Un peu plus de confort pour les poulets - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 27/11/2010 à 00h00 par Tanka.


UN PEU PLUS DE CONFORT POUR LES POULETS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Un peu plus de confort pour les poulets

Un arrêté ministériel du 28 juin 2010 fixe les nouvelles règles pour le bien être des poulets de chair. Les premiers contrôles se dérouleront au second semestre 2011.

Entre 39 et 42 kg au m2. Après les porcs, les poules pondeuses et les veaux de batterie, l'Europe s'est penchée sur le confort des poulets de chair. Chaque pays a traduit dans son droit national les directives bruxelloises. En France, elles concernent 5 000 éleveurs avec des bâtiments de plus de 500 poulets.

Règle numéro 1 : le chargement des poulaillers peut varier entre 39 et 42 kg au m2. L'éleveur qui choisit le plafond de 42 kg est soumis à des contraintes plus fortes, en particulier sur la mortalité des jeunes poussins.

Guy Hellegouarch, président de la coopérative UKL pointe les difficultés d'application. « Beaucoup d'éleveurs ont des taux de mortalité supérieure à 4 % dans les premiers jours, leur dérogation sautera et ils seront obligés de redescendre à 39 kg/m2 avec à l'arrivée une grosse baisse de compétitivité ».

Les accouveurs reconnaissent eux-mêmes qu'il sera difficile de réduire la mortalité des jeunes poussins. Autre souci : la densité maxi. « Il suffit d'un week-end prolongé sans enlèvement et les animaux prennent 10 kg par m2. On franchit sans le vouloir la limite autorisée. »

En effet, dans le cadre du bien être, les éleveurs ne peuvent plus mettre leurs animaux à la diète avant le départ pour l'abattoir. Guy Hellegouarch plaide pour une « certaine souplesse » dans la mise en musique du nouvel arrêté.

Des contrôles à l'abattoir. Brûlures des pattes, griffures, pododermatites (infection de la peau) ampoules au bréchet... Autant de signes trahissant un manque de confort des poulets dans leur gîte.

Si le nombre de volatiles retirés de la chaîne d'abattage dépasse 2 %, l'abattoir alerte les services vétérinaires qui inspectent le poulailler avec le risque d'une sanction. Bruxelles a prévu une « clause de revoyure » dans deux ans pour voir si les États membres appliquent correctement la nouvelle norme.

Pour préparer ce rendez-vous, la DGAL, la Direction générale de l'Alimentation, entend mener une étude pendant un an sur 500 lots de poulets et comptabiliser les bobos des volailles.

La dimension économique sera également abordée lors de ce rendez-vous. Les Allemands ont choisi de ne pas franchir le seuil des 39 kg par m2 mais fins manoeuvriers, ils dépassent largement en productivité le plafond des 42 kg.

En Malaisie. Le bien être des poulets est avant tout un souci européen. En Asie, et plus particulièrement en Malaisie, le sujet est moins d'actualité. Un équipementier français vient d'y construire un bâtiment de 2000 m 2 capable d'accueillir...

120 000 poulets dans des cages grillagées sur plusieurs étages. Pas l'ombre d'une litière pour les poulets entassés à 60 par m 2.

Devenez lanceur d'alertes

SOS-planete





Auteur : Jean-Paul LOUÉDOC

Source : www.ouest-france.fr

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • poulets - 
  • elevages