Un trafic d'animaux exotiques sévit au Brésil - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 01/01/2011 à 12h38 par Tanka.


UN TRAFIC D'ANIMAUX EXOTIQUES SÉVIT AU BRÉSIL

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Un trafic d'animaux exotiques sévit au Brésil

Chaque année, au Brésil, 250.000 animaux sont mis en vente par des trafiquants. Troisième activité la plus lucrative du Brésil, mais tout aussi illégale que la vente d'armes ou de stupéfiants, le trafic d'animaux a amené le gouvernement à créer des bataillons de police militaire environnementale.

Le trafic d'animaux exotiques qui sévit au Brésil diminue tout doucement depuis la création, en 1983 de bataillons spéciaux, conçus pour lutter contre ce fléau. Les contrôles surprises effectués par les troupes militaires ont permis de réduire de 80% ce trafic sur certains marchés.

Générant plus d'un milliard de dollars chaque année, ce trafic animalier est encouragé par les nombreux acheteurs potentiels. Pourtant, la loi brésilienne interdit strictement la chasse et la détention d'un animal sauvage.

Seuls quelques rares élevages sont autorisés, mais les prix pratiqués sont dix fois plus importants que lorsque ces mêmes animaux sont vendus au marché noir.

"Il y a une grande diversité d'espèces au Brésil et de très beaux animaux qui donnent envie aux gens. Et c'est une habitude culturelle chez les Brésiliens d'avoir des animaux de toutes sortes à la maison", explique le docteur Marchesi.

Les oiseaux sont les plus convoités et les prix peuvent s'élever jusqu'à 7.000 euros pour un grand ara bleu par exemple. En effet, plus l'animal est en voie de disparition, plus il est rare et plus son prix augmente.

Mais la moitié des animaux vendus meurent pendant le transport. "Ils sont transportés dans de mauvaises conditions, ils sont mis dans des petites cages fermées avec peu d'air. Ils passent des heures sans manger ni boire", indique un vétérinaire.

Les animaux libérés par les bataillons militaires sont transférés dans des centres de tri et mis en quarantaine.

On dénombre l'arrivée de 8.000 animaux par an et beaucoup d'entre eux sont dans un état catastrophique.

Parmi eux, beaucoup de singes qui ont été abandonnés après être devenus agressifs.

Malheureusement ils ne sont plus capables d'être autonomes et il devient impossible de les remettre en liberté.

Devenez lanceur d'alertes

Combat pacifique pour la Vie





Auteur : Info rédaction

Source : www.maxisciences.com