Un biocarburant superpropre qui nettoie l'air... et l'eau ? - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 23/02/2011 à 17h35 par Mich.


UN BIOCARBURANT SUPERPROPRE QUI NETTOIE L'AIR... ET L'EAU ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Un biocarburant superpropre qui nettoie l'air... et l'eau ?

 

La fabrication d'un biocarburant écologique, associée à l'assainissement de l'eau usagée, tout cela en un rien de temps et pour pas cher ? C'est le défi réalisé par un laboratoire américain, dont les chercheurs pensent avoir trouvé la solution verte idéale.

La nature est pleine de ressources qu'il faut savoir exploiter intelligemment... Selon un communiqué de l'Université de Rochester, des chercheurs du Rochester Institute of Technology suivent cette piste et tentent de produire un carburant vert, tout en purifiant simultanément de l'eau usée.

Nous le savons tous : pour sauver la planète, il faut réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Comme il paraît difficile de convaincre les Terriens de ne plus prendre leur voiture, certains voient dans le biodiesel une solution, sinon idéale, au moins acceptable.

En effet, le biocarburant est produit à partir de végétaux (une énergie non fossile et donc renouvelable) qui possèdent la particularité d'absorber du CO2 au cours de leur croissance. Lors de la combustion du biocarburant, la quantité de CO2 rejetée serait équivalente à celle préalablement absorbée, menant théoriquement à un équilibre parfait.

Des biocarburants pas si écologiques ?

Mais si ce raccourci énergétique et environnemental est plutôt positif, d'autres problèmes viennent s'ajouter au bilan, qui pourrait ressembler à un désastre. La culture de ces plantes nécessite de grands territoires, qui peuvent provenir soit de forêts détruites pour l'occasion, soit de terres auparavant cultivées pour l'alimentation humaine. Aucune des deux solutions n'est la bonne puisque dans un cas on s'attaque aux poumons de la Terre, et dans l'autre l'on accentue la famine. De plus, les plantes comme le colza ont besoin d'eau, d'engrais, de pesticides... un cocktail loin d'enchanter les écologistes.

Comme le souligne l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) dans un rapport daté de 2009, le mieux serait donc d'oublier les biocarburants dits de première génération (qui proviennent des plantes spécialement cultivées à cet usage en sol), mais de se focaliser sur les biodiesels de deuxième génération, produits à partir de déchets agricoles ou de microorganismes, et qui ne nécessitent donc pas d'espace de terre cultivable.

Les algues peuvent être facilement cultivées en laboratoire.

L'algue aux multiples avantages

C'est ce qu'ont fait les chercheurs du Rochester Institute of Technology en se tournant vers une algue, qui appartient au genre Scenedesmus et présente un grand nombre d'avantages : elle est peu chère, se multiplie rapidement et ne nécessite pas de sol. En tant qu'organisme unicellulaire photosynthétique, elle ne demande qu'un peu de lumière solaire et de CO2 pour réaliser la réaction de photosynthèse au sein de ses usines subcellulaires (les chloroplastes).

Le glucose qui en découle lui fournit sa nourriture, et elle rejette pour seul déchet de l'oxygène dans l'air. Grâce au savoir-faire des chimistes, les scientifiques ont montré que des molécules d'intérêt (les lipides) peuvent être extraites de l'algue pour produire du biodiesel couleur or.

En plus de la lumière solaire et du CO2 qui sont inépuisables, elle a également besoin d'eau... et là non plus, l'algue n'est vraiment pas difficile, car de l'eau usée en provenance d'un centre de traitement lui suffit amplement. Et ce n'est pas tout : les Scenedesmus sont capables de dépolluer l'eau.

L'idée d'utiliser des algues pour recycler des eaux usées tout en produisant n'est pas nouvelle. Au Danemark, on envisage la culture de la laitue de mer (l'ulve, Ulva lactuca) grâce aux déchets agricoles. Les Scenedesmus, elles, outre qu'elles prennent moins de place, semblent d'efficaces dépollueuses. Elles vont jusqu'à nettoyer l'eau de 99 % de son ammoniaque et de son phosphate, et de 88 % de son nitrate. De plus, ces algues réduisent très fortement la concentration en bactéries potentiellement pathogènes.

Cette solution miracle à base d'algues superpropre est-elle vraiment réaliste ? Les chercheurs n'en doutent apparemment pas. Ils ont maintenant l'intention de construire des conteneurs de plus en plus grands, dont une serre mobile capable de contenir 3.000 litres de culture d'algue. Selon eux, et grâce à l'industrie Northern Biodiesel qui s'occupera de convertir les lipides en biocarburant, « ce biodiesel pourrait compenser 50 % de notre utilisation de carburant pour les équipements qui consomment du diesel ».

 

Nous aider

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!

 





Auteur : Claire Peltier, Futura-Sciences

Source : www.futura-sciences.com