer la pierre angulaire d'une relance des relations russo-américaines, qui s'étaient gravement détériorées lors des dernières années de la présidence de George W. Bush, à l'occasion notamment du conflit militaire entre la Russie et la Géorgie.

Le nouveau traité prend le relais de l'accord signé en 1991 et arrive à expiration le 5 décembre dernier. Barack Obama y apposera sa signature moins de 48 heures après avoir dévoilé une nouvelle doctrine nucléaire selon laquelle les Etats-Unis n'auraient recours à l'arme nucléaire que « dans des circonstances extrêmes », pour défendre leurs intérêts vitaux et ceux de leurs alliés, et s'interdisent de l'utiliser contre des adversaires non dotés de l'arme atomique.

Un glissement plus qu'un véritable changement de doctrine. Plus marquant, en revanche, est l'engagement américain de ne pas fabriquer de nouvelles têtes nucléaires.

A la suite de cette évolution de la doctrine américaine, le gouvernement français a rappelé hier que celle de la France n'était pas appelée à être révisée. Le président américain doit s'entretenir avec son homologue russe, Dimitri Medvedev, ainsi qu'avec onze dirigeants d'Europe centrale et de l'Est, avant de regagner la capitale américaine vendredi.

Il recevra ensuite une quarantaine de chefs d'Etat à Washington, les 12 et 13 avril, pour un sommet consacré au terrorisme nucléaire, une notion elle-même au centre de la nouvelle doctrine. Et en mai, les diplomates du monde entier, réunis à l'ONU, s'attelleront à la révision du traité de non-prolifération nucléaire (TNP).
Echanges de données

Le nouveau traité START réduit le nombre d'ogives nucléaires stratégiques (à longue portée) détenues par les deux pays à 1.550 respectivement, soit 26 % seulement du plafond prévu dans le traité START 1. Washington possède actuellement 2.200 ogives stratégiques et 500 tactiques (à courte portée).

Le nombre de vecteurs (missiles sol-sol intercontinentaux, ou embarqués sur sous-marins et bombardiers), déployés ou non, est plafonné à 800 pour chacun des deux pays.

En marge du traité START 2, a aussi été évoqué le bouclier anti-missile que Washington compte déployer en Europe pour intercepter d'éventuels missiles iraniens. D'après Washington, le texte n'impose aucune contrainte au développement ou au déploiement de ce genre de système. Moscou, de son côté, se réserve le droit de sortir du traité START si ce bouclier anti-missile perturbait l'équilibre stratégique en Europe, ce qui n'est pas le cas actuellement selon le gouvernement russe.

Le nouveau traité START prévoit des vérifications sur place des installations nucléaires, des échanges de données, ainsi que des notifications réciproques des armements et des sites nucléaires. Il doit durer dix ans à partir de la date de son entrée en vigueur, c'est-à-dire après ratification par les Parlements des deux pays, et pourra être renouvelé pour cinq ans.

Une clause prévoit que chaque partie puisse se retirer du traité.

YVES BOURDILLON, Les Echos

Source : www.lesechos.fr

Info suivie par Mich

SOS-planete