Une étrange affaire - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 21/02/2010 à 15h52 par Jacques.


UNE ÉTRANGE AFFAIRE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Une étrange affaire

Je me suis toujours moqué de ceux qui voient partout de sombres complots. Je laisserai donc parler les faits que rapporte l'excellente revue espagnole XLSemanal. Vous jugerez.

On se souvient tous de scènes disgracieuses, il y a quelques mois, lors de la campagne de vaccination contre le virus H1N1 au Québec. La peur rendait certaines personnes franchement idiotes.

Ici, en Espagne, zéro panique, mais on s'est sérieusement demandé s'il fallait retarder le début de l'année scolaire ou s'interdire d'aller dans les stades de soccer.

Nous en sommes à 13 000 morts dans le monde entier. C'est l'une des grippes les plus bénignes depuis que les statistiques existent, dit l'épidémiologue Marc Lipsitch de l'Université Harvard. La grippe «ordinaire» tue habituellement entre 250 000 et un demi-million de personnes chaque année.

.../...

La firme Morgan Stanley estime que les trois principaux fabricants du vaccin – GlaxoSmithKline, Sanofi-Pasteur et Novartis – empocheront respectivement 4 milliards de dollars, 1,2 milliards et 650 millions. Les ventes mondiales de Tamiflu ont dépassé les 1,6 milliards de dollars en un an, bien que le British Medical Journal, dont la crédibilité est immense, mettait encore en doute son efficacité le mois dernier.

.../...

Il s'agit plutôt de s'interroger sur cet écart immense et systématique entre les apocalypses planétaires annoncées par l'OMS et la réalité. Figurez-vous que des journalistes se sont mis à enquêter et que des politiciens commencent à s'en mêler. Un nom revient constamment.

Ce nom, c'est celui du docteur néerlandais Albert Osterhaus, vétérinaire et virologue de formation. Véritable star aux Pays-Bas et dans les milieux spécialisés dans ces questions, on le surnomme le «Docteur grippe». On lui doit l'identification d'une bonne vingtaine de microorganismes pathogènes.

En 2003, Osterhaus fut le premier à identifier le virus responsable du SRAS, qui fit 900 morts en un clin d'oeil et repartit aussi subitement qu'il était arrivé. Il passa ensuite à la grippe aviaire, puis au virus H1N1. Il s'intéresserait maintenant à la varicelle.

À chaque fois, son discours est le même. Le virus pourrait muter et tuer massivement. Il faut donc des mesures drastiques : vaccinons tout le monde, pas seulement les groupes à risque. Le problème est qu'aucune de ses prédictions apocalyptiques ne s'est réalisée.

On lui reproche surtout une stratégie qu'il semble déployer en deux temps : déguisé en sauveur de l'humanité, il crie d'abord au loup, et il s'enrichit ensuite à partir des liens qu'il entretient avec les compagnies qui fabriquent les vaccins que lui-même recommande.

La chaîne de télévision hollandaise VPRO révélait récemment que le docteur Osterhaus est en effet l'actionnaire majoritaire de ViroClinics, une entreprise de biotechnologie à laquelle le géant pharmaceutique GSK donna le contrat de développer le vaccin pour la grippe H1N1.

Il aurait, allègue-t-on, largement profité de l'achat de 34 millions de doses du vaccin par le ministère néerlandais de la Santé, dont le responsable politique était à l'époque Ab Klink, un de ses amis. Osterhaus répond que les profits furent versés à une fondation, que son rôle fut de présenter au ministre divers scénarios, et que c'est le gouvernement qui opta pour le scénario du pire.

La directrice générale de l'OMS, Margaret Chan, fit ensuite passer le niveau d'alerte au seuil maximal sur la base des recommandations d'un groupe de conseillers dont faisait partie Osterhaus. Mais ce dernier préside aussi le Groupe européen de travail scientifique sur la grippe (ESWI en anglais), qui est financé par les principales entreprises de fabrication des vaccins : GSK, Sanofi-Pasteur, Novartis, Baxter et Roche. Comme de raison, le ESWI recommandait de vacciner le monde entier.

Le parlement des Pays-Bas a ouvert une enquête pour conflit d'intérêts et malversation de fonds. Une loi a aussi été adoptée pour forcer les scientifiques à dévoiler les intérêts financiers qu'ils ont dans des entreprises privées.

Cette semaine, la commission de la santé du Conseil de l'Europe entreprend une enquête pour déterminer si la décision de l'OMS de décréter une pandémie ne fut pas manipulée par des intérêts économiques. Critiquée de toutes parts, l'OMS a elle-même chargée un groupe d'experts indépendants de faire la lumière.

Je répète qu'il ne faut pas prendre à la légère les questions de santé publique. Je note seulement qu'année après année, on nous prédit des apocalypses qui ne se réalisent jamais. C'est comme si toute une industrie souhaitait vraiment que le ciel nous tombe sur la tête.

Pour lire l'article en entier, cliquer sur "lien utile"

Source : .josephfacal.org

Info sélectionnée par Jacques

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........