Varilhes. Du nouveau à la décharge - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 20/06/2010 à 14h36 par Jacques.


VARILHES. DU NOUVEAU À LA DÉCHARGE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Varilhes. Du nouveau à la décharge

Une fosse gigantesque, creusée à 15 mètres de profondeur, imperméabilisée et prête à recevoir une nouvelle génération de déchets.

« Ce nouveau casier a été ouvert le 15 mai dernier, il sera rempli jusqu'en 2 015 et d'ici 6 ans nous pourrons procéder à l'extraction du méthane et le transformer en énergie électrique.

Alain Caillat, directeur général du Smectom du Plantorel, profitait des journées « portes ouvertes » pour expliquer aux élus et au public les projets engagés sur le site de Berbiac.

Le nouveau pari entre les responsables du Smectum, c'est l'ouverture, dès l'automne prochain, d'une centrale qui transformera la méthanisation des déchets en électricité.

« Dans ces casiers, nous tassons les ordures afin qu'il n'y ait plus d'oxygène et qu'elles se transforment en matière organique, de là, nous pouvons extraire du méthane et le faire brûler à 1 200 degrés ».

Un investissement de 2 millions d'euros pour une production continue qui assurera un rendement électrique de 6 gigawatts par heure diffusé ensuite sur le réseau ERDF.

Avec une moyenne de 700 kg de déchets par habitants, le site de Berbiac joue le jeu de l'énergie renouvelable en utilisant ces déchets « ultimes » : ceux qui n'ont pas pu être recyclés, parmi lesquels une majorité de plastique qui donne au directeur général, une nouvelle idée.

« Ce site est un véritable gisement de pétrole, dans les années à venir, nous pourrions aussi penser à transformer la matière plastique en pétrole ».

Sur les 750 000 tonnes de déchets accumulées sur le site, plus de 250 000 sont des combustibles solides de récupération (CSR) qui pourraient produire 125 000 tonnes de pétrole, de quoi fournir une nouvelle source de bénéfices au Smectom.

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 
.
.





Auteur : Marie Seurin

Source : www.ladepeche.fr