La composition exacte des CHEMTRAILS enfin dévoilée. Quels vrais danGers pour la santé des citoyens?

Un poisson géant contribue à la croissance de la forêt tropicale amazonienne - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 03/08/2011 à 23h02 par geof.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Un poisson géant contribue à la croissance de la forêt tropicale amazonienne

 
Un fruit de l'Amazonie, pour l'heure inondée, tombe d'un arbre et chute dans l'eau. Avant même qu'il ait coulé au fond, un poisson géant d'un peu plus de 27 kg l'engloutit avec voracité. Près d'une semaine plus tard - et des miles plus loin - le poisson défèque et dans ses excréments se trouvent les graines du fruit mangé il y a longtemps et loin de là.

Une graine par chance flotte et parvient jusqu'à un endroit particulièrement aproprié où elle parvient à germer. De nombreuses années plus tard, le nouvel arbre fruitier est florissant tandis que le poisson géant revient de temps à autre dans l'attente d'un autre repas lui tombant du ciel.

On appelle ce processus la dissémination des graines et, alors que des chercheurs ont étudié la capacité d'espèces telles que les oiseaux, les chauve-souris, les singes et les rongeurs à disséminer des graines, il est une catégorie animale qui est souvent ignorée: le poisson.

Jill T. Anderson, une chercheuse associée post-doctorante à l'université de Duke, compte cependant parmi les quelques chercheurs qui ont commencé à établir des liens entre les gros poissons frugivores d'Amazonie, tels le gros tambaqui (Colossoma macropomum) et la biodiversité ainsi que la santé de la forêt tropicale amazonienne.

Malheureusement, au moment où les chercheurs sont en train de découvrir l'importance de ces poissons, ceux-ci sont en train de disparaître en de nombreux endroits en raison de la pêche non réglementée et de la surpêche.

La dissémination par de nombreux animaux est essentielle pour l'Amazonie ainsi que pour d'autres forêts, car, comme l'explique Anderson : “les plantes comptent sur la dissémination des graines par ces animaux (à savoir, les oiseaux, les chauve-souris, les singes, les tapirs, les rongeurs et les poissons) pour qu'ils les emportent loin de l'arbre d'origine jusqu'en de bons endroits pour la germination.[...] En ce qui concerne des espèces pionnières telles que le Cecropia (un genre d'arbre que nous avons étudié), il semble que leurs graines réclament des espaces lumineux pour germer—donc, aient des besoins très spécifiques en matière de germination."

Dans une étude de 2009, Anderson et ses collègues ont étudié deux espèces de poissons frugivores—le tambaqui et le pirapitinga (tous deux connus comme étant des pacus)— au Pérou. Après avoir sélectionné plus d'un million de graines issu des entrailles de 195 poissons, ils ont fait la description de 44 espèces de graines, dont 36 provenant d'arbres et de lianes.

"Mais," dit-elle, "il est probable que le tambaqui dissémine des graines de beaucoup d'autres espèces en différents lieux.Michael Goulding de l'Association pour la Protection de la Vie sauvage a, par exemple, réalisé un beau travail, en décrivant une gamme variée d'espèces faisant partie du régime alimentaire du Colossoma macropomum (et d'autres poissons frugivores) au Brésil."
 


 

Un article publié par Anderson et d'autres chercheurs cette année indique que les tambaquis disséminent les graines vraiment loin.

"Dans notre étude, ces poissons peuvent transporter des graines jusqu'à 5,5 kilomètres, bien qu'il soit probable que les plus gros (et donc les plus vieux) poissons sont capables de disséminer des graines bien plus loin que cela,” dit Anderson. D'après les recherches, plus les poissons sont vieux, plus ils sont efficaces dans cette dissémination de graines.

"Des études antérieures aux nôtres et menées par nos collègues ont montré que les poissons plus jeunes consomment moins de fruits et disséminent moins de graines viables,” explique Anderson, ajoutant que “dans notre étude, nos modèles indiquent que les poissons plus petits (donc plus jeunes) ne disséminent pas de graines aussi loin que les poissons plus gros (et donc, plus vieux)."

Bien sûr, cette conclusion a des implications relativement à la protection, puisque les plus vieux poissons sont en train de disparaître des écosystèmes en raison de leur surexploitation par les habitants locaux.

"Le Tambaqui est commercialement très important. La population de cette espèce a décru, ces dernières décennies, de 90% pour certaines de ses variétés en raison de la surpêche. Le poisson est la première source de protéines pour les populations humaines d'Amazonie, donc, il n'est pas surprenant que les gens surpêchent un très gros frugivore," dit Anderson.

Alors que les êtres humains pêchent probablement les tambaquis et les autres pacus depuis des millénaires, l'augmentation des populations en Amazonie et la facilité croissante d'accès à des endroits autrefois impénétrables ont entraîné les gros poissons frugivores vers des territoires extrêmement dangereux. Même si ces espèces ne disparaissent pas complètement, une baisse significative de population ou une perte d'individus plus vieux peut potentiellement avoir des conséquences sur la biodiversité et l'abondance de la forêt tropicale amazonienne.

Ni le tambaqui, ni le pirapitinga, ni aucune des espèces telles que les pacus n'ont encore été évalués par la Liste rouge des espèces menacées de l'Union internationale pour la Protection de la Nature (IUCN), la principale autorité se préoccupant des menaces d'extinction.

Anderson affirme qu'il y a beaucoup de chercheurs qui ne savent pas encore par exemple comment comparer ces poissons avec d'autres propagateurs de graines.

"Honnêtement, nous n'avons pas pour l'heure de bonnes réponses. Il y avait un article de Biotropica en 2002 (Association pour la biologie et la protection des forêts tropicales) (voir notes de bas de page n° 1) qui montrait que les poissons du Costa Rica comptaient parmi les meilleurs propagateurs de graines. mais, c'est la seule étude qui ait essayé de comparer des poissons avec d'autres propagateurs."

Lorsqu'on l'interroge sur les mesures de protection, Anderson cite l'étude de 1996 qui recommande des prises de plus grande taille afin d'épargner aux jeunes poissons le hameçon, la protection des zones de frai et de migration ainsi que le développement des bases de données statistiques relativement à la pêche. Bien que ces recommandations aient été publiées il y a plus d'une décennie, Anderson dit qu' ”elles n'ont pas été mises en oeuvre en de nombreux lieux.”

(...)
 

Pour lire la suite de l'article, cliquez sur "Source" ou "Lien utile"

 

Un article de Jeremy Hance (traduit par Noële Belluard-Blondel), publié par Mongabay

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : Jeremy Hance (traduit par Noële Belluard-Blondel)

Source : fr.mongabay.com

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter geof
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.