Saez chante "Tous les gamins du monde" - Vidéo clip musical

Une entreprise agro-industrielle sème la colère en Afrique - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 17/07/2012 à 21h29 par kannie.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Une entreprise agro-industrielle sème la colère en Afrique

 

Titre initial :
Herakles Farms : ou comment une entreprise agro-industrielle sème la colère en Afrique

 

L'huile de palme est l'huile comestible la moins chère du monde. On la retrouve aussi dans de nombreux produits cosmétiques et détergents, ainsi que dans les agrocarburants.

La demande mondiale d'huile de palme est en plein boum et des entreprises agro-industrielles s'emparent de vastes étendues de terre, spéculant sur une croissance continue du marché. Cette situation est connue, et dénoncée de longue date en Indonésie.

Mais l'industrie de l'huile de palme s'attaque aujourd'hui à un nouvel horizon : l'Afrique.

L'un de ces nouveaux “prédateurs” est la société Herakles Farms

Herakles Farms est une entreprise américaine, dont le siège est localisé à New-York. Son principal projet de plantation de palmiers à huile se situe au Cameroun. Une plantation de 70 000 ha qui affectera plusieurs milliers de personnes, des dizaines de villages, touchant une zone boisée d'une superficie supérieure à Manhattan, située en lisière de pas moins de 4 zones forestières protégées...

Herakles Farms se présente comme un bienfaiteur, qui “vise à répondre à la demande mondiale croissante en développant des projets durables et respectueux de l'environnement, en totale concertation avec les population locales“.

Mais au Cameroun, ce n'est pas vraiment le cas...

Lors d'un voyage sur le terrain ce mois-ci, les militants et experts de Greenpeace ont été les témoins de la forte mobilisation locale contre la plantation Herakles Farms.

Car les gens ont peur. Peur de perdre leurs terres, et leurs moyens de subsistance au profit de la filiale camerounaise de la firme américaine : la SG Sustainable Oils Cameroon (SGSOC).

Beaucoup de fermiers, dans cette région, sont entrepreneurs, et dépendent totalement des cultures de cacao, de maïs et d'autres fruits et légumes...

 


 

Or, à ce jour, SGSOC n'a présenté aucune carte précise présentant les limites de la future concession dédiée à l'huile de palme. Les fermiers et les populations locales sont donc laissées dans l'ignorance, ils n'ont aucun moyen de connaître la superficie de terre qu'ils vont peut-être perdre !

(...)

Le projet de culture d'huile de palme de la SGSOC est un mauvais projet. Au mauvais endroit. Il engendre colère, conflits sociaux et met en danger l'une des forêts primaires les plus riches et menacées d'Afrique. Il doit être arrêté.

Pour Greenpeace, les investisseurs potentiels, et notamment la Banque Africaine de Développement ne doivent pas contribuer au financement de ce projet plus que controversé.

 

Un article de greenpeace.fr ; pour en lire la totalité, cliquer ICI

 

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : Greenpeace

Source : forets.greenpeace.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter kannie
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.