Votre pire cauchemar : la puce RFID en poudre - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 18/10/2009 à 21h16 par Jacques.


VOTRE PIRE CAUCHEMAR : LA PUCE RFID EN POUDRE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre

Information sélectionnée par Jacques

La plus petite puce RFID a été lancée cette année par Hitachi. Aboutissement de la miniaturisation, ces puces RFID (Radio Frequency IDentification) mesurent seulement 0,05 x 0,05 millimètres. Le record précédent, la « mu-chip » d'Hitachi, était de seulement 0,4 x 0,4 millimètres. Regardez bien la taille de la « mu-chip », posée sur le bout d'un doigt :

Maintenant, comparez avec les nouvelles puces RFID. De type "poudre", les puces sont soixante fois plus petites.

Les nouvelles puces RFID ont une ROM (mémoire) de 128 bits pour stocker un nombre unique de 38 chiffres, comme leurs prédécesseurs. Hitachi utilise la technologie de la miniaturisation des semi-conducteurs et des faisceaux d'électrons, pour écrire des données sur les substrats de la puce, afin d'atteindre cette nouvelle taille. Les micro-puces « Mu », de Hitachi, sont déjà en production, elles ont été utilisées pour empêcher la réalisation de faux billets, l'année dernière, à l'exposition internationale technologique d'Aichi. Les puces RFID en poudre, sont tellement petites, qu'elles peuvent s'intégrer facilement dans l'épaisseur d'une mince feuille de papier, comme celles utilisées dans les billets de banque et les documents certifiés.

Mais Kodak a franchi un pas de plus, et a récemment breveté une micro-puce digestible, qui est inoffensive et soluble. Ces puces seraient recouvertes avec de la gélatine, qui se dissoudrait progressivement dans l'estomac. Après avoir avalé la puce, le patient doit s'asseoir à côté d'un récepteur radio. Elles se dissolvent ensuite, lorsqu'elles sont exposées à l'acide gastrique, ce , pendant une période de temps précise, fournissant un moyen subtil de contrôler l'appareil digestif d'un patient.

Kodak affirme que des puces radio similaires pourraient aussi être incorporées à un genou artificiel, à une articulation de hanche, de telle façon, qu'elles se désintègrent à un moment donné, en fonction de l'usure. Cela enverrait une alerte, quand à la nécessité d'une nouvelle chirurgie.