Une coalition canadienne contre un nouveau maïs OGM - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 29/10/2009 à 10h40 par Michel95.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Une coalition canadienne contre un nouveau maïs OGM

Information recueillie par Michel95

Allez les Canadiens !

Claire Goujon-Charpy

Des voix s'élèvent au Canada contre l'approbation du SmartStax, un nouveau maïs OGM de Monsanto et Dow AgroSciences.

Sous l'égide du Regroupement québécois contre les OGM (RQcOGM) et du Réseau canadien d'action sur les biotechnologies (CBAN), une coalition dénonce l'approbation, par l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) d'une nouvelle variété de maïs génétiquement modifié, destiné à la consommation humaine et animale.

Selon cette coalition, "le SmartStax a été approuvé sans aucune évaluation de ses effets potentiels sur la santé humaine".

La coalition demande le retrait de cette autorisation et un moratoire sur toute nouvelle approbation d'ici jusqu'à ce que soit établie, de façon indépendante, la rigueur et la transparence des processus d'évaluation des OGM de l'ACIA et de Santé Canada.

Elle réclame également l'étiquetage obligatoire des aliments contenant des OGM au Canada.

La coalition dénonce le concept «d'équivalence substantielle» sur laquelle se base l'approbation des nouveaux aliments génétiquement modifiés.

Pour le SmartStax, qui combine huit gènes modifiés, l'ACIA semble avoir conclut à cette équivalence du simple fait que chacun des gènes a déjà été évalué séparément dans d'autres plantes où il avait été introduit.

Or, selon la coalition, la combinaison de huit gènes peut provoquer de nouveaux effets qui diffèrent de ceux produits par chacun des gènes individuellement.

La coalition critique aussi le fait que l'ACIA et Santé Canada ne réalisent aucun test par eux-mêmes et se fient à la méthodologie mise en place par l'industrie pour faire les évaluations.

Un expert international en réglementation des technologies agricoles du vivant, Peter Andrée, s'est associé à la dénonciation de la coalition par une déclaration dans laquelle il mentionne que «le cas du SmartStax démontre des lacunes fondamentales dans le système de règlementation canadien des organismes génétiquement modifiés".

Enfin, Aux yeux de la coalition du RqcOGM et du CBAN, le refus par le gouvernement fédéral d'imposer l'étiquetage obligatoire des aliments contenant des OGM donne l'impression qu'il est de connivence avec l'industrie des biotechnologies.

Il faut savoir qu'en Europe, l'Union européenne applique une politique stricte d'étiquetage obligatoire de la nourriture génétiquement modifiée, avec un seuil de tolérance à 0,9%, politique sur laquelle les pays de l'Est et la Russie tendent à calquer leur législation.

Les États-Unis, premiers producteurs d'OGM, ont par contre publié de simples lignes directrices pour un étiquetage volontaire de la nourriture « non OGM » , laissant sous-entendre que la majorité de la nourriture est génétiquement modifiée.

 

Pour lire la suite de cet article, cliquer sur "Lien utile"

 

........

 

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Michel95
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr