Un syndicaliste jugé pour refus de prélèvement ADN - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 02/05/2011 à 20h29 par Mich.


UN SYNDICALISTE JUGÉ POUR REFUS DE PRÉLÈVEMENT ADN

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Un syndicaliste jugé pour refus de prélèvement ADN

 

Xavier Mathieu, leader CGT des Continental, avait refusé de se soumettre à un prélèvement de salive. Il est jugé mardi 3 mai.

Un an de prison et 15000 € d'amende. C'est ce que risque Xavier Mathieu, l'emblématique leader CGT de Continental, jugé mardi 3 mai par le tribunal de Compiègne (Oise).

En février 2010, il avait été condamné à une amende de 4 000 € pour la destruction de matériels dans la sous-préfecture de l'Oise, des faits commis en avril 2009 après la confirmation du licenciement des 1120 salariés. Cette fois, il comparaît pour avoir refusé de se soumettre, deux mois plus tard, à un prélèvement d'ADN.

« Alors que le fichier national automatisé des empreintes génétiques avait été créé au départ, en 1998, pour conserver les prélèvements des auteurs de crimes sexuels, explique Jean-Louis Borie, secrétaire national du Syndicat des avocats de France (SAF), une série de lois ont élargi les infractions concernées, de sorte qu'il est désormais légal de prélever la salive des personnes condamnées aussi bien pour crimes sexuels, crimes contre l'humanité, trafic de drogue, violences volontaires que pour des délits de destruction ou de menaces d'atteinte aux biens. »

1500 empreintes génétiques en 1998, 1,8 million aujourd'hui

« On comptait 1500 empreintes génétiques recensées en 1998, il y en a 1,8 million aujourd'hui. Si on continue, on fichera tout le monde ! », déplore de son côté Jean-Louis Vitran, membre du bureau national de la Ligue des droits de l'homme.

Depuis 2008, les refus de prélèvement d'ADN se multiplient, notamment parmi les faucheurs d'OGM, et désormais parmi les syndicalistes. En décembre 2010, deux leaders du Syndicat des travailleurs corses qui, condamnés pour le détournement d'un navire de la SNCM en 2009, avaient refusé le prélèvement, ont écopé d'un mois de prison ferme, sentence réduite en appel à une amende de 1 000€ chacun.

En avril dernier, Philippe Galano, syndicaliste CGT condamné pour avoir séquestré la direction des Autoroutes du Sud de la France en 2003, a à son tour été jugé pour refus d'ADN.

Soutenu par le député communiste Pierre Gosnat, qui avait alors déposé une proposition de loi visant à « interdire le fichage génétique des militants syndicaux », il a obtenu une peine de 150 € qualifiée de symbolique par le président du tribunal, qui a indiqué faire « la différence entre une séquestration crapuleuse et une séquestration dans le cadre d'une action syndicale ».

L'avocate de Xavier Mathieu demande quant à elle la relaxe. Tout comme la CGT, discrète cependant sur le dossier de ce militant tonitruant, qui avait traité Bernard Thibault de « racaille » en 2009.

 

 

Notre Association défend les droits de l'Homme et de toutes les espèces vivantes. Elle est APOLITIQUE !

 

Un article de NATHALIE BIRCHEM, publié par la-croix.com

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 





Auteur : NATHALIE BIRCHEM

Source : www.la-croix.com