Macron affirme, anticonstitutionnellement, que LUI SEUL est capable d'éviter un désordre en France

Venezuela : droit des indigènes - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 30/05/2011 à 23h26 par geof.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Venezuela : droit des indigènes

 
Titre original : Venezuela, 28.05.2011. “Avant la révolution, les indigènes n'étaient même pas reconnus comme faisant partie de la société »
 

De passage au Brésil où elle assistait à une réunion de l'Organisation du Traité de Coopération Amazonienne (OTCA), la vice-ministre du Pouvoir Populaire pour les Peuples Indigènes du Venezuela, Aloha Nuñez (photo) a conversé avec « Brasil de Fato ».

La vice-ministre Aloha Núñez, 27 ans, est une indigène Wayuu (état du Zulia).

Par : Vinicius Mansur de Brasília (DF)

A combien s'élève la population indigène au Venezuela ?

Selon le recensement effectué en 2001, nous sommes entre 2% et 3% de la population, (...) A présent, 44 peuples indigènes ont été reconnus ainsi que 2800 communautés indigènes.

Il y a-t-il un mouvement indigène organisé au Venezuela ?

Oui, il existe plusieurs organisations indigènes tant au niveau régional que national. Chaque peuple ou tout du moins chaque région compte avec des organisations représentant leur état respectif.

Au niveau nationale, nous comptons sur des organisations comme le Conseil National Indigène du Venezuela, le Front Indigène Waike'puru ou la Confédération Bolivarienne Indigène du Venezuela.

Comment décrire la relation de ces mouvement avec la révolution bolivarienne ?

La lutte des peuples indigènes a commencé il y a très longtemps. C'est à travers notre mobilisation sur tout le continent américain, quand commença la lutte pour les droits des peuples originaires à l'ONU, quand la convention 169 de l'Organisation Internationale du Travail fut obtenue, que les organisations indigènes acquirent une certaine visibilité.

Ensuite vint la révolution. Avant d'être élu à la présidence, le commandant Chavez s'était engagé auprès des peuples originaires afin de faire tout ce qui était possible afin d'arriver au règlement de la dette historique accumulée. (...)

Parlez nous de ce processus.

Des députés indigènes prirent part à la constituante et la nouvelle constitution contient un chapitre spécial pour les peuples et communautés indigènes. C'est un droit dont ils n'ont jamais joui auparavant. Précédemment n'existait qu'un article qui promettait... « l'incorporation progressive des indigènes à la vie de la Nation ». Ils n'étaient même pas reconnus comme faisant partie de la société !

Par conséquent, la Constitution bolivarienne de 1999 ouvrit toute grande la porte. Il y est établi que 3 députés indigènes doivent être élus à l'Assemblée Nationale pour les régions sud, orient et occident. En outre, dans chaque municipalité indigène il y a des conseillers municipaux indigènes et dans chaque état où vivent des communautés indigènes, il y a des législateurs indigènes.

Les peuples originaires ont la garantie de disposer d'un poste au moins dans chacun de ces espaces. Ensuite, vint la création de la loi de délimitation et de garantie de l'habitat et des territoires indigènes.

Suivirent la mission Guaicaipuro destinée à la prise en charge des besoin sociaux de ces populations ainsi que la promulgation de la Loi Organique des peuples et des communautés indigènes. Je ne connais pas d'autre pays ayant des lois établissant autant de droits à ces populations, dépassant de fait les exigences de la convention 169 de l'OIT.

Par la suite a été créé le Ministère du Pouvoir Populaire pour les peuples indigènes avec à sa tête Nicia Maldonado, une indigène yekuana de l'Amazonie. Ceci démontre sans aucun doute, une réelle volonté politique. Dans les autres pays, il n y pas de ministères indigènes. Tout au plus des fondations dépendantes de l'État et qui bien souvent ne sont même pas dirigées par des indigènes.

Par conséquent, on ne peut que constater la profondeur de l'engagement du commandant Chavez envers les peuples originaires et la réalité des avancées obtenues par les indigènes fruit de cette lutte commune.

Où en est-on avec la délimitation des terres ?

Elle se poursuit. Au Venezuela, la délimitation des terres est organisée à partir d'une demande des communautés ou à l'initiative de la Commission Présidentielle Nationale de Délimitation qui se charge conjointement avec une commission régionale de l'étude des dossiers. (...).

Q/ Existe-t-il une politique de promotion de la culture indigène ?

La Loi reconnait les langues indigènes comme langues officielles. Dans les écoles des communautés originaires, les cours sont données dans les langues indigènes. (...) Par ailleurs, nous comptons également sur une Loi pour l'artisanat indigène.

Aujourd'hui, quelles sont les principales revendications des peuples originaires ?

Mener à bout le processus de délimitation des terres. (...) D'autre part, nous ne pouvons nier que nous avons encore des communautés en grande précarité qui demandent une assistance gouvernementale permanente. À cet effet, nous avons créé un système de co-responsabilité entre les communautés et l'État afin que les peuples assument un rôle de protagoniste dans le dépassement de leurs difficultés, en se libérant eux-mêmes de la misère et de l'analphabétisme pour arriver à jouir de « la plus grande somme de bonheur possible » comme le préconisait notre libérateur Simon Bolivar. (...)

Existe-t-il des conflits entre les communautés indigènes et l'État au sujet de grands projets gouvernementaux d'exploitation des ressources naturelles ?

Oui. Mais au Venezuela nous respectons la convention 169 de l'OIT qui prévoit le consentement libre des communautés.

(...)

L'État reconnait-il la justice indigène ?

Oui. La constitution et la loi organique des peuples et communautés indigènes reconnaissent la justice traditionnelle. Mais il y reste des zones d'ombre. Les lois indigènes sont faites à travers l'assemblée communautaire. Certaine choses doivent être normalisées : la peine de mort n'existe pas au Venezuela et jamais nous ne l'appuierions. Chaque communauté a ses particularités et nous les étudions afin de garantir qu'aucune n'applique des peines qui violent les droits de l'homme.

(...)
 
Pour lire l'article dans sa totalité, cliquez sur "Source" ou "Lien utile"
 

Un article de Vinicius Mansur de Brasília, publié par LaRevolucionVive

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Auteur : Vinicius Mansur de Brasília

Source : www.larevolucionvive.org.ve

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter geof
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.