Voleur du savoir des indigènes guyanais - Brevetage par un institut public de recherche français - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 03/02/2016 à 00h35 par Exo007.


VOLEUR DU SAVOIR DES INDIGÈNES GUYANAIS - BREVETAGE PAR UN INSTITUT PUBLIC DE RECHERCHE FRANÇAIS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook  Twitter LinkedIn Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Voleur du savoir des indigènes guyanais - Brevetage par un institut public de recherche français

 

Une information sourd discrètement dans les machines à bruits et les canards laquais : le brevetage par un institut public de recherche français, l' « Institut de recherche et développement » (IRD) d'une molécule issue d'un petit arbre des forêts de Guyane, le Quassia amara. Molécule permettant de lutter contre ce fléau qu'est le paludisme. On pourrait dire bravo et merci à ces chercheurs.

Sauf que...

Sauf que les chercheurs de l'IRD n'auraient rien trouvés s'ils n'avaient pas interrogés les communautés guyanaises Palikur et Kali'na pour connaître leurs remèdes traditionnels, leurs modes d'emplois, leurs effets...

Sans les indigènes, qui aurait pensé à cette plante, et qui aurait compris son potentiel?? Les « chercheurs » ont pourtant« oublier », pour breveter ces savoirs, de demander l'autorisation des peuples premiers et, évidemment de les associer de quelques manières que ce soit aux bénéfices de ces brevets.

Bonjour l'éthique ! Si ce n'est pas du vol, ça y ressemble.

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Une actualité de VICTORAYOLI, publiée par blogs.mediapart.fr
et relayée par Demain l'homme ex SOS-planete

 

 

Réformons PACIFIQUEMENT le Futur. Tournons la page
Chapitre suivant : c'est à nous de créer l'avenir !

BALLON BLEU : C'est un match pour la Terre
et l'équipe manque grave de joueurs et de supporteurs

 

S'abonner ou faire un don en toute confiance via HELLOASSO

Le 20 janvier 2016, Monique a fait un don de 100 €

 

 

 





Auteur : VICTORAYOLI; blogs.mediapart.fr