Vendues à 100 € - Des paysans indiens vendent leurs femmes à cause des mauvaises récoltes - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 18/09/2009 à 11h16 par Tanka.


VENDUES À 100 € - DES PAYSANS INDIENS VENDENT LEURS FEMMES À CAUSE DES MAUVAISES RÉCOLTES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Vendues à 100 € - Des paysans indiens vendent leurs femmes à cause des mauvaises récoltes

Information recueillie par Tanka.

Se retrouvant sans argent à cause des mauvaises récoltes, des paysans accablés de dettes dans la région de Bundelkhand, dans l'État de l'Uttar Pradesh, auraient, selon certaines informations, vendu leurs femmes à des prêteurs pour des sommes allant de 4 000 à 12 000 Roupies (soit 57 à 170 €).

Il semblerait même que plus la femme est belle, plus elle rapporterait un bon prix.

Les marchés seraient conclus sur un document portant un cachet légal avec l'entête « Vivaha Anubandh » qui signifie contrat de mariage. Dès que le nouveau « mari » se serait lassé de la femme, elle serait à nouveau vendue à un autre homme.

La Commission Nationale pour les Femmes (National Commission for Women : NCW) va envoyer une équipe pour enquêter sur cette affaire.

Girija Vyas, qui dirige la NCW, a indiqué : « il est honteux et invraisemblable que ceci se produise encore aujourd'hui dans le pays et d'autant plus, dans l' Uttar Pradesh, dont le Premier ministre est une femme. « Nous envoyons une équipe pour connaître les détails de cette affaire et avons demandé qu'un rapport soit établi dans les 24 heures. »

Elle a ajouté que la commission avait également écrit une lettre au Premier ministre de l'État.
Une des victimes a déclaré : « Mon mari m'a vendu à un autre homme pour seulement 8 000 Roupies (environ 113 €). Mon acheteur m'a emmenée au tribunal afin de légaliser notre mariage. Pendant le trajet, j'ai réussi à m'enfuir. »

Dans la plupart des cas, les femmes sont analphabètes et ne peuvent pas lire ce que stipule le « contrat ».

Un paysan qui a aidé à révéler la situation aux médias indiens a indiqué qu'il était désormais harcelé.

« J'ai été convoqué au commissariat et interrogé », a indiqué l'homme connu sous le nom de Kalicharan.

« Je leur ai dit que j'avais parlé aux médias car personne ne voulait nous écouter. Mais ils m'ont menacé et m'ont dit que je mentais. Ma femme a également été convoquée au commissariat. »
Vu les rapports indiquant que des milliers de paysans de la région seraient impliqués dans cette affaire, la situation est devenue une crise politique majeure.

Les partis de l'opposition accusent le Bahujan Samaj Party(le BSP), le parti qui gouverne l'Uttar Pradesh, dirigé par le Premier ministre Mayawati.

La présidente du parti du Congrès, Rita Bahuguna Joshi, a déclaré : « C'est une situation terrible. Je vais envoyer une équipe du Congrès pour aider ces femmes. »

Un porte-parole du principal parti de l'opposition, le Bharatiya Janata Party (BJP), a indiqué : « Autant le gouvernement de l'État dirigé par le BSP que le parti du Congrès au pouvoir central, sont responsables de cette situation. « Le centre parle de créer une autorité à part pour le Bundelkhand tandis que des factions veulent un État. Et personne n'aide ces paysans. »

Cette année, des précipitations fantasques dans la région sont une des principales causes des mauvaises récoltes.

AUTEUR: Dielle D'SOUZA
Traduit par Isabelle Rousselot. Édité par Fausto Giudice