Vive l'abeille des villes ! - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 21/09/2010 à 16h34 par Fred.


VIVE L'ABEILLE DES VILLES !

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Vive l'abeille des villes !

Les services de Brest Métropole Océane, dans le cadre de l'année de la biodiversité, ont installé des ruches en ville.

Où l'on découvre que celles de la mairie sont plus rentables que celles du vallon du Stang-Alar...

L'abeille des villes travaille mieux que l'abeille des champs.

C'est ce que constatent le service des espaces verts de Brest Métropole Océane et Paulette Dubois, vice-présidente chargée des espaces verts et des espaces naturels sensibles.

C'est à elle que revient l'idée d'implanter des ruches en plein centre-ville, comme cela se développe dans les grandes villes.

«On a installé deux ruches sur le balcon du quatrième étage de la mairie, deux sur les toits des locaux du vallon du Stang-Alar et six sur la partie enherbée de la pépinière, et quatre au centre horticole communautaire de Guilers, détaille Paulette Dubois. Et les ruches installées sur la terrasse de la mairie ont un meilleur rendement que celles du vallon du Stang-Alar!».

Les deux ruches de la mairie devraient produire environ 45kg de miel.

Plusieurs raisons doivent être prises en compte pour expliquer ce phénomène, dont l'âge de la reine et la taille de la colonie d'abeilles... La présence de champs de maïs à proximité du Stang-Alar en est une autre.


Absence de produits phytosanitaires

La communauté urbaine n'emploie plus, en effet, de produits phytosanitaires pour traiter ses espaces verts, arbres, arbustes et massifs de fleurs, trottoirs ou caniveaux,etc.

Un choix qui s'accompagne de changements de pratiques, comme la fauche tardive du gazon, qui profite aux pollinisateurs et à la reproduction des plantes.

Les abeilles trouvent donc en ville un milieu particulièrement favorable à leur activité.

Une fois admis le principe de l'installation de ruches en ville, Brest Métropole Océane a choisi de travailler avec des apiculteurs professionnels, dont Denis Jaffré, installé à Locmélar, et le Rucher expérimental et pédagogique du pays d'Iroise (Reppi).

Ce sont ces professionnels qui gèrent entièrement les ruches, les entretiennent régulièrement et récoltent le miel.

La mise en place des ruches en milieu urbain doit respecter un protocole concernant la sécurité des abeilles par la pose d'abreuvoirs d'eau pure ou d'eau de pluie pour éviter qu'elles ne consomment de l'eau polluée, la sécurité des agents pouvant travailler dans l'environnement des ruches et la sécurité des riverains.

Brest Métropole Océane complète ainsi sa palette d'actions pour favoriser la biodiversité et participer, à son niveau, à la sauvegarde des abeilles.

«Les abeilles jouent un rôle essentiel dans le monde végétal, explique Nicole Tessier, directrice des espaces verts à BMO. Elles pollinisent 80% des plantes. C'est aussi grâce à elles qu'elles fructifient».


20. 000 plantes sauvées grâce aux abeilles

Les services de Brest Métropole Océane soulignent qu'«un tiers de la production alimentaire mondiale est lié à la pollinisation faite par les abeilles et plus de 20.000 plantes menacées d'extinction sont sauvegardées, en Europe, grâce aux abeilles».

Les abeilles installées en ville ne butinent pas que les plates-bandes de la collectivité!

Elles fréquentent, bien entendu, tous les jardins et les plantations installées sur le rebord des fenêtres, sur les balcons et les terrasses des particuliers.

Et comme plus il y a de fleurs, mieux les abeilles se portent, les services de BMO invitent les Brestois à fleurir balcons et fenêtres, etc. Et surtout, à éviter soigneusement d'utiliser des produits phytosanitaires, désherbants et autres...

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 





Auteur : Guy Pellen

Source : www.letelegramme.com