Un «Fukushima» en France causerait 430 milliards d'euros de dégâts - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 10/02/2013 à 02h48 par kannie.


UN «FUKUSHIMA» EN FRANCE CAUSERAIT 430 MILLIARDS D'EUROS DE DÉGÂTS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Un «Fukushima» en France causerait 430 milliards d'euros de dégâts

 

Le nucléaire on n'y peut rien. Demandez aux Japonais, les pauvres, ils en connaissent un rayon sur le nucléaire.

110 milliards d'euros pour le traitement des territoires contaminés

Le nucléaire en France, c'est comme l'Europe. Ça ne se discute pas. Interdit. Verboten ! Répétez avec moi : le nucléaire c'est bien. Le nucléaire ce n'est pas cher. Le nucléaire c'est propre. Sauf le jour où ça vous pète à la figure. Là, ça devient carrément dégueulasse et juste hors de prix.

L'Institut national de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a rendu un rapport sur le coût d'une catastrophe type Fukushima en France. En gros 430 milliards d'euros. C'est une estimation qui semble assez sérieuse d'autant plus que les Japonais en sont déjà à 100 milliards d'euros dépensés par TEPCO, et c'est juste en gros pour le travail dans la centrale et la décontamination des sols... le reste ce n'est pas TEPCO qui paie. D'ailleurs TEPCO ne paie pas grand-chose car vu l'ampleur de la catastrophe TEPCO a été nationalisée. Pour ceux qui se poseraient la question TEPCO c'est l'EDF japonais exploitant la centrale de Fukushima.

Pour l'IRSN, il nous faudrait 110 milliards d'euros pour le traitement des territoires contaminés. Ensuite, il faudrait prendre en charge environ 100 000 réfugiés. Les réfugiés, c'est une moyenne en fonction des centrales. Car, si on n'a pas de chance, et de vous à moi, quand une centrale nucléaire explose, c'est qu'en général on n'a pas eu de chance et que l'on imagine que c'est celle de Nogent sur Seine qui décide d'irradier toute l'Ile de France parce que les vents auraient le mauvais goût de souffler dans le mauvais sens... c'est plutôt 12 millions de personnes qu'il faudrait évacuer. Ce qui risque d'être «drôle» et de donner lieu à des communiqués rassurants du type... le nuage a été arrêté le long de la Marne grâce aux poilus transportés par les Taxis G7...

Pour l'IRSN, les conséquences seraient donc très lourdes au niveau macroéconomique... mais on vous explique que le nucléaire n'est pas cher. Tant que tout va bien et qu'il ne faut pas démanteler les vieilles centrales. Après les choses peuvent vite se gâter.

Le nucléaire est l'industrie la moins fiable

Ça, c'est mon interprétation personnelle, mais vous ne pourrez pas ne pas être d'accord avec moi. Mais chut, on n'a pas le droit de poser le débat de cette façon-là ! Voyons ce n'est pas sérieux... Pourtant reprenons quelques chiffres très simples, c'est du bon sens de base tendance paysan.

Il existe environ 300 réacteurs nucléaires dans le monde. Il y a eu en 50 ans trois accidents majeurs. Three Miles Island aux États-Unis, un «coeur brisé» en fusion, technologie américaine. Tchernobyl... technologue soviétique, c'est normal. Fukushima technologie nipponne. Tiens étrange, un accident nucléaire peut même arriver ailleurs que chez les «popov» incompétents.

Cela vous donne en gros un bon 1% de réacteurs défectueux...

Bien, maintenant appliquons ce taux d'accident à l'aviation. Pensez-vous que l'industrie aéronautique survivrait à un taux de défaillance de 1 % ? Personne ne prendrait plus l'avion. Mais tout le monde continue à prendre les centrales nucléaires en tout cas en France.

Voilà, tout ça pour vous dire que le nucléaire, comme l'Europe, cela doit pouvoir se discuter. Nous devons pouvoir faire des choix «éclairés», prendre en compte les risques, essayer de sortir au moins partiellement et au mieux de cette industrie qui est dangereuse, car le risque, c'est la possibilité de disparition même de notre pays. C'est un risque existentiel.

Ne pas parler du risque nucléaire est la meilleure façon pour que le risque se matérialise, car cela veut dire que quelques personnes pondent des règles dans leur coin à l'abri des regards. L'accident de Fukushima a profondément ébranlé les experts du secteur. Rien de ce qui s'est passé au Japon n'a jamais été envisagé par nos «spécialistes».... Rien !

Ce n'est pas rassurant. Ce qui est rassurant, c'est que le sujet commence enfin à être traité dans notre pays. Et c'est pour cette raison qu'il faut encore et toujours parler du nucléaire, de ses avantages... et de ses risques.

L'énergie sera de plus en plus chère, il faudra apprendre à vivre avec cette nouvelle donne, et cela va changer profondément l'économie du monde. Ce qui sera dépensé pour l'énergie ne le sera pas en iPhone...

 

Un article de Charles Sannat, publié par jolpress.com et relayé par SOS-planete

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete.

 

Le module de news "Comment va la belle bleue ?" en grand écran

Lance-toi ! Deviens lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage ! - Alertes

Recevoir chaque jour les infos scientifiques dans sa boite aux lettres

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Mine de connaissances - Contacter l'équipe : vivant12)at(free.fr

 





Auteur : Charles Sannat, Directeur des Études Économiques

Source : www.jolpress.com