Vaccin contre la grippe A : les professionnels de santé ne se précipitent pas - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 20/10/2009 à 22h06 par Phil.


VACCIN CONTRE LA GRIPPE A : LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ NE SE PRÉCIPITENT PAS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Vaccin contre la grippe A : les professionnels de santé ne se précipitent pas

Information recueillie par Phil'

Voici deux extraits fort intéressants d'un communiqué du SNPI (Syndicat National des Professionnels Infirmiers)

...

Le vaccin n'est pas obligatoire, même pour les professionnels de santé. Comme un médecin sur deux, et deux infirmières sur trois refusent de se faire vacciner, du fait du bénéfice-risque pour une personne en bonne santé, le ministère exerce une pression morale et institutionnelle sur les soignants pour qu'ils montrent l'exemple. Des politiques demander à des soignants de faire preuve d'altruisme: c'est le monde à l'envers !

...

Mon employeur peut-il m'obliger à me vacciner contre la grippe H1N1?

Non, public ou privé, l'employeur ne peut vous obliger à vous vacciner contre la grippe H1N1.

Même le ministère ne le peut pas:

Les articles L 3111-1 et suivants du Code de la Santé Publique indiquent que le Ministre peut énoncer des recommandations de vaccination, mais que les obligations de vaccination (dont le refus peut être sanctionné) appartiennent à la Loi seulement.

C'est assez logique, s'agissant d'un acte médical. Or il n'y a pas de loi imposant cette vaccination.

En cas de problème avec un "supérieur" trop zélé, adressez vous à un responsable syndical de votre établissement ou à l'inspection du travail, car son insistance relève du Code Pénal:

Abus d'autorité avec atteintes à la liberté individuelle

Article 432-4 du Code Pénal:

"Le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public, agissant dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions ou de sa mission, d'ordonner ou d'accomplir arbitrairement un acte attentatoire à la liberté individuelle est puni de sept ans d'emprisonnement et de 100.000 euros d'amende."