Un début de vérité sur la grippe porcine (dite H1N1) - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 15/12/2009 à 14h16 par Michel95.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Un début de vérité sur la grippe porcine (dite H1N1)

Information recueillie par Michel95

Fabrice Nicolino

Thibault Schneeberger, de Genève, vient de m'envoyer un cadeau royal, et je l'en remercie chaleureusement.

Il s'agit d'un documentaire de la télé suisse romande, remarquable de la première à la dernière image.

Vite, vite !

On peut, pour le moment en tout cas, le visionner depuis un ordinateur (ici).

De quoi parle-t-il ?

De cette grippe porcine que les autorités officielles ont préféré - opportunément - appeler H1N1.

Je vous ai parlé plus d'une fois de cette affaire extraordinaire, dès ce printemps (ici), m'étonnant que personne ne pointe le doigt sur le village mexicain de La Gloria, où se trouve une immense porcherie industrielle, Granjas Carroll, filiale du géant américain Smithfield Foods, le plus gros producteur mondial de porcs.

Smithfield Foods, et je vous souhaite bon appétit, est le propriétaire en France de Justin Bridou et de Cochonou, entre autres.

La première victime de la grippe porcine est un gamin de La Gloria, ce que les autorités ont longtemps nié (ce point n'est pas dans le film).

Je crois, et si je me trompe, qu'on me pardonne, que le journaliste Ventura Samara est le seul, en tout cas en langue française, à avoir mené une enquête à La Gloria.

Je ne vais pas vous raconter le film, mais vous livrer quelques impressions, brut de décoffrage.

On y voit le réel, c'est aussi simple que cela. J'ajoute que je connais le Mexique, et que, quand j'entends Dona Teresa Hernandes Rivera - une petite dame - parler de la corruption généralisée, je n'ai guère besoin de preuves.

Quand j'entends le ministre de la Santé José Angel Cordoba dire : « Tous les standards de l'environnement et de l'eau à la porcherie Granjas Carroll sont respectés.

Le problème pourrait venir des familles qui détiennent à la maison des porcs, dans des conditions qui ne sont pas les meilleures », je n'ai pas réellement besoin d'une autre démonstration.

Et pourtant !

Et pourtant ce film m'a soufflé.

Il y a plus de neuf chances sur dix pour que la grippe qui affole notre système de santé soit né autour de cet élevage concentrationnaire de porcs.

Immonde est encore un faible mot.

Des centaines de cadavres de porcs croupissent en permanence dans des fosses au contact du sol et de la nappe phréatique.

Savez-vous combien cette soi-disant ferme compte de porcs ?

100 000 !

La nourriture OGM vient par trains du Canada ou des États-Unis, aucun officiel, aucun vétérinaire autre que ceux de la transnationale ne pénètrent dans les locaux, où tout est automatisé.

Une poignée d'ouvriers règne sur un empire de bidoche.

Des lagunes sont emplies de merde de cochons et de seringues qui ont servi à piquer les animaux à coup d'hormones et d'antibiotiques.

Les rats prolifèrent, les chiens errants prolifèrent, qui bouffent du porc mort au champ d'horreur, avant d'aller se faire caresser par les gosses du village.

Aucune analyse d'eau, d'air, de poussière n'a été ordonnée.

Sur les centaines de prises de sang effectuées sur les villageois, aucune n'a été rendue publique.

Officiellement, seul un petit gosse aurait donc été touché par la grippe.

C'est crédible. Très.

Des centaines d'habitants de La Gloria et des environs ont été touchés, et le sont, par des maladies respiratoires atypiques.

Mais tout le monde s'en contrefout car, comme le dit sans ciller le ministre, « les investisseurs étrangers sont les bienvenus ».

Tu parles !

Le traité de libre-échange Alena, préparé sous Bush père, mais signé par Bill Clinton, a changé le Mexique en une colonie.

À La Gloria, les médecins ne veulent pas parler, car ils ont PEUR.

L'un d'eux, masqué, raconte l'incroyable sort sanitaire fait aux habitants, et conclut que, si personne ne veut parler, c'est parce que chacun craint d'être tué.

Tué, c'est aussi simple que cela.

Ce que j'appellerai un énième chapitre de l'histoire vraie du monde, au temps du choléra planétaire.

PS : Que faire ?

Ce qui précède n'est pas une réponse à cette question obsédante.

Je tenterai de donner d'ici peu un article sur le sujet, mais en attendant, réfléchissons un peu.

Il faudra de toute façon commencer par quelque chose.

En l'occurrence, s'il existait un mouvement réel de la société, il est évident que nous serions une bonne centaine à occuper jour et nuit le siège de Justin Bridou.

Et que nous n'en sortirions pas, en tout cas pas volontairement, tant qu'une mission indépendante n'aurait été formée pour enquêter à La Gloria sur la situation des riverains de la porcherie industrielle.

Il me paraît qu'une action de cette nature aurait un sens.

Mais le mouvement susceptible de lancer ce genre de choses n'existe pas.

Il est à inventer.

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Michel95
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr