Un nid douillet pour les oiseaux à Chantrezac - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 28/01/2011 à 22h16 par Tanka.


UN NID DOUILLET POUR LES OISEAUX À CHANTREZAC

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Un nid douillet pour les oiseaux à Chantrezac

Membre de la Ligue de protection des oiseaux, Annie Fugier, milite pour la survie des hirondelles Elle les accueille dans son refuge de Chantrezac.

Il y a plus de vingt ans, Annie Fugier cherchait la direction que qu'elle voulait donner à son existence. Passionnée par la nature, elle prenait la défense de tout ce qui était injustement opprimé et accablé par le poids des préjugés tenaces. Cela allait du pauvre petit cochon de ferme, en passant par les marginaux humains... Elle décide alors de militer pour la sauvegarde de l'environnement et ce qui l'anime.

«Aujourd'hui, je viens vous parler de mes petites soeurs les hirondelles. De celle que je connais plus précisément hirundo rustica, l'hirondelle rustique, anciennement de cheminée, du temps où elle y nichait...

J'ai des boxes abrités des courants d'air et quand j'ai repris cette maison, mes amies ailées sont vite revenues. J'ai actuellement 28 nids et 22 ont été occupés l'an passé. Il y a eu une à trois couvées par couple en 2010.»

Tous les animaux errants et perdus

Annie Fugier, membre de la Ligue de protection des oiseaux (LPO) et de nombreuses associations de protection des animaux et de l'environnement, en appelle à la bonté de la population pour ces petites protégées «qui sont utiles à l'homme et à la civilisation».

«Il faut leur préserver un coin abrité des courants d'air, des dépendances avec un toit intérieur inaccessible de l'intérieur aux rats et aux chats, en hauteur le long des poutres», précise-t-elle en ajoutant qu'il ne faut pas non plus déverser à tout va des insecticides et des pesticides - «Les hirondelles se nourrissent essentiellement d'insectes volants». Elles sont protégées par une loi de 1976. La destruction des nids et des oiseaux est passible d'une amende élevée.

«Comme ces merveilleux migrateurs ont choisi mon modeste refuge pour s'y reproduire, je me suis attachée à eux et je dirais même que mes rapports avec eux sont devenus fusionnels.

Lorsqu'ils partent fin septembre, mon coeur est bouleversé», continue l'amie des bêtes. Outre sa passion pour les hirondelles, Annie Fugier accueille dans sa ferme tous les animaux errants et perdus.

Elle y protège également des grenouilles communes de la région, en voie d'extinction depuis la disparition des mares, et des centaines de migrateurs qui ont choisi son refuge pour faire étape vers le soleil. Les chiens abandonnés, les renards blessés, les chevaux promis à l'abattoir sont également les hôtes habituels et habitués de la ferme de «Chez Le Masson».

Annie Fugier a aussi ouvert un centre de vacances pour chiens et animaux de compagnie. Cette fervente protectrice de la gent animale, fine connaisseuse de l'éthologie, possède également plus de 70 perruches, dont quelques unes apprivoisées, des mandarins et des tourterelles qu'elle bichonne, admettant «habiter chez [s]es animaux».

Annie Fugier espère aussi accueillir les enfants des écoles pour des parcours et sentiers pédagogiques «découverte des animaux et protection de la nature» quand elle aura fini d'aménager sa ferme.

Lances-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!





Auteur : Marie-Françoise CORMIER

Source : www.charentelibre.fr