Une vigne OGM de l'Inra saccagée en Alsace - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 08/09/2009 à 12h03 par Tanka.


UNE VIGNE OGM DE L'INRA SACCAGÉE EN ALSACE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Une vigne OGM de l'Inra saccagée en Alsace

Information recueillie par Tanka.

"La personne a traversé deux grillages et a coupé les porte-greffe", a déclaré le président de l'Institut national de la Recherche agronomique de Colmar, Jean Masson, selon lequel le programmé était en cours depuis quatre ans.

L'auteur des faits, un opposant aux organismes génétiquement modifiés qui aurait agi seul, a revendiqué son acte lundi auprès de la presse locale avant de se rendre au commissariat de Colmar, a-t-il précisé. Selon le journal L'Alsace, qui a reçu sa visite, il s'agit de Pierre Azelvandre, un docteur en biologie qui mène depuis des années un combat juridique contre les OGM.

L'homme, âgé de 46 ans, était en garde à vue lundi soir. "Il revendique son acte, a indiqué à Reuters le procureur de Colmar, Pascal Schultz.

L'essai en cours à Colmar visait à trouver une parade au court-noué, un virus transmis à la vigne par un ver, contre lequel il n'existe aucun traitement. Seuls les porte-greffe avaient fait l'objet d'une manipulation génétique, ce qui limitait les risques de dissémination.

L'Inra a publié un communiqué pour déplorer ces actes et a annoncé qu'il allait porter plainte.

Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a condamné dans un communiqué cet acte qui, selon elle, "affaiblit de manière irresponsable les capacités de la recherche publique dans le domaine des biotechnologies".

Elle rappelle que cet essai qui a fait l'objet d'une autorisation fondée sur l'évaluation scientifique des risques sanitaires et environnementaux était aussi destiné à recueillir des données scientifiques précises en matière d'environnement.

L'Institut souligne que l'expérimentation en cours faisait l'objet d'une démarche participative qui associait les différents syndicats viticoles et agricoles, les élus et les associations de consommateurs et de protection de la nature.

Les 70 ceps de vigne étaient entourés par 1.600 pieds non OGM mais leur localisation était fournie sur le site internet de l'Inra, "dans un souci de transparence", a expliqué Jean Masson à Reuters.

STRASBOURG - Soixante-dix pieds de vignes génétiquement modifiés qui étaient au coeur d'un programme de recherche de l'Inra de Colmar (Haut-Rhin) ont été sectionnés tôt lundi matin, selon des sources judiciaires.

Pierre Azelvandre s'est notamment fait connaître en Alsace par son combat pour la publication des informations relatives à la localisation des essais OGM.

Il avait obtenu gain de cause en février 2009 devant la Cour de justice européenne à Luxembourg qui avait enjoint des pays membres de l'UE de rendre publiques ces informations.