Vol d'objets sacrés amérindiens de grande valeur - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 04/06/2010 à 14h53 par Tanka.


VOL D'OBJETS SACRÉS AMÉRINDIENS DE GRANDE VALEUR

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Vol d'objets sacrés amérindiens de grande valeur

(Saint-Mathieu-du-Parc) Un vol pour le moins inusité est survenu dans la nuit du 1er juin sur le site amérindien Mokotakan qui est rattaché à l'Auberge du trappeur, chemin Saint-François, à Saint-Mathieu-du-Parc.

Plus d'une vingtaine d'objets sacrés appartenant à la culture et aux traditions amérindiennes, dont plusieurs grandes pièces, comme des arcs traditionnels pouvant atteindre jusqu'à huit pieds de long, sont disparus.

Mario Therrien, l'initiateur de ce site où se trouvent des reconstitutions de bâtiments tels que les construisaient les 11 nations autochtones du Québec, estime qu'il s'agit d'une perte fort importante.

Parmi les objets, il y avait «des arcs traditionnels et des tomahawks traditionnels faits en pierre ou en fer, des sacs d'homme-médecine, des mocassins de communautés innus et atikamekw, des flèches, des objets pour fabriquer les flèches et des peaux de cérémonie», illustre M. Therrien.

Ce dernier, qui évalue ses pertes à quelque 20 000 $ au bas mot, explique que les objets en question ont à la fois une valeur monétaire, mais aussi spirituelle. «Ce n'est pas du folklore qui se passe ici», explique-t-il.

«Quand il y a des cérémonies autochtones, ce sont de vraies cérémonies et ce sont les leaders spirituels de communautés qui viennent en faire», explique-t-il.

Selon la sergente Éloïse Cossette, porte-parole de la SQ en Mauricie et au Centre-du-Québec, les objets volés étaient regroupés dans un abri de toile derrière l'Auberge du trappeur. Aucune trace de pas n'a pu être trouvée puisqu'il pleuvait.

Passionné de culture autochtone, M. Therrien a collectionné ces objets au fil des années en séjournant dans diverses communautés d'un bout à l'autre du Canada où il raconte avoir appris une foule de choses des différentes nations autochtones.

Il avait exposé ces objets dans les bâtiments qui composent son site, ouvert au public depuis près de quatre ans. «Ici, c'est un site de diffusion et d'interprétation de la culture amérindienne», explique-t-il.

«Avec ce qu'on entendait à la télé et la perception que les Québécois ont des autochtones, je voulais partager ce que j'avais vécu et montrer qu'il se fait autre chose», plaide-t-il.

Certains de ces objets ont une valeur spirituelle importante pour les autochtones, notamment une peau d'ours de cérémonie. «Je peux en acheter une. Ça va me coûter en 600 $ et 1000 $, mais ça ne sera pas LA peau de cérémonie qui était là. Ce sont des objets sacrés. Il y a des calumets qui ne servent que durant les cérémonies. Donc ce ne sont pas des choses folkloriques», plaide-t-il.

Il semble que le ou les voleurs connaissaient leur affaire puisque ce sont les plus belles pièces qui ont été dérobées, explique M. Therrien.

Ce dernier a d'ailleurs envoyé un avis à Tourisme Mauricie à être diffusé à l'ensemble des membres de l'ATR. «S'il y en a qui se font offrir des choses amérindiennes, contactez la Sûreté du Québec (poste de Maskinongé 535-1900) ou le site Mokotakan immédiatement», demande-t-il. «La plupart de ces objets sont très rares, anciens et d'une grande valeur», dit-il.

«On avait des doutes que ça pourrait être des jeunes, mais en faisant une analyse de tout ça, on pense que ce sont des gens qui savaient très bien ce qu'ils faisaient», mentionne le propriétaire qui craint que les pièces volées, parmi lesquelles on trouve aussi des plumes sacrées, soient revendues notamment à des musées.

M. Therrien, qui habite tout près du site, raconte avoir entendu des bruits étranges, au cours de la nuit du vol, mais il a mis ces bruits sur le compte des chats ou même de touristes européens qui logeaient cette nuit-là, dans un des neuf tipis du site.

«Ils sont repartis sans faire mention de rien, comme s'ils n'avaient rien entendu. Ils avaient l'air très calmes», dit-il, sans porter ses doutes sur eux.

«Ils ne peuvent pas repartir avec autant de stock volé: des arcs de 6 à 8 pieds de long, notamment. Il a fallu qu'il y ait plusieurs voyages», analyse-t-il.

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

.





Auteur : Le Nouvelliste

Source : www.cyberpresse.ca