Images: Darmanin veut modifier l'article 24 de la Loi du 29 juillet 1881 sur la Liberté de la Presse

Un quart des crustacés d'eau douce sont menacés en France métropolitaine - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 08/06/2012 à 14h14 par Kannie.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Un quart des crustacés d'eau douce sont menacés en France métropolitaine

Amphipode

 

Au terme d'un état des lieux réalisé sur les 576 espèces de crustacés d'eau douce de France métropolitaine, près de 28% des espèces apparaissent menacées.

Ce résultat est le fruit d'un travail de trois années conduit par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et le Muséum national d'Histoire naturelle avec la contribution d'une vingtaine de spécialistes, dans le cadre de la Liste rouge des espèces menacées en France.

Les écrevisses en première ligne

Les trois espèces d'écrevisses de métropole ont vu leurs effectifs s'effondrer suite à la dégradation des rivières par les aménagements et la propagation d'une maladie mortelle, la peste des écrevisses. Elles doivent également faire face à la progression rapide d'écrevisses américaines introduites, qui répandent cette maladie et entrent en compétition avec elles. L'Ecrevisse à pattes blanches est ainsi classée "Vulnérable" en métropole, l'Ecrevisse à pattes rouges "En danger" et l'Ecrevisse des torrents "En danger critique".

Des animaux au rôle essentiel affectés par la dégradation des eaux douces

Les crustacés regroupent également des centaines d'espèces méconnues, souvent microscopiques, présentes dans tous les milieux d'eau douce (mares, lacs, rivières, eaux souterraines...). Copépodes, ostracodes, amphipodes, branchiopodes... ces animaux jouent un rôle fondamental, car ils constituent une source d'alimentation importante pour les poissons et beaucoup d'entre eux contribuent à filtrer l'eau et à contrôler la prolifération des algues.

En métropole, un quart des espèces présentes sont endémiques, ce qui signifie qu'on ne les trouve nulle part ailleurs dans le monde.

Les crustacés d'eau douce sont très sensibles aux pollutions chimiques et sont donc des indicateurs de la qualité des eaux.

La démoustication des plans d'eau menace par exemple un petit crustacé très rare, Chirocephalus spinicaudatus, classé "En danger critique". Et les pollutions de surface, en s'infiltrant, peuvent affecter des espèces souterraines comme Dolekiella europaea, classée "Vulnérable".
 

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Mathilde Emery, publié par bioaddict.fr


 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 


Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : Mathilde Emery

Source : www.bioaddict.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Kannie
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.