Unesco : "Unissons-nous contre le braconnage en Afrique" - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 30/07/2013 à 16h36 par kannie.


UNESCO : "UNISSONS-NOUS CONTRE LE BRACONNAGE EN AFRIQUE"

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Unesco : "Unissons-nous contre le braconnage en Afrique"

 

Au rythme où vont les choses, demain les enfants d'Afrique de l'Ouest et Centrale parleront des éléphants et des rhinocéros comme nous parlons des mammouths : des créatures magnifiques appartenant au passé.

En quelques années, le massacre des espèces sauvages a pris des proportions industrielles, en particulier le braconnage des animaux tués pour leur ivoire. Au Gabon, environ 11 000 éléphants ont été tués illégalement depuis 2004. Près de 700 rhinocéros ont été braconnés en Afrique du Sud en 2012. En avril dernier, une milice armée est entrée dans le site du patrimoine mondial de l'Unesco Tri-national de la Sangha (entre le Cameroun, la République centrafricaine et le Congo), abattant 26 éléphants en quelques jours seulement.

 
>> À lire : Enquête, Braconnage en Afrique : éléphants sans défense
 

En Afrique sub-saharienne, les éléphants sont tués plus vite qu'ils ne peuvent se reproduire et l'année 2012 est la plus meurtrière depuis des décennies.

Cette augmentation sans précédent témoigne d'un changement d'échelle par rapport au braconnage "traditionnel" : il est aujourd'hui le fait de groupes lourdement armés, très équipés, prêts à tout pour vendre leur butin au plus offrant sur le marché mondial, alimenté par la flambée des prix et la demande de corne de rhinocéros et d'ivoire, principalement en Asie.

Pourquoi faut-il agir, et que pouvons-nous faire ?

Il ne s'agit pas seulement de sauver des animaux. Ce qui est en jeu, c'est notre relation à l'environnement dont nous dépendons tous. Les violations envers la nature finissent toujours par affaiblir les fondations sur lesquelles les communautés peuvent vivre et prospérer.

C'est vrai pour les milliers d'hommes et de femmes qui vivent des ressources du bassin congolais, et dépendent directement de la forêt pour leur subsistance –qu'il s'agisse de nourriture ou d'activités liées à la sauvegarde de la faune et de la flore, comme le tourisme.

C'est vrai pour l'Afrique en général et pour l'humanité : les forêts d'Afrique centrale sont l'une des zones les plus riches en ressources de tout le continent, et forment, après l'Amazonie, le deuxième poumon de la planète. Nul ne peut imaginer détruire ce patrimoine impunément.

Les éléphants jouent un rôle vital dans la préservation de cet environnement : ils permettent la reproduction de nombreuses espèces d'arbres tropicaux et sont les jardiniers de ces écosystèmes où ils cohabitent avec les communautés locales.

Cette biodiversité est essentielle à la nature, comme la diversité culturelle l'est pour le genre humain. En vidant les forêts de leurs animaux, le braconnage transforme la forêt vivante en "forêt vide" provoquant des dégâts en chaîne de dimension incalculable.

Pour protéger les grands animaux, la première étape est de préserver durablement les endroits où ils vivent. C'est dans ce but qu'ont été créés les sites du patrimoine mondial et les réserves de biosphère de l'Unesco. Ils représentent le niveau le plus élevé de protection et de gestion des espaces naturels.

 

Depuis les années 70, un programme de sauvegarde de la biosphère
est mis en place en Terres de l'Ebre. Il a pour but de contrer
la perte de la biodiversité et de mettre en place
les mesures écologiques, sociales et économiques voulues par l'UNESCO

 

C'est évidemment insuffisant. Le site Tri-national de la Sangha est l'une des zones les mieux préservées au monde.

Il a été inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco en 2012, au terme de plusieurs années d'un travail remarquable pour construire un système conjoint de sauvegarde entre trois pays, en lien étroit avec de nombreux organismes de coopération internationale et des ONG. Un an à peine après cette reconnaissance historique, la région était attaquée par un petit groupe de rebelles armés décidés à en piller les ressources.

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Irina Bokova, Directrice générale de l'Unesco et John Scanlon, Secrétaire général de la Cites, publié par jeuneafrique.com et relayé par SOS-planete

 

Jeuneafrique.com : le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique

 

 

Légende amérindienne : la part du colibri (hymne à la Vie !!!)

Découvrez nos posts qui font le buzz cet été sur la plage

Testament oral d'un Ancien à ses enfants et petits-enfants (Version audio en cours de réalisation pour le mois d'octobre, avec l'intervention de plusieurs enfants de la Terre)

Retrouvez toute l'Actualité -bonne ou mauvaise- sur votre mobile

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Lundi : 5970 visiteurs

 





Auteur : Irina Bokova et John Scanlon

Source : www.jeuneafrique.com